TRAITÉS FRANÇAIS SUR LA MUSIQUE
School of Music
Indiana University
Bloomington, IN 47405
(phone: [812] 855-6889; Internet: pslemon@indiana.edu)

Data entry: David Schneider
Checked by: Peter Slemon
Approved by: Peter Slemon

Fn and Ft: BRODIC1 TEXT
Author: Brossard, Sébastien de
Title: Dictionnaire de Musique, A-R
Source: Dictionaire de Musique, Contenant une Explication Des Termes Grecs, Latins, Italiens et François les plus usitez dans la Musique, Troisieme Edition (Amsterdam: Estienne Roger, c.1708; repr. ed. Genève: Minkoff, 1992), 1-119.
Graphics: BRODIC1 01GF-BRODIC1 13GF

[-1-] DICTIONAIRE DE MUSIQUE, CONTENANT UNE EXPLICATION Des Termes Grecs, Latins, Italiens et François les plus usitez dans la Musique.

A l'occasion desquels on rapporte ce qu'il y a de plus curieux et de plus necessaire à sçavoir;

Tant pour l'Histoire et la Theorie, que pour la Composition, et la Pratique Ancienne et Moderne De la Musique Vocale, Instrumentale, Plaine, Simple, Figurée et cetera.

ENSEMBLE,

Une Table Alphabetique des Termes François qui sont dans le corps de l'Ouvrage, sous les Titres Grecs, Latins et Italiens, pour servir de Supplement.

Un Traité de la maniere de bien prononcer, sur tout en chantant, les Termes Italiens, Latins et François.

Et un Catalogue de plus de 900. Auteurs, qui ont écrit sur la Musique, en toutes sortes de Temps, de Pays et de Langues.

Par Monsieur Sebastien de Brossard, cy-devant Prébend-Député et Maître de Chapelle de l'Eglise Cathedrale de Strasbourg; Maintenant Grand Chapelain et Maître de Musique de l'Eglise Cathedrale de Meaux.

TROISIEME EDITION.

A AMSTERDAM,

Aux dépens d'ESTIENNE ROGER, Marchand Libraire, chez qui l'on trouve un assortiment general de toute sorte de Musique.

[-3-] PRÉFACE.

LOrsque j'entrepris cet Ouvrage, je n'eus point d'abord d'autre vûë que celle d'ajoûter une explication assez simple d'une centaine de mots Italiens, au petit Dictionaire imprimé à la tête de la premiere Partie de mon * Prodromus Musicalis, et de joindre le tout à la seconde Edition, qu'on en a faite l'Année 1702. Mais à mesure que j'y travaillois, je m'apperçus qu'on trouvoit à tous moments, dans les Auteurs de differents Païs, qui ont écrit sur la Musique, même en Langue vulgaire, quantité de mots et d'expressions Grecques et Latines, qui en rendoient le stile embarrassé, le sens impenetrable, et la lecture presqu'inutile à la plupart des Musiciens. Ces inconvenients m'ont déterminé à expliquer ces termes, et pour y parvenir, à donner une idée generale, non-seulement de l'Histoire, mais encore de la Theorie et de la Pratique de la Musique tant Ancienne, que Moderne.

Pour une plus grande commodité, j'ay crû qu'il étoit encore necessaire de dresser une Table Alphabetique des Mots François expliquez dans ce Dictionaire sous les Titres Grecs, Latins, ou Italiens.

D'ailleurs, comme les termes Italiens sont le premier objet, et la matiere principale de cet Ouvrage, il m'a paru, qu'en faveur de nos François et de quelques Etrangers, je devois donner un Traité de la maniere de bien prononcer l'Italien.

Enfin la necessité, où je me suis trouvé de consulter plusieurs Auteurs de differents, siecles, et de differentes nations, pour fournir à la composition [-4-] de cet Ouvrage, m'a inspiré le dessein de ranger sous differents Catalogues tous les Auteurs qui ont traité de la Musique; tant ceux que j'ay lûs, que ceux dont je ne connois que les noms, et dont les ouvrages ne sont pas venus jusqu'à moy. Voylà dequoy concilier les Avertissements, qu'on trouvera à la tête des differentes Parties de cet Ouvrage, qui eût parû beaucoup plutôt, si le soin, qu'on a pris de l'augmenter, pour le rendre plus utile, n'eût emporté beaucoup de temps.

[-5-] AVIS

Necessaire pour l'usage de ce Dictionaire.

1. QUoique j'aye expliqué amplement les premiers Elements de la Musique Ancienne et Moderne, aux mots SISTEMA, NOTA, MODO, TUONO et cetera. Il seroit bon, avant que de lire cet Ouvrage, de prendre de vive voix, ou de la bouche d'un bon Maître, quelque teinture des Elements de la Musique Moderne. *

2. L'ordre Alphabetique m'a obligé de partager souvent en plusieurs articles, ce qui n'en auroit du faire qu'un seul, selon l'ordre Methodique. Ainsi lorsque quelque mot embarassera, il faut avoir soin d en chercher l'explication en son rang.

3. L'envie d'être court m'aura peut-être rendu obscur en quelques endroits; mais je me feray un vray plaisir, autant que mes employs me le pourront permettre, de donner tous les éclaircissements qu'on souhaitera de moy.

4. J'ay fait ce que j'ay pû, pour corriger toutes les fautes. Si malgré tous mes soins, il s'en est glissé quelqu'une, je recevray avec plaisir les corrections que les gens éclairez voudront bien m'envoyer, soit à Meaux, soit à Paris chez le Sieur Ballard. Ma principale intention, en publiant cet Ouvrage, n'étant que de le corriger et de le perfectionner, sur les avis des Sçavants.

5 Mais je les supplie en même temps, de ne pas [-6-] juger d'abord de plusieurs endroits de cet Ouvrage, selon de fausses idées, dont ils peuvent avoir été préoccupez dès leur plus tendre jeunesse. Je produis plusieurs découvertes qui leur paroîtront peut-être nouvelles, et trop hardies; mais je les prie de croire que je n'avance rien, que sur la foy de bons Garants. Il y a vingt ans au moins que j'étudie avec assez d'assiduité cette matiere; On trouvera dans le catalogue des Auteurs, les noms de plus de 200. Theoriciens, de toutes sortes de temps, de Pays et de Langues. J'ay lû la plupart de leurs Ouvrages, et je les ay lûs plus d'une fois: J'ay moy-même écrit et examiné plus de 4000. Partitions des plus fameux Praticiens, qui ont paru depuis plus de 300. ans. Ainsi quoique je n'aye presque point cité d'Auteurs, pour ne pas grossir inutilement ce Livre; on peut compter qu'en cas de doute, j'ay dequoy prouver ce que j'avance, et dequoy éclaircir ce qu'on poura trouver d'obscur.

6. Je me suis plus attaché aux choses, qu'aux mots. C'est ce qui me fait esperer qu'on me fera grace sur le Style, s'il n'est pas aussi châtié qu'on le pourroit souhaiter; comme aussi sur l'Ortographe des termes Grecs et de quelques Langues étrangéres. C'est principalement là-dessus que je prie les Sçavants de m'honorer de leurs avis.

7. Enfin la nouveauté de la Matiere m'a forcé de hazarder quelques termes qu'il a fallu comme inventer, et qui pourront peut être effaroucher d'abord les oreilles delicates. Mais souvent, comme dit Ciceron, ut legibus, verbis quanquam novis cogimur uti; et si c'est une faute, ou une temerité, il faut convenir que, sur tout en traitant des Arts, elle est pardonnable et souvent necessaire. Dabitis enim profecto, ut in rebus inusitatis, quod Graeci [-7-] ipsi faciunt, à quibus haec jamdiu tractantur, utamur verbis jam inauditis. Ciceronis Academiae quaestiones livre 1, numéros 5 et 24.

On trouvera quelques Aditions écrittes en caractere Italique. Afin que s'il y a quelque chose de mal dit on ne l'atribue pas à l'Autheur.

[-8-] DICTIONAIRE DE MUSIQUE.

A.

A. Majuscule sert dans les Basses-Continuës par marquer la Haute-Contre chantante.

A BATTUTA Voyez BATTUTA.

A BENE PLACITO. si l'on veut.

A due, ou doi, tre, quatro, cinque, sei, sette, otto, et cetera veut dire, A deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, et cetera.

ACRESSIMENTO, Punto di Acrescimento. Voyez PUNTO.

ACUTO. aigu ou haut Voyez SUONO.

ADAGIO. ou par abbréviation Adago. ou Ado. veut proprement dire, COMMODEMENT, à son aise, sans se presser, par consequent presque toûjours lentement et traînant un peu la Mesure.

ADAGIO ADAGIO. veut dire TRES-LENTEMENT.

AD LIBITUM. Termes purement Latins qu'on voit quelques fois au lieu de Se piace. Si l'on veut.

ADQUISITA. Voyez PROSLAMBANOMENOS et SYSTEMA. Numéro 3. et aux deux tables.

AEQUISONO. SUONI AEQUISUONI. Voyez SUONO et UNISSONO.

AEQUIVAGANS. SYNCOPE AEQUIVAGANS ou CONSONANS. Voyez SYNCOPE.

AFFETTO, ou con affetto. C'et le même que Affettuoso ou Affettuosamente, qui veut dire, AFFECTUEUSEMENT, tendrement et cetera et par consequent presque toûjours Lentement.

AFFETTUOSO AFFETTUOSO. ou Affettuosissimò, veut dire, TRES-AFFECTUEUSEMENT, fort-tendrement.

AGOGA ou AGOGI. Terme Grec. Voyez USO. Numéro 1.

ALLA BREVE. Voyez BREVE.

ALLA ZOPPA. Voyez ZOPPA.

[-9-] ALLEGRETTO. diminutif d'Allegro, veut dire, UN PEU GAYEMENT, mais d'une gayeté gratieuse, jolie, enjoüée, et cetera.

ALLEGRO. ou par abreviation Allo. signifie toûjours GAYEMENT, et bien animé; fort souvent vîte et legerement; mais aussi quelquefois d'un mouvement moderé, quoyque gay, et animé.

ALLEGRO ALLEGRO. marque un redoublement de gayeté ou de vîtesse, et cetera.

ALLEMANDA. ou Alamanda. Symphonie grave, ordinairement à deux temps, souvent à quatre; Elle a deux Reprises qu'on joüe chacune deux fois. Ce mot vient du François ALLEMANDE.

ALL'ROVERSCIO, Alla Breve, alla Diritta, alla Zoppa, et cetera. Voyez, ROVERSCIO, BREVE, DIRITTA, ZOPPA, et cetera.

ALTERA SESQUI ALTERA. Voyez SESQUI. PROPORTIONE. TRIPOLA.

ALTERATO. SUONO ALTERATO ou SUONI ALTERATI. Voyez SUONO.

ALTISTA. Celuy qui chante la Haute-Contre.

ALTO. qu'on trouve souvent marqué par un A. majuscule, en Latin, Altus, ou Contra-tenor, ou simplement Contra. veut dire, HAUTE-CONTRE.

ALTO CONCERTANTE, veut dire Haute-Contre Recitante, ou Haute-Contre du petit Choeur. Voyez CONCERTANTE. RECITANTE.

ALTO RIPIENO. veut dire HAUTE-CONTRE DU GRAND CHOEUR. Voyez RIPIENO.

ALTO VIOLA. ALTO VIOLINO. Voyez VIOLA. VIOLINO.

ALTRO. (Adjectif Italien.) signifie AUTRE. Una Altra volta, Encore une fois. In altro modo. D'une autre maniere. et cetera.

AMBITUS. Voyez MODO. Numéro 3.

ANDANTE. du Verbe Andare. ALLER, cheminer à pas égaux. veut dire sur tout pour les Basses Continuës, qu'il faut faire toutes les Nottes égales, et en bien séparer les Sons.

ANIMA. ou ANIMATO. C'est à peu près comme Allegro.

