TRAITÉS FRANÇAIS SUR LA MUSIQUE
School of Music
Indiana University
Bloomington, IN 47405
(phone: [812] 855-6889; Internet: pslemon@indiana.edu)

Data entry: Peter Slemon with OCR
Checked by: Lisa Vest
Approved by: Peter Slemon

Fn and Ft: HUYMOD TEXT
Author: Huygens, Christiaan
Title: Les divers modes
Source: Oeuvres complètes de Christiaan Huygens, vol. 20, Musique et Mathématique (La Haye: Martinus Nijhoff, 1940), 69-74.
Graphics: HUYMOD 01GF

[-69-] B. LES DIVERS MODES.

B. I. Qu'il y en a qui sont d'opinion qu'il n'y a que deux modes l'un par b mol l'autre par b quadre. mais il [Mersenne] proteste pourtant de ne vouloir oster les 12 modes. Je crois que c'est a cause du chant d'eglise.

[-70-] Ces gens avoient raison, et je suis du mesme avis, à scavoir qu'il n'y a que deux modes qui varient l'air et la nature du chant; l'un qui a la quinte basse divisee en sorte que la 3 majeure soit en bas, et l'autre dans le quel la quinte a la 3 mineure en bas. le premier est exprimè par le ton de VMSV, et l'autre par le ton de RFLR.

Tous les autres tons authentiques qu'ils appellent ne sont que des transpositions de l'un de ces deux, et pour ce qui est des plagaux ils ne different point de modulation d'avec leur authentiques, ayants les mesmes finales dominantes et mediantes.

[-71-] Je dis que des authentiques le mode premier VMSV, le septieme FLVF, neuvieme SCRS, ne different en rien si non en hauteur, ce qui ne change rien en la nature de la modulation. Et de mesme que le troisieme RFLR, le cinquieme MSCM, le onzieme LVML ne different rien entre eux qu'en hauteur pareillement.

Mais il faut examiner premierement comment ils establissent la diversitè des modes. C'est par les differentes especes d'octaves qu'ils differentient les 6 modes authentiques, voiants que les demitons sont situez diversement dans l'estendue de ces octaves. car en prenant pour premiere octave celle qui commence par V, le troisieme intervalle et le septieme sont les demitons. En l'octave de R le 2 et le 6 intervalle ont les demitons. En l'octave de M, le premier et le cinquieme. En celle de F le quatrieme et le 7. En celle de S le 3 et le sixieme, en celle de L le seconde et le 5.

Voila 6 variations d'octaves en effect. Mais il faut voir si on se sert ou se peut servir convenablement de tous ces tons, en s'asujettissant aux degrez dans lesquels l'octave est distribuée. Ce qui ne se trouuera point. Par exemple dans le ton de FLVF on ne doit pas chanter mais mettre le b mol ou ci, par ce que autrement on n'a pas de quarte au dessus de la principale ou finale note du Ton.

[Huygens, Divers modes, 71] [HUYMOD 01GF]

I1 est vray que certains autheurs de Musique ont donnè des Exemples de tous ces tons et de celuy de FVF entre autres, mais ou ils evitent ces passages, ou quand ils le mettent ils font un fort mauvais effect.

Une preuve de ce que ce ton n'est pas usitè c'est qu'estant comptè le cinquieme ton par ceux qui en mettoient 12 en commencant par celuy de DLD, on y a mis le C[rob] au lieu du [sqb] et alors comme il ne differoit pas de celuy de VSV qui estoit le 11 si non du haut au bas, il est arrivè que ce mesme onzieme a estè reputè en suite pour le cinquieme ton d'eglise.