ANTIFONI SUONI. Voyez SUONO.

ANTIPHONA. Voyez TUONO Section 3.

ANTIQUA MUSICA. Voyez MUSICA.

ANTIQUO MODERNA MUSICA. Voyez MUSICA.

[-10-] ANTIQUO SYSTEMA. Voyez SYSTEMA vers la fin.

APYCNOS. Terme Grec, qui veut dire qui n'est point EPAIS ou Condensé, qui a de grands Vides ou Intervalles. Tel est le genre Diatonique. Voyez aussi SUONO.

ARCILEUTO. veut dire, ARCHILUTH. Instrument Italien qui a ses Basses allongées comme le Théorbe, et chaque rang doublé, ou d'une petite Octave, ou d'un Unisson, dont les Italiens se servent pour jouer la Basse-Continuë.

ARCO. veut dire, ARC, ou Archet. Ainsi, Stromenti d'arco, ce sont tous les Instrumens pour lesquels on se sert d'un archet.

ARETINO en Latin ARETINUS en François l'Aretin. On trouve souvent le celebre Gui d'Arezze ainsi nommé simplement du nom de son Païs Voyez NOTTA, SYSTEMA, UT, RE, MI, FA.

ARIA. veut dire, AIR, ou CHANSON. C'est à dire un chant dont les mouvemens sont justes et égaux, et les temps, sur tout les premiers de chaque mesure, bien marqués; et cela presque toûjours un peu vîte et gayement, pourveu qu'il n'y ait pas quelque terme comme Aria larga, ou affettuosa, et cetera qui le demande autrement.

ARIETTA. Diminutif d'ARIA. veut dire PETIT AIR, ou Chansonnette. Une Ariette a ordinairement deux reprises, ou bien elle se recommence da capo; comme un Rondeau. On ajoûte souvent à ces deux mots Prima, seconda, terza, quarta, et cetera Premier Air, second Air, et cetera quand il y a plusieurs Strophes ou Couplets, soit qu'ils soient sur le même chant ou non. Voyez CANZONETTA.

ARIOSE, ou ARIOSO. veut dire, DU MESME MOUVEMENT que si l'on chantoit un Air. Voyez ARIA.

ARITHMETICA divisione. Voyez, HARMONICA DIVISIONE, et MODO.

ARSIS. Voyez THESIS. FUGHA PER ARSIN. Voyez FUGHA et PER.

ASSAI Adverbe de quantité, que les Italiens joignent souvent avec Allegro, Adagio, Presto et cetera. Selon quleques-uns il veut dire BEAUCOUP; et selon d'autres que la mesure et les mouvemens ne doivent avoir rien d'outré, mais demeurer dans une sage médiocrité de lenteur, et de vîtesse, selon les différents caracteres qu'il faut exprimer, c'est ainsi qu'il faut l'entendre dans les Motets de mon premier Livre.

A TEMPO. A TEMPO GIUSTO. Voyez TEMPO.

ATTO. veut dire ACTE. Ainsi Atto di cadenza, c'est un [-11-] Acte de cadence. C'est-à-dire une certaine disposition de Sons ou de Nottes, qui non seulement compose une Cadence dans une partie, mais aussi qui marque qu'il en faut faire une dans les autres parties. Comme quand la Basse monte de quarte ou descend de quinte sur une Notte, ce mouvement est un Acte de cadence pour la Basse, et en même temps un signe ou une marque que les parties superieures doivent faire sur cette cadence, les autres especes de cadences qui leur sont propres.

AUTENTICO. veut dire AUTENTIQUE, ou Approuvé. C'est le nom que les Italiens donnent à six des Modes ou Tons de la Musique, Dont la Dominante est une quinte au dessus de la finalle, Voyez, MODO, et Harmonica divizione.

B.

B. Se met souvent pour BASSO. qui veut dire Basse chantante. Voyez BASSO.

B.C. se met souvent pour BASSO CONTINUO. Voyez BASSO CONTINUO.

[rob] Voyez TONDO, MOLLE et cetera. son origine Voyez TRITE.

[rob] au côté gauche et sur le même degré d'une Notte marque qu'il faut en baisser le Son d'un demi-Ton mineur, sans cependant la faire changer de degré.

[rob] au dessus d'une Notte de la Basse Continue marque qu'il faut faire une tierce mineure. Et devant ou après un des chiffres qu'il faut les baisser aussi d'un demi-Ton. Devant ou après un 5. ainsi [rob] 5, ou ainsi 5 [rob], il marque la fausse quinte. et cetera Par negligence on les trouve aussi quelque fois placez au dessus des Nottes d'autres parties que de la Basse Continue; il les faut alors considerer comme s'ils étoient devant les Nottes au dessus desquelles ils sont placés.

[sqb] Voyez QUADRATO.

[sqb] au côté gauche et sur le même degré d'une Notte marque que cette Notte ayant été baissée par le Bemol, ou haussée par le Dieze, doit être remise à sa situation naturelle, ou Diatonique.

[sqb] au dessus d'une Notte de la Basse Continue marque qu'il faut faire la tierce naturelle, s'il est devant ou après les chiffres, il les faut faire naturels et s'il est au-dessus d'une Notte d'autres parties que de la Basse Continue, on le doit regarder comme placé devant la Notte même.

BALETTO. veut dire BALLET, ou une espece de dance dont l'air commence par une Croche en levant, qui a deux reprises de quatre ou huit mesures chacune, et se bat ou à deux [-12-] temps graves, ou quatre temps vîtes. En François il signifie aussi une suite de plusieurs Airs de toutes sortes de mouvemens, dont les dances composent et representent quelque sujet.

BARDONE. VIOLA DI BARDONE. Voyez VIOLA.

BARIPICNI ou BARIPIKNOI SUONI signifie en general sons et Modes graves ou bas; En particulier Voyez SUONO.

BARITONO. en Latin BARITONANS. C'est ce que nous apellons BASSE-TAILLE, ou Concordant, qui va haut et bas. Ceux qui peuvent chanter cette Partie, peuvent servir de Taille et de Basse en un besoin.

BASIS. Voyez TRIAS HARMONICA.

BASSETTO. veut dire PETITE BASSE. c'est comme nos Quintes ou nos Basses de Violon. Les Italiens les nomment ainsi pour les différencier de ce que nous expliquerons au mot Violone.

BASSISTA. Celuy qui chante la plus basse des Parties de la Musique, vulgairement BASSE-CONTRE.

BASSO qu'on marque souvent par un simple B. veut dire BASSE. Les Italiens ne se servent guere de ce mot que pour la Basse-Chantante, ayant d'autres termes pour les Basses des Instrumens.

BASSO CONCERTANTE. veut dire BASSE-RECITANTE, ou Basse du petit Choeur.

BASSO Ripieno. C'est la BASSE du grand Choeur.

BASSO-CONTINUO. en Latin BASSUS-CONTINUUS ou Generalis. C'est une des parties les plus essentielles de la Musique moderne, inventée, ou mise en usage vers l'an 1600. par un Italien nommé Ludovico Viadana, qui le premier en a donné un Traité. On la jouë avec les chiffres marquez au dessus des Nottes, sur l'Orgue, le Clavessin, l'Espinette, le Théorbe, la Harpe, et cetera d'où les Italiens l'intitulent aussi souvent, Leuto, Archileuto, Partitura, Organo, Tiorba, Spinetto, Clavecimballo, et cetera. On la jouë aussi souvent simplement, et sans chiffres sur la Basse de Violle, ou de Violon, avec le Basson, le Serpent, et cetera d'où les Italiens la nomment aussi Basso Viola, Violone, Fagotto, et cetera. On en a fait differents traittez et depuis peu Monsieur Boivin en a composé un qu'on trouve à Amsterdam chez Estienne Roger.

BASSO RIVOLTATO. Voyez RIVOLTARE.

BASSUS CONTINUUS. Voyez BASSO CONTINUO.

BASTARDA VIOLA. Voyez VIOLA.

BATTUTA. veut dire, ce mouvement de la main en haussant et en levant, qui sert à marquer la durée des Sons, [-13-] et que nous apellons MESURE. On trouve souvent chez les Italiens ces mots A battuta, qui veulent dire de Mesure, ou en battant également chaque temps. Ce qu'ils mettent ordinairement après, ce qu'ils apellent Recitativo, qui est un chant où l'on déclame plutôt qu'on ne chante, et dans lequel on n'observe presque point la mesure. A battuta veut donc dire pour lors qu'il faut recommencer à marquer ou à battre également et juste tous les temps de la mesure.

BENE PLACITO. si l'on veut.

BERARDI (Angelo) nom d'un Autheur Voyez DIRITTA, PERFIDIA, SYNCOPE sur la fin.

BIANCHA. BIANCHE. Voyez NOTTA et MINIMA.

BISCHROMA. veut dire TRIPLE CROCHE. Voyez CHROMA.

BIS DIAPASON SYSTEMA. ainsi nommé parce qu'il comprend 15 Chordes ou la double Octave. Voyez SYSTEMA sur la fin.

BIZARRO, ou CON-BIZZARRIA. veut dire BIGEARREMENT, ou tantôt vîte, tantôt lentement, tantôt fort, tantôt doucement, et cetera selon la fantaisie du Compositeur, ou plutôt, selon les diverses expressions que demande le sens des paroles ou du Texte.

B MOLLARE ou MOLLE, veut dire BEMOL. qu'on marque avec un ou plusieurs [rob,rob] après la Clef, et cetera. Voyez [rob].

BOMBARDO. Espece d'Instrument à vent qui sert de Basse aux Haut-bois. C'est nôtre BASSON.

B. QUADRO, ou b quadrato, ou b durale. B quarré, et vulgairement b QUARRÉ, ainsi nommé à cause de sa figure [sqb]. Voyez cy-dessus après B. cette même figure [sqb].

BRACIO. ou BRAZZO. ou chez quelques Etrangers Braz. 1. 2. 3. et cetera ce sont des Instrumens à Archet qui répondent à nôtre Haute-Contre, Taille et Quinte de Violon.

BREVE. C'est le nom que les Italiens donnent à une des Nottes de la Musique ainsi figurée [Bv], qu'on nomme en François QUARRÉE, et qui vaut sous les signes de la mesure à 2. ou à 4. temps, deux mesures. Sous les signes du Triple majeur, ou Temps parfait, elle vaut trois temps, quand elle est suivie d'une ou de plusieurs semblables quarrées, ainsi, [Bv,Bv,Bv] ou d'un point ainsi [Bv,pt]. Mais quand elle est suivie d'une Notte de moindre valeur, comme d'une [Sv] ou de deux blanches elle ne vaut que deux temps. Voyez MODO, TEMPO, PROLATIONE, NOTA, FIGURA, LEGATURA, et cetera et sur tout TRIPOLA 1. Classe Numéro 1.

[-14-] On la lie souvent avec d'autres Nottes, sur cela Voyez, LEGATURA.

Anciennement sous les signes du C barré ou du C barré et renverse elle ne valoit que deux temps, de-là vient que les Italiens nomment encore Alla breve la mesure à deux temps fort vîte dont ils se servent dans les Musiques Da capella. Voyez CAPELLA.

BRILLANTE. veut dire d'une maniere, VIVE, enjouée, galante, animée, brillante, et cetera.

BUCCINA. Voyez TROMBA.

BUONO. veut dire BON. Ainsi Buono tempo, veut dire, certain temps de la mesure qui est bon; c'est à dire plus propre à certaines choses qu'un autre. Par exemple à terminer une cesure, une section, une cadence; à placer une sillabe longue, une dissonance sincopée, une Consonance et cetera. C'est pourquoi on l'apelle aussi Tempo di buona. Le bon temps de quelque mesure que ce soit est toûjours le premier, qui se fait en battant; et dans la mesure à quatre temps le troisieme est aussi un bon temps, les autres sont des temps, Di cattiva. Voyez Cattivo qui est le contraire de Buono.

C.

C. Majuscule marque dans les Basses Continues le Dessus chantant C. premier pour le premier C. second pour le second Dessus, et cetera. Voyez Canto.

C. simple posé après la Clef marque la mesure à quatre temps ou vîtes ou lents selon qu'il est marqué Adagio ou allegro, et s'il n'y a rien de marqué, on y doit supposer Adagio.

[Cdim on staff5] Barré marque la mesure à deux temps graves à moins qu'il n'y ait Alla breve ou Da capella. Pour faciliter l'execution souvent on donne sous ce signe la mesure à 4. temps vîtes ou animés à quatro tempi vivaci, comme au commencement du dernier Motet de mon premier Livre.

On trouve aussi dans les anciennes Musiques un [Cddim] avec un point au milieu, sur quoy Voyez, PROLAZIONE.

[CL,CLdim on staff5,CLddim] On y trouve aussi ces trois especes de C renversez ainsi, mais ils ne sont plus d'aucun usage.

CADENZA. en Latin Clausula ou Conclusio. veut dire une CHUTE ou une conclusion de chant et d'harmonie propre à terminer ou tout à fait, ou en partie une piece, et qui se doit faire regulierement en battant, sur la finalle, ou la dominante, et quelques fois sur la médiante [-15-] d'un Mode. C'est ce que l'on doit appeller proprement Cadence et non pas comme nos François qui nomment un Tremblement Cadence, et cetera.

CADENZA FIORITA, SFUGGITA, D'INGANNO et cetera. Voyez FIORITO, SFUGGITO, INGANNO.

CAMERA. veut dire CHAMBRE, Sonate, Musiche, Concerti, et cetera da camera. Sonates, Musiques, Concerts et cetera propres pour la chambre. Voyez SONATA.

CANCHERIZANTE ou CANCHERIZATO. C'est-à-dire qui peut se recommencer à reculons ou retrogradant ou en allant de la fin au commencement. Voyez IMITATIONE, CANONE, FUGHA. et cetera.

CANON terme grec Voyez REGOLA. CANON HARMONICUS Voyez MONOCHORDO.

CANONE. veut proprement dire une REGLE et c'est de là que les Italiens appellent Canone harmonico, Un Instrument qui n'a qu'une Corde avec une ligne au-dessous divisée en plusieurs parties, par le moyen de laquelle on mesure les intervalles de la Musique. Voyez MONOCHORDO.

Autre fois selon la remarque de Zarlin, on mettoit à la tête des Fugues perpétuelles, ou in conseguenza, certains avertissemens qui marquoient comment il falloit chanter ces sortes de Fugues; et ces avertissemens, étant proprement les regles de cette espece de Fugue s'intituloient Canoni ou Canone. De-là est venu, que prenant le nom du Titre pour la chose même, on nomme encore ces sortes de Fugues Canons, Canone, ou Canoni. Il y en a d'une infinité de manieres, mais nous en parlerons plus amplement ailleurs.

CANONE, CHIUSO, ou Canone in corpo. C'est une fugue perpetuelle, écrite sur une seule ligne, avec quelques marques ou les parties Imitantes doivent commencer et finir.

CANONE IN PARTITO, ou Risoluto., ou ce qu'on nomme simplement en Latin Resolutio. C'est lorsque toutes les parties d'un Canon, ou fugue perpetuelle, sont écrites, ou en partition en plusieurs lignes separées, ou dans des parties separées, avec les pauses que chaque partie doit observer au commencement.

CANTATA. au plurier Cantate. On commence à rendre ce terme François, par celui de Cantate. C'est une grande piece, dont les paroles sont en Italien, variée de Recitatifs, d'Ariettes, et de mouvement différens; pour l'ordinaire à Voix seule et une Basse Continue souvent avec deux Violons ou plusieurs Instrumens, et cetera. Quand les paroles sont de pieté, ou de morale, on les nomme Cantate morali ò spirituali; quand elles parlent d'amour, ce sont Cantate amorosè. et cetera. Voyez OPERA [-16-] et RECITATIVO. On a fait depuis peu des Cantates Françoises qui ont très-bien réüssi; le sujet du chant est une Histoire dont les différentes actions sont marquées par des mouvements differents.

CANTICUM. Voyez MOTETTO.

CANTILENA. veut dire CHANT, Chanson, et generalement toute composition de Musique bien modulée.

CANTO. au plurier Canti. qu'on marque aussi souvent par un C. veut dire, BAS-DESSUS, ou Second dessus, sur tout si le mot secondo ou second y est ajoûté; S'il y a Primo ou premier pour lors il signifie Premier ou Haut-Dessus. Le mot de Canto signifie toûjours le premier Dessus, à moins qu'il n'y ait un autre mot qui y soit joint, comme Secondo, pour marquer le Second Dessus, ou Ripieno, pour marquer le Dessus du grand Choeur, et cetera.

CANTO CONCERTANTE. veut dire le DESSUS DU PETIT CHOEUR ou Recitant.

CANTO FERMO plein chant.

CANTO RIPIENO. C'est le DESSUS du grand Choeur.

CANTO RIVOLTATO. Voyez RIVOLTARE.

CANTO. veut dire aussi en général un CHANT, et Canto fermo, veut dire, cette Musique imparfaite et à Nottes égales, qu'on nomme Chant Grégorien ou Plein Chant. Les Italiens se servent aussi souvent de Canto fermo pour signifier toute espece de Basse ou simple ou figurée, qui sert de sujet ou de fondement à un Contre-Point.

CANTO FIGURATO. c'est un chant dont les figures sont diverses et marquent différens mouvemens, et cetera.

CANTO SEMPLICE. veut dire CHANT SIMPLE, dont toutes les figures sont égales. C'est comme Canto fermo.

CANTORE. veut dire CHANTRE, ou celuy qui chante. C'est une dignité en beaucoup d'Eglises.

CANZONE. veut dire en général CHANSON. Mais on le prend en particulier pour un espece de Poëme en Italien, souvent fort long, sur lequel on peut faire de la Musique à peu près du même stille que la Cantate. Voyez, CANTATA. Il y a aussi des pieces de Simphonie sans paroles qu'on nomme Canzone. Ce sont comme les Sonates. Voyez,

SONATA. Le mot de Canzone, quand il se trouve dans des Sonates sert à faire connoître que les Airs sous lesquels on le met sont des Airs de mouvement, tels que peuvent être les Fugues ordinaires marquées d'un Allegro, dans les Sonates.

CANZONETTA. diminutif de Canzone. veut dire CHANSONETTE ou Petite Chanson. Les Canzonette Napolitane, ont presque toûjours deux reprises comme nos Vaudevilles, [-17-] qu'on chante chacune deux fois. Les Canzonette Siciliane, sont des especes de Gigues dont la mesure est presque toûjours ou 12/8 ou 6/8. Les unes et les autres sont presque toûjours des Rondeaux, dont on recommence da capo la premiere reprise, pour finir.

CAPELLA. au plurier Capelle. veut dire proprement CHAPELLE. Mais les Italiens prennent ce mot pour une assemblée de Musiciens propres à chanter ou à joüer toutes les Parties d'une Musique ou d'un Concert. Ainsi ces mots da Capella, par la Chapelle, marquent, qu'il faut que toutes les Voix et les Instrumens de chaque Partie chantent ensemble la même chose pour faire plus de bruit, même dans les entrées des Fugues. C'est ce que nous apellons Gros Choeur ou Grand Choeur. Ce qui se chante da Capella, est ordinairement sous le signe [Cdim on staff5], et marqué Allabreve. ce qui veut dire qu'on doit battre la mesure à deux temps fort vîtes, à moins qu'il ne soit marqué autrement.

C'est de là que les Italiens nomment Maëstro di Capella ce que nous apellons Maistre de Musique.

CAPO. veut dire, CHEF. Capo de Instrumenti. Chef des Instrumens. C'est celuy qui a le soin d'instruire et de conduire ceux qui joüent du Violon ou d'autres Instrumens.

DA CAPO. Voyez, DA.

CAPRICETTO. diminutif de Capricio.

CAPRICIO. veut dire CAPRICE. ce sont de certaines pieces, où le Compositeur, sans s'assujettir à un certain nombre, ou une certaine espece de mesure, ou à aucun dessein prémédité, donne l'essort au feu de son genie, ce qu'on nomme autrement Phantasia, Preludio, Ricercata, et cetera.

CAPRICIOSO. veut dire d'une maniere CAPRICIEUSE, sans aucun dessein prémédité, et cetera. Voyez, CAPRICIO.

CARTA. en abregé. Car. ou Cart. veut dire, PAPIER et Feuillet, et souvent dans les Tables des Livres Italiens, Page. Ainsi Carte 6. Carte 7. et cetera veut dire. Page 6. Page 7. et cetera.

Ils se servent aussi de Pagina en abregé Pag. et du mot Facciata, en abregé fac. pour signifier la même chose.

CATTIVO. veut dire MAUVAIS. Ainsi Cattivo tempo veut dire, certain temps de la mesure où il n'est pas bon de faire certaines choses, par exemple de terminer une Cesure, [-18-] une Section, une Cadence, et cetera de placer une Sillabe longue, une Consonance et cetera. Voila pourquoy on l'appelle aussi Tempo di cattiva, c'est à dire Temps où l'on peut placer une dissonance ou un mauvais accord, et cetera. Le mauvais temps de quelque mesure que ce soit est toûjours le second, ou le dernier. Voyez cy-dessus BUONO qui est son contraire.

CAUDA. Voyez CODA et VIRGULA.

CAUDATUS. PUNCTUS CAUDATUS. Voyez PUNTO.

CELER PROGRESSUS. Voyez SUPPOSITION.

CHELIS. Voyez VIOLA. et selon plusieurs VIOLINO

CHIAVE. au plurier Chiavi. veut dire, CLEF, c'est à dire, en fait de Musique, un de ces trois caractéres qu'on met au commencement de chaque portée de cinq lignes, qui donne l'ouverture pour le nom des Nottes, pour la qualité de leur Son, et pour les especes de Voix qui les doivent chanter. Quand immédiatement après il y a plusieurs [rob,rob] ou plusieurs [x,x] on les nomme Clefs transposées; quand il n'y a rien on les nomme Clefs naturelles. Remarquez que quoi que la Clef ne soit pas transposée par la negligence ou l'oubli qu'on a eu d'y placer les [x,x] ou les [rob,rob], la Piece ne laisse pas quelque fois de l'être, par les [x,x] ou [rob,rob] accidentels, qui se trouvent devant de certaines Nottes dans le cours de la piece et qu'on auroit deu placer à la Clef. Voi le livre des Transpositions de Musique de Monsieur Frere.

CHIAVE MAESTRA. C'est la Clef naturelle à laquelle on reduit une Clef transposée.

CHIESA. veut proprement dire EGLISE. Ainsi Sonate, Musiche, Concerti, et cetera. Da chiesa veut dire, Sonates, Musiques, Concerts, et cetera propres pour l'Eglise. Voyez MUSICA, SUONATA.

CHITARIS ou CYTARA. Voyez VIOLA.

CHITARRA. C'est ainsi que les Italiens écrivent et prononcent ce mot. Voyez GUITARRA.

CHITARRONE. Voyez THEORBA.

CHIUDENDO. Participe du Verbe Chiudere qui veut dire FERMER, Conclure, ainsi Chiudendo col Ritornello, col' l'Aria, col' Choro, et cetera signifie qu'il faut finir par une Ritournelle, par un Air, par un Choeur; qu'on aura dêja chanté ou joüé.

CHIUSO. fermé. Voyez CANONE.

CHORDA. se prend souvent en Musique pour un Son, une Notte, et cetera. Voyez CORDA.

CHORDI ou CHORDE, terme grec. Voyez MONOCHORDO.