J'ay connu un excellent organiste qui disoit que le ton de RF#LR avoit quelque chose de divin, et qu'il estoit bien different de celuy de VMSV. Et cependant si on

transpose un air de ce ton icy en celuy de RF#LR, il n'y scauroit avoir aucune difference, par ce que tous les intervalles et accords sont de mesme si ce n'est seulement

au S# du ton VSV qui deviendra le C[rob] dans la transposition et ainsi la tierce MS# sera [-72-] F#C[rob], mais ce n'est que le defaut du clavier qui manque du semiton mineur au dessus du L. Ce mesme defaut fait aussi que le ton de RF#LR a un avantage sur celuy de VSV en ce que cettuicy n'a point de semiton majeur au dessus de sa note dominante S, ou l'autre l'a fort bien car il chante LC[rob]L, ce que dans le ton de VSV on ne scauroit faire, si non quand ce semiton est adjoutè. Mais ces additions de chordes ne rendent pas les tons autres et ne regardent que les instruments qui ont les tons fixes, et non pas les voix ni plusieurs autres instruments qui suppleent aussi bien que la voix toutes ces chordes adjoutees.

Comme nous avons montrè des inconvenients au pretendu ton de FVF ainsi il y en a encore a d'autres comme en celuy de MCM, ou l'on seroit obligè de passer par le F qui ne vaut rien, faisant le triton contre la note dominante. C'est pourquoy ce ton de MCM ne peut estre bien pratiquè qu'en passant par F# au lieu de F. Et alors il est de mesme nature que celuy de RFLR. Ou il faut scavoir pourtant que sur les orgues et clavecins il y a de certains semitons qui ne sont pas justes dans le ton de MSCM. Car il n'y a point de chorde qui represente le S# du ton RFLR. Ni aussi qui en represente le Vx; les intervalles de CC[rob] et MM[rob] estant de semitons mineurs qui devroient estre majeurs. Cela fait que sur ces instruments ce ton de MSCM et [-73-] RFLR paroissent aucunement differents et que le premier a quelque chose de plus plaintif et de plus tendre, a cause des cadences que se font par ces demitons mineurs, et aussi quelque chose de triste a cause de quelques consonances qui en devienent un peu fausses, et de ce qu'on y emploie le triton au lieu de la fausse quinte.

Mais la voix ajuste tout cela, au moins quand on chante sans estre accompagnè de quelqu'un de ces instruments a tons fixes. et dans ceux cy il ne tient qu'a nous d'y adjouter les chordes necessaires en coupant les feintes.

Quoyque pour ce qui est des cadences, celles par les semitons mineurs soient plus agreables que par les majeurs, à mon oreille. Et de mesme j'aime à emploier le triton de M[rob]L au lieu de la fausse quinte R#L, en le sauvant comme la fausse quinte, scavoir de la tierce MS.

B. II Les tons transposez ont souvent quelque chose de plus grave que les naturels comme celuy de C[rob] mol plus que celuy de D; ou de plus tendre comme celuy de E plus que celuy de D, ce qui n'arrive pas parce que l'un est plus bas d'un ton et l'autre plus haut que celuy de D mais plustost par de certains semitons mineurs au lieu de majeurs [-74-] dans les cadences et dans de certains intervalles et accords. Quoy que dans les accords cela fasse le plus souvent un mauvais effect; et pour y remedier on adjoute d'autres feintes au clavier comme dans le ton qu'on appelle de C[rob] mol, la feinte de L[rob] sur celle de S#. Mais il est certain que si l'on se veut alors servir tousjours de cette feinte ou elle devroit estre selon le ton naturel, le ton transposè ne differera en rien du naturel en D si non qu'il sera plus bas d'un ton et que le V# sera trop bas d'une cinquieme de ton pour faire la troisieme majeure avec le F, comme il devroit, ainsi que M[rob] avec S, dans le ton de D, font cette troisieme majeure.

En jouant en EM il est bon de faire les cadences de MM[rob]M, qui ont quelque chose de plus tendre et plus plaintif, que de MR#M quand la feinte R# est adjoutee au clavier. Mais dans des accords, sur tout à la derniere note d'une cadence ou la basse est C, le R# vaut mieux.

Les tons transposez servent encore aux compositeurs pour faire plus de varietè, parce qu'en se promenant en suite dans des modes empruntez, ils en trouvent tels qui sont aisez et naturels, qui autrement seroient rudes ou impratiquables du moins sur le clavier ordinaire, si la composition eust estè dans le ton naturel.


Return to 17th-Century Filelist

Return to the TFM home page