[-19-] CHORO. au plurier Chori. veut dire CHOEUR. On le trouve souvent seul, au lieu de Tutti ou Da Capella, ce que nous appellons Gros Choeur ou Grand Choeur. A doi, à tre, quatre Chori, et cetera veut dire A deux, à trois, à quatre Choeurs, et cetera. Quand après le nom d'une partie on trouve Primo ou Io. Choro, c'est une marque qu'elle doit chanter dans le premier Choeur; quand il y a Secondo ou 2o. ou IIo. Choro, elle doit chanter dans le second Choeur, et cetera et par consequent que la composition est à huit Voix ou Parties différentes, et cetera.

CHORO FAVORITO. Voyez FAVORITO.

CHORO SPEZZATO. ou Choeur épaissi selon Zarlin institutions harmoniques page 329. C'est une composition à 2, 3, ou 4. Choeurs.

CHRESIS. Terme grec. Voyez USO.

CHROMA. au plurier Chrome. Terme Grec, qui veut dire COULEUR ou ornement, dont les Italiens se servent pour nommer une Croche ou une Notte faite ainsi [8] Il en faut 8. pour faire une mesure. Ils nomment la double Croche [6] Semichroma, comme qui diroit un demi Chroma. au plurier Semichrome. Il en faut 16. pour une mesure. Voyez FUSA. Ils se servent encore de la DOSDUPLA DI CROME, il en faut 12. en une mesure, et de la NONUPLA DI CHROME, il en faut 9 à une mesure, de la SESTUPLA DI CHROME, il en faut 6 à une mesure. Voyez TRIPOLA.

CHROMATICI SUONI. Voyez SUONO.

CHROMATICO. veut dire CHROMATIQUE, c'est un des trois genres de la Musique des Anciens, et qui fait le plus bel ornement de la Musique moderne. C'est quand la Modulation procéde par demi Tons majeurs et mineurs, et générallement toutes les fois qu'on change l'ordre Diatonique ou naturel qui est entre les Sons, en les altérant, c'est à dire, les haussant par des [x,x] ou les baissant par des [rob,rob]. Mais ce n'est pas, comme plusieurs se l'imaginent et osent même le soûtenir, lorsqu'il y a plusieurs [rob,rob] ou plusieurs [x,x] après la Clef. C'est bien alors une transposition qui se fait par le moyen des signes Chromatiques, mais si le chant ne procéde que par Tons et semitons majeurs, ce ne peut être tout au plus qu'un Diatonique transposé. Nous aurons lieu dans quelqu'autre occasion de le démontrer plus amplement.

CIACONA. veut dire CHACONE. C'est un chant composé sur une Basse obligée de quatre mesures, pour l'ordinaire [-20-] en triple de noires, et qui se repette autant de fois que la Chacone a de Couplets ou de variations, c'est à dire, de chants differens composez sur les Nottes de cette Basse. On passe souvent dans ces sortes de pieces du Mode majeur au Mode mineur, et l'on tolere bien des choses à cause de cette contrainte, qui ne seroient pas regulierement permises dans une composition plus libre.

CIFFRA. au plurier Ciffre. veut dire CHIFFRE. c'est le nom qu'on donne en Italien aux nombres et aux autres signes qu'on met au dessus des Nottes de la Basse-Continuë pour marquer la nature des accords qu'on y doit faire en accompagnant.

CIRCOLO. veut dire CERCLE. c'est le nom que donnent les Italiens à une espece de double [C,CL] ou d'[O] qu'on voit dans les anciennes Musiques après la Clef. voyez. TEMPO PERFETTO.

CIRCOLO MEZZO, une espece de diminution de quatre Croches ou doubles Croches ou Nottes équivalentes qui represente comme un demi cercle, procedant toutes par degrez conjoints comme

[Brossard, Dictionnaire, 20; text: en montant. descendant.] [BRODIC1 01GF]

et cetera. Voylà deux Circoli mezzi.

CIRCONCORRENTE CONDUCIMENTO. Voyez USO.

CIRCUMCURRENS. DUCTUS CIRCUMCURRENS. Voyez USO.

CLARINO. au plurier Clarini. veut dire, TROMPETTE. Ainsi. A doi Clarini. veut dire, A deux ou pour deux Trompettes. Voyez, CORNETTO.

CLAVECIMBALO. ou Grave Cimbalum. CLAVESSIN.

CLAVIS et CLAVES SIGNATAE. Voyez CHIAVE. et SYSTEMA.

CLAUSULA. Terme Latin. Voyez, CADENZA.

CLEINE ALT POSAUNE. Termes Allemands. Voyez TROMBONE.

CODA. veut dire QUEUE. On trouve souvent à la fin des Canons deux ou trois mesures pour les terminer après les avoir repeté plusieurs fois, et c'est ce qu'on apelle Coda.

[-21-] COLORATO CONTRAPUNTO. Contrepoint figuré Voyez CONTRAPUNTO.

COLORATURA. plurier Colorature. C'est le nom général qu'on donne en Italien à tous les agréemens du Chant, comme sont les Circoli mezzi, les Tremoli, les Trilli, Diminutioni, Variationi, et une infinité d'autres dont on trouvera icy l'explication chacun à leur rang.

COME SOPRA. vent dire COMME CY-DESSUS. c'est à dire qu'il faut repeter quelque chose, et cetera.

COMMA. Terme Grec, que toutes les Langues se sont aproprié, pour signifier le plus petit des intervalles sensibles à l'oreille. Il faut 9. Comma pour faire un Ton plein, dont quatre font le Semiton mineur, et cinq le Semiton majeur.

Le Comma se subdivise mathématiquement en deux Schisma dont 18. font un Ton.

Deux Comma d'un autre côté font ce qu'on apelle Diaschisma. Ainsi il y a quatre Diaschisma et un Comma dans un Ton.

COMMUNE. selon Gaudentius le Philosophe raporté par Zarlin page 367. C'est un des anciens Modes que le même Gaudence apelle Locrico, et Hypodorio. Voyez. HYPODORIO.

COMPIETA. veut dire COMPLIES. Ainsi Salmi di Compieta. ce sont les Pseaumes et autres priéres qui se chantent à Complies, et que l'on chante souvent entierement en Musique dans les Eglises d'Italie.

COMPONISTA. veut dire un COMPOSITEUR, qui invente de beaux chants, ou une bonne Harmonie.

COMPOSIZIO. veut dire COMPOSITION. C'est dit Zarlin mettre ensemble les Consonances, qui sont la matiere des pieces de Musique. C'est aussi inventer de beaux chants.

COMPOSTO. veut dire COMPOSÉ, c'est à dire quelques fois redoublé, quelques fois figuré, et cetera.

CON. veut dire AVEC. On joint souvent cette Proposition avec des Substantifs. Voyci les plus communs.

CON Affetto. Voyez, AFFETUOSO.

CON Bizarria. Voyez, BIZARRO.

CON dolce maniera. veut dire, D'une maniere douce, gracieuse, insinuante, agréable, et cetera.

CON diligenza. Avec soin, avec exactitude.

CON discretione. Avec jugement et discretion.

CON, è senza Violoni. Avec et sans Violons. Pour marquer qu'il y a des pieces dans un Ouvrage qui se doivent [-22-] chanter avec des Violons, et d'autres sans Violons.

CON furia. Avec furie, d'un mouvement vif, violent et fort emporté.

CON osservanza. Avec exactitude, ou en observant reguliérement tout ce qui est marqué, ne faisant ny plus ny moins. et cetera.

CONCERTANTE. Ce mot se met avec le nom de toutes les Parties Recitantes pour les distinguer des Parties qui ne chantent que dans le gros Choeur.

CONCERTATO. Feminin Concertata, et cetera. veut dire composé de maniere que toutes les Parties ont des Recits, soit à Voix seule, ou à deux ou à trois, et cetera. Ainsi on dit Messa ou Messe concertate, Salmi concertati, et cetera à 2. à 3. à 4. Voci. et cetera.

CONCERTO. Concert. Voyez MUSICA CONCERTANTE, USO, sur la fin et CAMERA.

In CONCERTO, c'est à peu près comme CONCERTANTE.

CONCLUSIO. Voyez CADENZA, BUONO, LONGA, et cetera.

CONDUCIMENTO, RETTO, RITTORNANTE et CIRCONCORRENTE. Voyez USO.

CONSEGUENTE, ou Conseguenza. Consequenza in Consequenza. C'est ainsi qu'on apelle, dans les Canons et dans les Fugues, la Partie qui chante après la premiere ou la Guida, et qui imite Notte à Notte son chant et ses mouvemens, et cetera. Voyez CANONE et FUGHA.

CONSONANS, SYNCOPE CONSONANS DESOLATA et CONSONANS AEQUIVAGANS. Voyez SYNCOPE.

CONSONANTE. plurier Consonanti. veut dire CONSONANCE. C'est ainsi qu'on nomme tous les intervalles qui font plaisir à l'oreille, soit qu'elles soient Perfette, comme l'octave et la quinte soit qu'elles soient Imperfette comme la sixte et la tierce.

CONSONO. SUONI CONSONI. Voyez SUONO.

CONSONO DISSONANS SYNCOPE. Voyez SYNCOPE.

CONSONANZA. Voyez, CONSONANTE.

CON SPIRITO ou SPIRTO. Voyez SPIRITOSO.

CONSTITUTIO. Voyez MODO et SYSTEMA.

CONTINUATO. veut dire en general qu'il faut CONTINUER le même mouvement, ou la même maniere de chanter; et en particulier pour les Voix, qu'il faut bien soûtenir et continuer d'une égalle force certains Sons; et pour les Instrumens sur tout à archet, qu'il faut en continuer ou n'en [-23-] pas couper le Son, ou détacher les Nottes et cetera.

CONTINUI. SUONI. Voyez SUONO.

CONTINUO. Voyez, BASSO CONTINUO.

CONTINUO. c'est une des especes d'Harmonie, ou de Mode, dont fait mention Jules Pollux, et qui revient selon Zarlin, à ce bourdonnement perpetuel, et cependant harmonieux, que font nos Loures ou Musettes, ou le bourdon de nos Vielles.

CONTINUUS. BASSUS CONTINUUS GENERALIS. Voyez BASSO CONTINUO.

CONTRA. Voyez CONTRATENOR et ALTO.

CONTRALTO. ou encore mieux Contra'lto. au plurier Contralti. de Haute-Contre Terme dont se servent les Italiens pour les Duo. A doi contralti, pour deux Hautes-Contres, parce qu'elles chantent l'une contre l'autre.

CONTRAPUNTISTA. plurier Contrapuntisti. Celuy ou ceux qui travaillent à faire ou à composer des Contrepoints.

CONTRAPUNTO. en Latin Contrapunctum. en François Contrepoint, ainsi nommé parce qu'originairement les Nottes ou signes des Sons, étoient des Points, qu'on mettoit l'un contre, ou sur l'autre. En general toute composition qui fait Harmonie est Contrepoint, mais spéciallement c'est un, deux, ou plusieurs Chants différents composez sur un sujet donné, pris ordinairement des Chants de l'Eglise, nommé en Italien Soggetto. On met quelque fois ce sujet à la Taille ou dans quelque autre Partie superieure; pour lors on le nomme Sogetto sopra, et la basse ou autres Parties qu'on fait au dessous, Contrapunto infra ou sotto il soggetto. Ordinairement le sujet est à la Basse, et chaque Notte vaut une mesure à deux temps, ou une demie à quatre temps, et les Parties qu'on fait sur cette Basse sont Contrapunto sopra soggetto. Quand cette composition se fait sur le champ et sans préparation, c'est chanter sur le Livre, ou Contrapunctum extemporaneum; quand elle est Notte contre Notte, c'est Contrapunto semplice ou Contrepoint simple: Quand les Nottes du sujet et du Contrepoint sont de differente figure et valeur c'est ce qu'on apelle Fleurtis ou Contrepoint composé, figuré, diminué, et cetera en Italien Contrapunto composto, colorato, florido, diminuto, ou diminuito et cetera. S'il se fait sans aucune Notte sincopee, c'est un Contrepoint sciolto, c'est à dire libre ou deslié. S'il y a plusieurs sincopes, ils l'apellent Contrapunto legato ou sincopato, en François. Contrepoint lié ou sincopé ou entrelacé. Si l'on fait des Fugues ou des Imitations, c'est Contrapunto fugato. S'il est fait de maniere qu'on le puisse chanter au dessous de son sujet sans gater l'harmonie c'est Contrapunto doppio, et cetera car il [-24-] y en a une infinité d'autres manieres. Voyez dans la Table Alphabetique françoise CONTREPOINT.

CONTRAPUNTO, LEGATO et SYNCOPATO. Voyez SYNCOPE.

CONTRARIO. veut dire CONTRAIRE. Voyez, FUGA MOVIMENTO, et cetera.

CONTRA-TENOR. ou simplement Contra, Mots Latins, qui signifient HAUTE-CONTRE ou la Partie la plus proche et au dessus de la Taille.

CONVENIENTIA. SIGNUM CONVENIENTIAE AC MORAE. Voyez PUNTO.

CORDA. ou Chorda. plurier Corde, veut dire CORDE et signifie non seulement les cordes d'un Instrument, mais toutes les Nottes ou Sons sensibles qui sont renfermez dans l'étenduë de l'Octave ou Diapason. ainsi on dit la Corde A. la Corde B. et cetera. pour exprimer le Son d'A, mi, la, de B, fa, si, et cetera. On dit aussi, il y a de belles Cordes dans cette piece, c'est à dire, des Sons bien ménagez, bien recherchez, et cetera.

CORNETTINO. diminutif de Cornetto. veut dire CORNET, ou Cornet à Bouquin. Cornetto primo ou Io, Cornetto secondo ou 2o. Cornetto terzo, ou 3o, et cetera veut dire, Premier, second, troisiéme Cornet. On les peut supléer par nos Haut-bois.

CORONA, ou Coronata, c'est un C de haut en bas avec un point, ainsi [signum] Quand il est dans toutes les Parties, sur de certaines Nottes, c'est la marque d'un silence général, qu'on doit arrêter la mesure, et qu'on peut même souvent finir par cette Notte si l'on veut. (C'est ce qui arrive souvent dans mes Motets du premier Livre, et ce qui marque qu'on en peut faire trois et quatre d'un seul si on le trouve trop long.) Mais si cette marque est sur la Notte finale d'une seule Partie, alors on l'apelle en François Point d'Orgue, et elle marque qu'il faut continuer le Son de cette Notte jusqu'à ce que les autres Parties soient arrivées à leur conclusion naturelle. On s'en sert aussi dans les Canons, pour marquer l'endroit où toutes les Parties peuvent s'arrêter quand on les veut terminer.

CORPO. Voyez NOTA.

CORPO in corpo. Voyez, CANONE.

COSTUME en Latin MORES. Passions ou affections Voyez USO.

CROMA. Cromatico, et cetera. C'est ainsi que beaucoup d'Italiens écrivent ces mots quoy qu'originaires du Grec, il faut chercher icy Chroma, Chromatico, par un CH. qui répond au Chi ou Ki des Grecs.

CROMETTA. TRIPLA ou TRIPOLA CROMETTA, [-25-] et SEMI CROMETTA. Voyez TRIPOLA 1. Classe Numéro 4 et 5. NONUPLA DI CROME. ibidem 2. Classe Numéro 2. SESTUPLA DI CROME et SEMI CROME. ibidem 3. Classe article 1. DOSDUPLA DI CROME. et SEMI CROME. ibidem 3. Classe article 2.

CROUSTAE. Terme grec. Voyez STROMENTO.

CUSTOS. Terme Latin. en Italien Mostra, en François GUIDON. Voyez MOSTRA.

CYTARA. Voyez VIOLA.

D.

D. Majuscule, dans les Basses Continuës marque ce que les Italiens apellent Discanto, et les François Dessus ou Bas-Dessus.

DA. Preposition Italienne, signifie quelques fois PAR comme Da Capella. Par la Chapelle. Voyez, CAPELLA.

Quelques fois POUR, comme, Sonate da camera, da chiesa, et cetera. Sonates ou Simphonies pour la Chambre, pour l'Eglise et cetera.

Quelques fois au ou dez, comme, Da capo, au commencement, dez le commencement. Pour marquer qu'il faut repeter ce qu'on a chanté au commencement d'une piece, ce qui arrive fort souvent aux Ariettes Italiennes qui sont presque toutes en Rondeau, et cela pour s'exempter de la peine d'écrire deux fois la même chose.

Quelques fois simplement A comme Stromenti da Arco. Instrumens à Archet.

Devant un Verbe il signifie A, ou Pour, comme Da suonar, pour sonner, ou joüer, et cetera.

DAL', abreviation de da lo, ou da la se met au devant du nom et des qualités des Autheurs et signifie alors Par, comme dal' Signore N. par le Sieur N. et cetera.

DECIMA. C'est un des intervalles de la Musique composé d'une octave et d'une tierce majeure ou mineure par dessus, en François LA DIXIEME ou la tierce doublée. Voyez, TERZA. Avec le mot Opera. C'est un nombre ordinal, qui veut dire dixiéme, CONTRAPUNTO a la decima. C'est une des especes du Contrepoint double, et c'est quand le Contrepoint se peut chanter une dixiéme au dessus ou au dessous du sujet sans gâter l'harmonie.

DECIMA TERZA. C'est la sixiéme doublée. Voyez SEXTA, DECIMA TERZA avec opera, signifie treizieme ouvrage.

DECIMA QUARTA. C'est la -me. doublée. Voyez, SETTIMA. Avec Opera, il signifie, QUATORZIÉME Ouvrage.

[-26-] DECIMA QUINTA. Veut dire la quinziéme ou l'OCTAVE REDOUBLÉE, ou la double Octave. Voyez, OTTAVA. Avec Opera, il veut dire, QUINZIÉME Ouvrage.

DECIMA SEXTA. ou sesta. C'est la seconde triplée ou la neuviéme doublée. Voyez, SECONDA. Avec Opera, il veut dire, SEIZIÉME Ouvrage.

DECIMA SEPTIMA, ou settima. C'est la tierce triplée. ou la dixiéme doublée. Voyez, TERZA. Avec Opera, il veut dire, DIXSEPTIÉME Ouvrage.

DECIMA OTTAVA. C'est la quarte triplée. Voyez, QUARTA. Avec Opera, il veut dire DIX-HUITIÉME Ouvrage.

DECIMA NONA. C'est la quinte triplée. Voyez, QUINTA. Avec Opera, il veut dire DIX-NEUVIÉME Ouvrage.

DECLAMATIO. Declamation. Voyez RECITATIVO, LARGO, ORATORIO.

DEDUTTIONE. Veut dire CONDUITE, du mot Latin Deductio. C'est le nom que Guy Aretin donne à la suite des Nottes quand elles vont en montant, ainsi, ut, re, mi fa, sol, la. Parce que per has deducitur vox. Mais quand elles vont en descendant, ainsi, la, fol, fa, mi, re, ut. cela s'apelle Reduttione ou Reduction. Parce que per has reducitur vox.

DEL. feminin della. plurier delli, ou degli, delle. Article du genitif des Italiens signifie, de, du, des, de la, et cetera. Devant les noms et les qualités des Auteurs il signifie du, comme Del Signore N. du Sieur N. Del Padre N. du Pere N. et cetera.

On le trouve aussi fort souvent dans les Tables des Motets Italiens devant le sujet du Texte, ainsi.

Del Signore, du Seigneur, ou du Saint Sacrement.

Del santo nomine di Giesu. Du Saint nom de Jesus.

Della Madonna. De la sainte Vierge, et cetera.

DEPRESSIO. Voyez THESIS.

DESOLATA. SYNCOPE CONSONANS DESOLATA. Voyez SYNCOPE.

DEUTERUS. Voyez PROTOS.

DI autre Article du genitif des Italiens. Devant les noms de Baptême des Autheurs, il veut dire DE. Comme, di Giovanni Maria Bononcini. De Jean Marie Bononcini. et cetera. Comme aussi devant beaucoup de Substantifs, Salmi di Terza, di Compietta, et cetera. Pseaumes de Tierce, de Complies, et cetera.

Di secunda, di terza, di quarta, et cetera veut dire, monter ou descendre de seconde de tierce de quarte et cetera.

Devant quelques Adverbes, il signifie encore de ou d'au; comme, di sopra. De dessus ou d'au-dessus. Di sotto, de dessous ou d'au dessous.

[-27-] DIAFONOI SUONI. Voyez SUONO.

DIAGRAMMA. Terme grec. Voyez PARTE.

DIALOGO. Veut dire, DIALOGUE. Composition au moins à deux Voix, ou deux Instrumens, qui se repondent l'un à l'autre et qui souvent se réunissant sur la fin, font un Trio, avec la Basse Continuë. Telles sont beaucoup de Scenes des Opéra Italiens et François, les Recits des Oratorio, et cetera. On trouve aussi deux, trois, et quatre Choeurs qui se répondent en Dialogue. Les Organistes font aussi souvent des Dialogues entre le Grand Jeu, le Positif, et l'Echo, et cetera.

DIAPASON. Terme Grec, en Italien Ottava, en François OCTAVE. ou 8. Voyez, OTTAVA. Les Ouvriers ou Facteurs d'Instrumens de Musique nomment aussi Diapason, certaines Tables où sont marquées les mesures ou grandeurs différentes de ces Instrumens, ou des Parties qui les composent. Voyez SYSTEMA Table 2. sur la fin. In Epi, ou Hypo, ou sub DIAPASON. Voyez EPI, HYPER, HYPO et SUB.

DIAPENTE. Terme Grec, en Italien Quinta, en François, QUINTE. ou 5te. Voyez QUINTA. in Epi, ou Hypo, ou sub DIAPENTE. Voyez EPI, HYPER, HYPO, SUB; et cetera.

DIAPENTE col Ditono. C'est ainsi que Zarlin et après luy plusieurs autres apellent la Septiéme Majeure. Voyez SETTIMA.

DIAPENTE col Semiditono. C'est la Septiéme Mineure. Voyez, SETTIMA.

DIASCHISMA. Terme Grec. Voyez, COMMA.

DIASEUXIS. Terme grec. Voyez TRITE. Numéro 2. et TETRACHORDO.

DIASTEMA. Terme Grec, plurier Diastemata, veut dire, INTERVALLE. Voyez, INTERVALLO. Il faut au moins deux Diastemes pour faire un Systeme. Voyez, SYSTEMA.

DIATESSARON. Terme Grec, en Italien, Quarta, en François, QUARTE ou 4. Voyez, QUARTA. in Epi ou Hypo ou Sub DIATESSARON. Voyez EPY, HYPO, SUB, et cetera.

DIATONICI SUONI. Voyez SUONO.

DIATONICO. Du Grec Diatonicon, en François, DIATONIQUE, est un des trois genres de la Musique dont les moindres Intervalles sont les Semitons majeurs, et les Tons. C'est quand la modulation suit l'ordre naturel des Sons, c'est à dire, cette distance que la nature y a mise, et que les plus ignorans observent naturellement pour peu qu'ils ayent l'oreille, et les organes de la Voix justes. Suivant cet ordre naturel il y a un Ton entre toutes les Nottes de la Musique, hormis [-28-] entre mi, fa, et si, ut, qui sont des Semitons majeurs. Quand par le moyen des [x,x] ou des [rob,rob] on altere ou l'on change cet ordre; ou bien on le change par tout, ensorte que tous ces intervalles sont partagez en deux Semitons, sçavoir le majeur et le mineur; pour lors c'est le pur Chromatique moderne dont nous avons parlé cy-dessus, et qui n'est pas de grand usage. Mais si cette alteration ne se fait qu'en quelques endroits, et lorsqu'il en est besoin; pour lors c'est un Genre meslé qu'on nomme Diatonico-chromatico, qui est le seul propre pour la bonne harmonie et le seul en usage dans la Musique moderne.

DIATONICO SYSTEMA. Voyez SYSTEMA sur la fin.

DIATONO-DIATONICO, selon Zarlin, est le DIATONIQUE purement naturel, ou par Beccare, dans lequel aucun des Sons n'est alteré; Tel est le Plein-Chant de l'Eglise. S'il y a un [rob] après la Clef, qui marque qu'il faut baisser le Si d'un Demi Ton mineur; pour lors selon le même Zarlin, c'est le DIATONICO-MOLLE. ou par [rob]. Ce qui arrive lorsqu'on transpose un Mode ou un Ton, une Quarte plus haut ou une Quinte plus bas que le Naturel. Voyez, CHROMATICO. MODO. TRANSPOZIZIONE. et l'Article DIATONICO.

DIATONOS. Terme grec, dont se sert Martianus Capella pour nommer quatre des Chordes de l'ancien Systeme des grecs.

HYPERBOLEON DIATONOS  }
DIESEUGMENON DIATONOS }
MESON DIATONOS        } Voyez SYSTEMA. Table 1.
HYPATON DIATONOS      }

DIDYME. Nom d'homme Voyez TEMPERAMENTO.

DIESEUGMENON. Est le genitif plurier d'un Adjectif Grec qui signifie SEPARÉ. C'est par ce mot que les Grecs distinguoient un de leurs Tetrachordes des trois autres. Voyez, TETRACHORDO et SYSTEMA.

DIESEUGSIS. Terme grec. Voyez TETRACHORDO et TRITE. Numéro 2.

DIESIS. Terme Grec, que les Latins, les Italiens et plusieurs Etrangers ont comme naturalisé dans leurs langues, et dont les François ont fait celuy de DIEZE. C'est un des Signes Accidentels de la Musique, qui marque qu'il faut élever une Notte au dessus de sa situation naturelle, sans cependant la faire changer de degré ny de nom, mais seulement de Son. Or comme cette élevation se peut faire du moins en trois manieres sensibles. Il y a trois sortes de Diezes. sçavoir,

Le Dieze Enharmonique mineur, ou simple Dieze, qu'on marque par une croix simple, ainsi X et qui éleve la Notte de [-29-] deux Comma, ou d'environ le quart d'un Ton.

Le Dieze Chromatique ou double Dieze, marqué par une double croix ainsi, [x], qui éleve la Notte, devant laquelle il se trouve, d'un Semiton mineur, ou d'environ quatre Comma. C'est le Dieze ordinaire.

Enfin le Dieze Enharmonique majeur, ou triple Dieze, marqué par une croix triplée, ainsi [signum] qui éleve la Notte de 6. à 7. Comma, ou d'environ les trois quarts d'un Ton.

De ces trois Diezes, il n'y a que le Chromatique, ou Double Dieze, qui soit d'usage dans la Musique harmonique; ces élevations presques insensibles de la Voix, causées par les deux Diezes Enharmoniques, étant d'une difficulté presque insurmontable, ne peuvent servir que dans la simple Mélodie, et seroient souvent capables de gâter l'Harmonie, et par consequent ce qui releve la Musique Moderne beaucoup au dessus de celle des Anciens.

Le [x] devant ou après les chiffres de la Basse Continuë a le même effet que devant les Nottes. Mais il faut bien remarquer que souvent, faute de Caracteres, ou autrement, on le trouve sur tout devant les chiffres des Livres imprimez, marqué par une simple croix, ainsi, X en ce cas on le doit toûjours prendre pour le chromatique ou le double [x].

Quand le [x] est tout seul au dessus d'une Notte il marque qu'il faut faire la tierce majeure. Quoique regulierement les [x,x] ne se devroient placer qu'au dessus des Nottes de la Basse Continue, par negligence on les place aussi quelque fois au dessus des Nottes des autres parties, joüantes et chantantes; on les doit alors considerer comme si ils étoient devant les Nottes au dessus desquelles on les trouvé placez.

J'ai suivi dans l'explication que j'ai faitte des Dieses la doctrine de Kircher, qu'on ne peut entendre ainsi, que par raport à nôtre Systeme, où les Tons étant partagez en demi Tons à peu pres égaux seroient tous également susceptibles de la division en quarts de Ton. Mais le Diese Enharmonique des Anciens n'étoit pas de même, comme on le peut voir aux mots TEMPERAMENTO, TETRACHORDO, et sur tout SYSTEMA.

DIMINUTIONE. veut dire, DIMINUTION. C'est lorsqu'on partage par exemple, une Ronde [1] ou une Blanche [2] en plusieurs Noires ou Croches, ou autres Nottes de moindre valeur. Il y en a de plusieurs manieres.

On en fait par degrés conjoints, comme les Trilli, Tremoli Tremoletti, Groppi, Circoli mezzi, Fioretti, Tirate, Ribattute di [-30-] gola, et cetera. Il y en a qui se font per salto, c'est à dire par saut de tierce de quarte de quinte et cetera. Voyez tous ces Termes chacun en leur lieu.

DIMINUTO, Diminuta, ou Diminuito. Voyez, CADENZA, Contrapunto, Intervallo, et cetera. Tous les Intervalles qui sont moindres d'un Semiton mineur, que lorqu'ils sont justes sont apellez Diminuez. Quand il y a un [x] à la partie inferieure, ou un [rob] dans la partie superieure, c'est une marque que l'Intervalle est diminué.

D'INGANNO. Voyez, INGANNO,

DIRITTA. Contrapunto alla diritta. Contrepoint à la droite, dit Angelo Berardi, est lorsqu'on est obligé de faire un chant toûjours par degrés conjoints, ou di grado, tant en montant qu'en descendant, sans jamais faire aucun saut, pas même de Tierce, et cetera.

DISCANTO. veut dire, DESSUS, ou Bas-Dessus.

Discanto primo ou 1. Premier Dessus.

Discanto secondo ou 2. Second Dessus.

DISCRETO, ou Con discretione. Veut dire, DISCRETEMENT, avec modération et sagesse, sans aller trop vîte, ny trop lentement, sans pousser trop, ny trop peu la Voix.

DIS-DIAPASON. Terme Grec, en Italien, Decima quinta. c'est en François la DOUBLE OCTAVE ou l'octave doublée. Voyez, OTTAVA.

DISSONANS. SYNCOPE CONSONO DISSONANS. Voyez SYNCOPE.

DISSONI SUONI. Voyez SUONO.

DISSONANTE, ou Dissonanza. Veut dire, DISSONANCE. C'est en general tout accord desagréable à l'oreille. C'est l'Epithete qu'on donne en particulier à la seconde la septiéme la neuviéme et quelque fois à la quarte et à leurs Repliques, et Tripliques et cetera comme aussi à tous les Intervalles superflus ou diminués comme le Triton, la fausse Quinte, et cetera. Pour sçavoir comment on les pratique, il faut voir les mots, SUPPOSITION et SYNCOPE.

DISTENDENTE MANIERA. Voyez MUTATIONE.

DISTENDENTE. Voyez USO.

DITONO. Du Grec. Ditonon. Veut dire DE DEUX TONS C'est ce que les Italiens appellent autrement Terza maggiore. et les François Tierce majeure. Voyez, TERZA.

DITONO CON DIAPENTE. Voyez SETTIMA MAGGIORE, SEMI DIZONO CON DIAPENTE. Voyez SETTIMA MINORE.

DITONUM, AD DITONUM SUPRA. Voyez EPY, ou HYPER. AD DITONUM INFRA Voyez HYPO.

DITONUS cum diapente. Veut dire, La septiéme majeure. Voyez, SETTIMA.

[-31-] DIVISARUM TETRACHORDON, Ultima, EXTENTA et TERTIA. Voyez SYSTEMA Table 1. et Disjointes dans la table françoise.

DIVOTO. Veut dire, DEVOTEMENT, d'une maniere grave, serieuse, affectueuse, qui puisse inspirer la devotion, et cetera.

DO. c'est le nom que donnent les Italiens à la Syllable, ut disant Do, re, mi, fa, et cetera au lieu de Ut, re, mi, fa, et cetera. Parce que disent-ils Do est plus resonant qu'ut. Je crois plutôt que c'est à cause de la prononciation desagréable, d'ou, au lieu de u.

DODECUPLA di crome. C'est ainsi que les Italiens apellent le Triple de douze Croches pour huit ou 12/8.

DODECUPLA di semicrome. C'est le Triple de douze doubles Croches, pour seize ou 12/16. Voyez pour les autres especes de DODECUPLA les mots OTTUPLA et TRIPOLA. Classe 3. Article 2. Numéro 1, 2, 3. DODECUPLA DI SEMI BREVI, MINIME, SEMI MINIME, CROME, SEMI CROME. Voyez TRIPOLA Classe 3. Article 2. Numéro 1. et suivants.

DOI, ou due. DEUX. A doi canti, à deux Dessus, et cetera.

DOLCE, ou Dolcemento ou con dolce maniera. Veut dire qu'il faut attendrir la Voix et rendre le chant le plus doux ou le plus gracieux qu'on le peut.

DOMINANTE Veut dire DOMINANTE. C'est le Son que fait la quinte juste contre la finalle des Modes ou des Tons Autentiques: et la tierce contre la finalle ou la sixte contre la plus basse corde des Modes ou Tons Plagaux. Voyez MODO.

DOMINICALI SALMI. Pseaumes pour les Vespres du Dimanche. Voyez SALMO.

DOPPIO. Veut dire, DOUBLE. Fuga doppia. Fugue double. Contrapunto doppio. Contrepoint double, et cetera.

DORIO. veut dire DORIEN. C'est le nom que donnoient les Anciens à un de leurs Modes ou Tons. On le nomme maintenant le mode D, la, re, ou simplement D [rob] mol. ou à la tierce mineure. Selon quelques-uns c'est le premier Mode, selon d'autres ce n'est que le troisiéme. Dans le Plein-Chant c'est le premier Ton. Sa Finale est D, la, re. Sa Dominante est A, mi, la, Sa Médiante est F, ut, fa, et cetera. Voyez, MODO.

DOSDUPLA DI CHROME. Voyez CHROMA et DODUPLA.

DRAMMATICA. Voyez MUSICA, ENHARMONICO, RECITATIVO et STILO.

[-32-] DRAMMATICO STILO. Voyez STILO et ibidem.

DUCTILIS. TUBA DUCTILIS. Voyez POSANNE et TROMBONE.

DUCTUS. Voyez USO. DUCTUS CIRCUMCURRENS, RECTUS, REVERTENS. Voyez USO.

DUE. ou doi. Voyez, DOI.

DUETTO, au plurier Duetti. Veut dire PETIT DUO, ou Chansonnette à deux voix ou parties. C'est le Diminutif de duo. Duetti da camera. Petits Duo pour la chambre, et cetera.

DULCE SUONO. Voyez DULCINO.

DULCINO, ou Dulcin, ou Dulce suono. C'est un Instrument à vent, qu'on nomme autrement Quart-Fagotto, qui répond à nos Tailles ou Quintes de Haut-bois. C'est un petit Basson.

DUO. Terme Italien et François, du Latin Duo. Deux. C'est une composition à deux Voix seules, ou bien à deux Parties, dont l'une se chante et l'autre se joüe sur quelque Instrument. On apelle aussi souvent Duo, quand deux Voix chantent seules différentes Parties quoyqu'elles soient accompagnées d'une troisiéme Partie qui est la Basse-Continuë.

DUODECIMA. Veut dire la DOUZIÉME, ou la quinte doublée. Voyez, QUINTA, joint avec Opera, veut dire DOUZIÉME OUVRAGE.

DUPLO, feminin Dupla. Veut dire DOUBLE. Proporzione dupla. C'est la proportion de 2. à 1. ou de 1. à 2. qui produit l'octave. Voyez, PROPORZIONE.

DUPLA. sesqui quarta, autrement Nonupla di semiminime. C'est le Neuf quatre ou le triple de 9. Noires à la mesure au-lieu de 4. qu'on marque ainsi 9/4. Voyez DUPLA et TRIPOLA seconda Classe Numéro 1.

DURALE, ou Duro. Veut dire, DUR. C'est le nom qu'on donne au B quand il est quarré, ou ainsi [sqb] parce que le Son qu'il exprime a quelque chose de dur, ou de moins doux que le [rob] mol.

DUX. Terme Latin, en Italien Guida. Dans les Canons et dans les Fugues c'est la premiere Voix qui chante, qui fait entendre le sujet de la Fugue, qui conduit, qui guide celles qui ne chantent après que pour l'imiter, et cetera.

E.

É ou Ed. Conjonction Italienne qui veut dire ET ou &. Allegro é presto. Gayement et vîte. Allegro ed' andante. Gayement et à Nottes égales, et cetera.

[-33-] ECCLESIASTICO. TUONI, O MODI ECCLESIASTICI. Voyez TUONO, au commencement.

ECCO. Voyez ECHUS.

ECHUS. en Italien Ecco. en François ECHO. C'est une repetition de la Voix qui se fait naturellement par la reflexion de l'air et cetera. On l'imite souvent en Musique, et les pieces composées pour cela se nomment Echos. Les Organistes en font souvent sur des Jeux propres pour cela. On se sert aussi quelques fois du mot Ecco en la place de Piano, pour marquer qu'il faut adoucir la Voix ou le Son de l'Instrument comme pour faire un Echo.

ECMELI SUONI. Voyez SUONO.

ELEVATIO. Elevation. Voyez THESIS. Ce mot signifie aussi des Motets à 1, 2, 3, 4 et cetera Voix. Ordinairement seules, quelque fois avec des Violons ou des Flûtes, presque toûjours avec une Basse Continue qu'on chante pendant qu'on leve le Corps de nôtre Seigneur à la Messe, d'ou l'on a formé ce nom.

EMIOLIA. Il faut écrire et chercher HEMIOLIA.

EMMELI SUONI. Voyez SUONO.

EMPHYSOOMENA. Voyez STROMENTO.

EMPNEOUSTA. Voyez STROMENTO.

ENCHORDA. Voyez STROMENTO.

ENHARMONICI SUONI. Voyez SUONO.

ENHARMONICO. Veut dire ENHARMONIQUE. C'est un des trois genres de la Musique, dans lequel la modulation procede par de petits intervalles moindres que le Semi-ton, c'est à dire par Quarts de Tons, c'est pourquoy il a deux Dieses ou deux signes d'élever la Voix qui luy sont particuliers. Voyez cy-dessus DIESIS. Ce genre étoit autres fois fort en usage dans la Musique des Grecs, sur tout pour la Musique Dramatique, ou Recitative. Mais comme ces élevations presques insensibles de la Voix sont d'une trop grande difficulté et que d'ailleurs souvent cela rendroit les accords faux; de-là vient que l'usage s'en est perdu, quelques efforts qu'ayent pû faire de temps en temps d'illustres Auteurs pour le resusciter. Voyez GENERE, SYSTEMA, TETRACHORDO.

ENTATA. Voyez STROMENTO.

EOLIO. Veut dire EOLIEN. C'est le nom que les Anciens donnoient à un de leurs Modes, dont la finalle est A, mi, la, la Dominante E, si, mi, et la Médiante C, sol, ut, c'est ce qu'on apelle vulgairement le troisiéme Ton. Voyez, MODO.

EPI. Préposition Grecque, aussi bien que Hyper, qui toutes deux signifient Supra, en Italien Sopra, en François AU-DESSUS. On trouve souvent dans les Titres des Canons une de ces Prépositions jointe aux noms Grecs des intervalles de la Musique. Par exemple.

[-34-]

                 {Diatessaron.
                 {Diapente.
In Epi, ou hyper {Diapason.
                 {Ditonum. et cetera.

Ce qui marque que la Voix qui doit chanter après la Guida ou la premiere, doit prendre son Ton une quarte une quinte une octave une tierce majeure, et cetera au-dessus du Ton de la premiere, la troisiéme Voix doit faire la même chose à l'égard de la seconde, la quatriéme à l'égard de la troisiéme et ainsi des autres, et cetera.

EPITRITO. ou Sesquiterza, c'est une des proportions mathématiques par laquelle en comparant deux nombres inégaux, on trouve que le plus grand contient le plus petit, une fois et en outre une troisiéme partie du plus petit. Par Exemple, le nombre 4. contient une fois le nombre 3. et en outre une unité, laquelle est la troisiéme partie du nombre 3. De même le nombre 8. contient le nombre 6. et en outre deux qui font la troisiéme partie du nombre 6. et cetera. Voyez, PROPORZIONE.

EPOGDOO. ou SESQUIOTTAVA. C'est lorsque le plus grand nombre contient le plus petit une fois et en outre une huitiéme partie du plus petit, comme 9. 8: 18. 16: et cetera. Voyez PROPORZIONE.

EPTACORDO. C'est un rang ou un ordre qui a sept cordes, ou Sons. C'est autrement la septiéme. Voyez, SETTIMA.

EPTACORDO Maggiore. Veut dire, La septiéme majeure.

EPTACORDO Minore. Veut dire, La septiéme mineure.

EQUISONI SUONI. Voyez SONO et UNISSONO.

ESSACORDO maggiore. Veut dire, La SIXTE majeure. Voyez HEXACORDO et SEXTA.

ESSACORDO minore. Veut dire, La SIXTE mineure. On écrit aussi Exacordo, qui veut proprement dire un Rang ou un Ordre de six cordes.

ETTACHORDO. Voyez HEPTACHORDO et SETTIMA.

EVOVAE. Voyez TUONO Section 3.

EXCELLENS. Voyez HYPERBOLEON.

EXCELLENTIUM TETRACHORDON, ULTIMA, EXTENTA, TERTIA. Voyez SYSTEMA. Table 1. et HYPERBOLEON.

EXCLUSUS SONUS. Voyez TRIAS HARMONICA.

EXTEMPORANEUM CONTRAPUNCTUM. Voyez CONTRAPUNTO.

EXTENTUS EXTENTA. Voyez PARANETE et LYCHANOS. C'est le nom Latin de quatre Chordes de l'ancien Systeme.

[-35-] EXCELLENTIUM EXTENTA. Voyez PARANETE HYPERBOLEON et SYSTEMA. Table 1.

DIVISARUM EXTENTA. Voyez PARANETE DIESEUGMENON et SYSTEMA. Table 1.

MEDIARUM EXTENTA. Voyez LYCHANOS MESON et SYSTEMA. Table 1.

PRINCIPALIUM EXTENTA. Voyez LYCHANOS HYPATON et SYSTEMA. Table 1.

EXTENTIO. Voyez USO.

EXUPERANS ou EXCELLENS. Voyez HYPERBOLEON.

F.

F. Majuscule, et souvent ainsi f. marque ce que nous expliquerons au mot Forte.

FA. est la quatriéme des six Syllabes inventées par Guy Aretin pour exprimer les Sons. On en distingue de deux sortes dans la nouvelle Gamme, sçavoir, un en B, fa, si, par Bemol, et un en F, ut, fa. par Beccare. Elle sert aussi à nommer une des trois Clefs de la Musique qui est celle de Fa ou de F. destinée pour la Basse. Dans le Systeme des Grecs on nommoit le Son qu'elle exprime Parhypatemeson, et une Octave plus haut Trite hyperboleon. Voyez ces mots à leur rang et SYSTEMA.

FA FINTO. En Latin FA FICTUM. en François FA FEINT. C'est ainsi qu'on nomme en général toutes les Nottes, mais plus particuliérement le mi et le si, devant lesquelles on trouve un [rob] mol, parce que pour lors la Notte d'au-dessous devient comme un mi et que le [rob] fait devenir le mi ou le si ou toute autre Notte comme un fa.

FAC. Abreviation de Facciata. Voyez, CARTA.

FACCIATA. Voyez FAC.

FAGOTTINO. Diminutif de Fagotto. Veut dire un petit FAGOT, ou Basson.

FAGOTTO. Instrument à vent, qui répond à nôtre BASSON, ou Basse de Chromorne.

FANTASIA. Veut dire FANTAISIE, ou espece de Composition, qui est le pur effet du genie sans que le Compositeur s'assujettisse à un nombre fixe, ou à une certaine qualité de mesure, se servant de toutes sortes de Modes, et cetera. C'est à peu près comme Capricio. Voyez CAPRICIO. RICERCATA, SONATA. et cetera.

FALSA-Quinta. Voyez SEMI-DIAPENTE.

FALSO-Bordone. veut dire communément FAUX-BOURDON, [-36-] ou Musique simple de Notte contre Notte sur laquelle on chante souvent les Pseaumes et les Cantiques de l'Office Divin. Mais les Italiens nomment encore ainsi, une certaine Harmonie, produite par l'accompagnement de plusieurs sixtes de suite, qui fait entendre plusieurs Quartes entre deux parties superieures, parce que la troisiéme de ces parties est obligée de faire plusieurs Tierces avec la Basse. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 36; text: A, B, 6, 7] [BRODIC1 01GF]

Quelques-uns veulent que le Si de la Partie du milieu marqué A devroit être precédé d'un Bemol, pour éviter la fausse relation du Triton avec le Fa de la Basse qui suit marqué B; D'autres ne s'en mettent point en peine, et pretendent qu'en bien des occasions, cette dureté a son agréement. Entr'eux le débat. On trouve des Exemples de l'un et de l'autre dans de très-bons Autheurs. Ces sortes de traits d'Harmonie dépendent plus du goût que des Regles.

FAVORITO. Veut dire FAVORISÉ, Cheri, et cetera ainsi Choro favorito. C'est un Choeur où l'on met les meilleures Voix et les meilleurs Symphonistes, pour chanter les Recits, joüer les Ritournelles, et cetera. C'est ce qu'on apelle en France le PETIT CHOEUR, et ce qu'on pourroit nommer le Choeur des Parties Recitantes.

FERIO. je frappe, je heurte. Voyez SYNCOPE.

FERMO. CANTO FERMO. Plainchant. Voyez CANTO, TUONO.

FIATA. Voyez VOLTA.

FIAUTO. Veut dire FLUTE. Fiauto traverso. Flute traversiere, ou Allemande.

FIFFARO Veut dire FIFRE. C'est une espece de petite Flûte ou Flageolet qu'on joüe de travers qui accompagne fort bien le Tambour, et fort en usage parmi les Gens de Guerre.

FIGURA. au plurier Figure. Veut dire en général tous les signes usités dans la Musique pour marquer les Sons, leur durée, les Pauses, et cetera. Originairement ce n'étoient que des points qu'on mettoit sur des lignes, et leur durée étoit égalle, comme [-37-] on le pratique dans le Plein-Chant. Un Parisien nommé Jean des Murs inventa vers l'an 1330 ou 1333. des figures particulieres pour marquer les différentes durees des Nottes, et c'est ce qu'on nomme particulierement Figure en Italien. Voyez, NOTA.

Ce mot veut dire aussi cette variété de figures de différente valeur qui fait les agrémens et le plus bel ornement du chant. d'où viennent les Termes, Canto figurato, Contrapunto figurato. Chant, Contrepoint figuré.

FIGURE MUTE. veut dire FIGURES MUETTES. C'est ainsi que les Italiens nomment les Pauses qui marquent le Silence. Voyez, PAUSA.

FILUM. Selon Oronce Finée, c'est ce que les Italiens appellent Virgula, et les François la queuë d'une Notte.

FINALE. veut dire FINALLE. En général c'est la derniere Notte de chaque piece. Mais en particulier, c'est la derniere Notte de chaque mode ou Ton, qui luy donne le nom et qui le charactérise ou distingue de tous les autres. Si l'on tombe à cette Finalle dans la Basse par l'intervalle de quinte en descendant ou de quarte en montant ce Mode est Authentique, ou Parfait. Si l'on y tombe par intervalle de quarte en descendant, ou de quinte en montant le Mode est Plagal ou Inparfait. A l'égard des Tons du Plain-Chant. Voyez quelles sont leurs Finales au mot Tuono Section 2. La Finalle demande toûjours la tierce majeure quand elle est la derniere notte d'une piéce, ainsi en quelque endroit qu'on finisse un des Motets de mon 1. Livre, si on le veut partager en plusieurs, il faudra prendre garde à faire dans l'accompagnement une tierce majeure sur la Notte par laquelle on finira; Mais si la finale se rencontre au milieu d'une piéce et que le Mode soit Mineur elle demande plutôt la tierce mineure que la tierce majeure comme on le peut voir au mot Modo Numéro 12.

FINALIS PAUSA ou PAUSA GENERALIS. Voyez PUNTO.

FINITO. Veut dire FINI. C'est ainsi qu'on nomme un Canon ou Fugue qui n'est pas perpetuelle, mais qui a une fin à laquelle toutes les Parties se réunissent après avoir chanté quelque temps les unes après les autres.

FINTO. Veut dire FEINT, ou ce que l'on fait seulement semblant de faire sans le faire effectivement. Ainsi Cadenza finta, Une Cadence feinte, est lorsqu'après avoir fait tout ce qu'il faut pour une veritable cadence, au lieu de tomber à la veritable Finalle, on prend une autre Notte plus haut ou plus bas, ou bien on fait un silence, et cetera. Voyez, INGANNO, SFUGITTA, et cetera.

FIORETTO. plurier Fioretti. veut dire, FLEURET, ou [-38-] Fleurotes. C'est une des especes de la Diminution qui se fait d'ordinaire à l'extrémité d'une cadence, Comme.

[Brossard, Dictionnaire, 38; text: Simple. Double ou composé, et cetera.] [BRODIC1 01GF]

FIORITO. Feminin Fiorita. Veut dire, FLEURI. Ainsi, Canto fiorito, c'est un Chant parsemé et rempli de diminutions, de passages, de fleurettes, et cetera. Contrapunto fiorito, autrement composto, est ce qu'on apelle par cette même raison Fleurtis. Cadenza fiorita, c'est une cadence dont la penultiéme est divisée ou diminuée en plusieurs petites Nottes, et cetera.

FISTULA. Voyez ZAMPOGNA FLAUTA.

FLAUTINO. diminutif de Flauto. Veut dire, petite FLUTE, ou Flageollet.

FLAUTO. veut dire, FLUTE-à-bec. Flauto picciolo. Dessus de Flûte, ou Flageollet. Voyez ZAMPOGNA FLAUTO.

FLORIDO. Voyez FIORITO et CONTRAPUNTO.

FORLANA. Danse fort en usage à Venise. Voyez, SALTARELLA.

FORTE. veut dire FORTEMENT, avec vehemence, cependant d'une maniere naturelle et sans se trop forcer. Cela se met pour marquer qu'il faut pousser la Voix ou le Son d'un Instrument, sur tout après que par le mot Piano, (qui est le contraire de forte,) on a été obligé de l'adoucir, ou de la rendre moins forte.

On marque souvent ce mot par une simple F. majuscule, ou par une f.

PIU FORTE. ou FF. ou ff. Veut dire plus FORTEMENT.

FORTISSIMO. ou FFF. ou fff. Veut dire TRES FORT, avec beaucoup de vehemence, pour exprimer quelque passion outrée, et cetera.

FRIGIO. C'est ainsi que que les Italiens écrivent ce qu'il faut écrire et chercher PHRYGIO.

FUGA AUTHENTICA ET PLAGALE. FUGA IN UNISSONO et AD OCTAVAM, ad QUINTAM, ad QUARTAM et cetera. INFRA aut SUPRA. Voyez FUGHA.

FUGHA. C'est ainsi que quelques Italiens écrivent ce mot, sans doute pour en mieux former le plurier Fughe et empêcher qu'on ne le prononce mal, on l'écrit aussi communément Fuga et veut dire FUGUE. C'est ce qu'on nomme autrement, Riposta, [-39-] Reditta, Replica, Consequenza, Imitatione, et cetera. Cependant il y a de la différence entre tous ces mots principalement entre Fuga et Imitatione.

FUGUE proprement est une Repetition d'un chant, par une ou plusieurs Parties, qui semblent courir après une premiere qui a commencé ce chant. Si cette repetition se fait d'une piece toute entiere pour lors c'est Fuga in conseguenza, ou Canone. Si cette repetition ne se fait que d'une partie de la piece, et si on repete précisément les mêmes Sons, les mêmes intervalles, et cetera. Pour lors c'est Fuga in unissono, ou Fugue à l'unisson.

Si elle se fait une octave plus haut ou plus bas, c'est Fuga ad octavam, ou Fugue à l'octave. Si elle se fait une quinte plus haut ou plus bas, c'est Fuga ad quintam, ou Fugue à la Quinte; Enfin si elle se fait une quarte plus haut ou plus bas, c'est Fuga ad quartam, Fugue à la quarte. Toutes les autres manieres de repeter, soit, à la seconde à la tierce à la sixte à la septiéme à la neuviéme et cetera plus haut ou plus bas, ne sont que des Imitations. Si la repetition ne se fait que d'une partie du chant sans qu'on soit obligé de continuer jusqu'à la fin, pour lors la Fugue est sciolta, ou libera, c'est à dire libre ou déliée. Si l'on repete tout, elle est legata, ou obligata. C'est à dire liée, ou obligée, et c'est proprement un Canon, ou à l'unisson, ou à l'octave ou à la quinte et cetera.

Le sujet d'une Fugue, que les Italiens appellent Soggetto, ou Guida, est, ou un Chant, ou une portion de chant, que les Parties doivent repeter les unes après les autres; on doit toûjours le commencer par la Dominante, ou la Finalle du Mode, et très-rarement par la Médiante.

FUGA per Arsin et Thesin. C'est ce que les Italiens apellent, per contrarii movimenti, par mouvemens contraires et nous Fugue renversée, ou Contre Fugue c'est lorsque la Guida descend et l'autre au lieu de l'imiter en descendant l'imite en montant.

FUGA AUTHENTICA C'est lorsque les Nottes du sujet vont en montant; et lorsqu'elles vont en descendant, c'est Fuga Plagale.

FUGA IN CONSEGUENZA. C'est proprement le CANON.

FUGA DOPPIA. Veut dire DOUBLE FUGUE. C'est quand la premiere Partie propose un sujet; et que la seconde, au lieu de le repeter en propose un autre tout différent. Il y en a à 3. 4. 5. 6. sujets tous différens.

FUGA GRAVE. Fugue GRAVE, dont les Nottes sont d'une longue valeur et les mouvemens lents, et cetera. Voyez GRAVE.

FUGA HOMOPHONA. C'est la Fugue à l'UNISSON.

[-40-] FUGA PERPETUA. C'est ce que nous avons expliqué au mot CANONE.

FUGA PATHETICA. Veut dire FUGUE PATHETIQUE, ou passionnée, propre pour exprimer quelque passion, sur tout la douleur, et cetera. Elle se fait ordinairement dans le genre Diatonico-Chromatique, et cetera. Car il y a une infinité d'autres Fugues.

FUNDAMENTALIS SONUS. Voyez TRIAS HARMONICA.

FUNDAMENTO, ou chez quelques Estrangers FUNDAMENT. C'est en général, toute Partie qui sert de Basse; mais spécialement c'est la Basse Continuë, parce qu'elle est la Baze et le fondement de toute l'Harmonie.

FURIA. CON FURIA. Voyez CON.

FUSA. plurier Fuse. C'est une des Nottes de la Musique, qu'on nomme en François CROCHE, on le nomme autrement Chroma, on la figure ordinairement avec une tête noire et un crochet au bout de la queuë ainsi [8] mais dans le Triple seulement avec une tête blanche ainsi. [Signum] Dans la mesure à 2. ou à 4. temps, il en faut huit; Dans le Triple, il n'en faut ordinairement que six pour faire une mesure, et cetera. Voyez TRIPOLA dans toutes les Classes.

G.

G. Sert souvent à nommer une des Clefs de la Musique, destinée pour les Voix hautes, ou les Dessus, et pour les Violons. Il y en a beaucoup qui pretendent que c'est de cette lettre, ou plutôt du Gamma des Grecs que nous est venu le mot de Gamme.

GAGLIARDA. veut dire GAILLARDE, espece de Danse dont l'Air est presque toûjours en Triple. On la nommoit aussi autrefois Romanesque, parce qu'elle nous est venue de Rome, ou d'Italie.

GAMBA. VIOLA DI GAMBA. Violle de Gambe. Voyez VIOLA.

GAMMA. Originairement, c'étoit une des lettres Grecques qui servoit aux anciens Grecs à marquer un des Sons de leur Musique. Mais Guy Aretin, selon Zarlin, ayant inventé les six Sillabes, ut, re, mi, et cetera. Il nomma la premiere G, ou Gamma, et de [Gamma] est venu le nom de GAMME que nous expliquerons plus amplement au mot Mano harmonica. Voyez aussi SYSTEMA.

[-41-] GAVOTTA. Veut dire GAVOTE. C'est une espece de Dance dont l'Air a deux reprises, la premiere de quatre, et la seconde ordinairement de huit mesures à deux temps, qu<e>lques fois gays, quelques fois graves. Chaque reprise se joüe deux fois. La premiere, commence en levant par une blanche ou deux noires ou Nottes équivalentes et finit en battant, et tombant sur la Dominante ou la Médiante du Mode, et jamais sur la Finalle, à moins qu'elle ne soit en Rondeau. La seconde reprise commence aussi en levant et finit en battant et tombant sur la Finalle du Mode.

Tempo di Gavotta. C'est lorsqu'on suit le mouvement de la Gavotte seulement, sans s'assujettir à suivre le nombre des mesures ny les Reprises ordinaires à la Gavotte. On trouve souvent des morceaux de cette nature dans les Sonates.

GENERALIS BASSUS. Voyez BASSO CONTINUO. ORGANO.

GENERALIS PAUSA. Voyez PUNTO et CORONA.

GENERE. au plurier Generi. Veut dire GENRE. En fait de Musique, c'est une maniere de parcourir les degrez, ou les Sons, et les Intervalles sensibles qui composent l'étenduë de l'Octave, ou de ses Repliques. On en distingue ordinairement de trois sortes.

Le Diatonique ou naturel. Voyez, DIATONICO.

Le Chromatique. Voyez, CHROMATICO.

L'Enharmonique. Voyez, ENHARMONICO.

Ces trois genres tous purs pouvoient être d'usage lorsque la Musique ne consistoit que dans la Mélodie ou des Chants simples, c'est à dire en plusieurs Sons rangez et entendus les uns après les autres. Mais depuis qu'on s'est avisé de ranger les Sons de maniere, qu'étant entendus ensemble, ou les uns avec les autres, ils ne blessent point l'oreille, (ce que l'on apelle proprement Harmonie:) Il a fallu necessairement abandonner le troisiéme, dont les intervalles presque insensibles ne peuvent contribuer que très-imparfaitement à la bonne Harmonie, et former un quatriéme genre du mélange des deux premiers, je veux dire du Diatonique et du Chromatique.

On apelle ce quatriéme genre tantôt Diatono-chromatico, quand le Diatonique domine, c'est à dire, quand il n'y a que peu de [x,x] ou de [rob,rob], dans les parties; Tantôt Chromatico-diatonico, quand au contraire les [x,x] et les [rob,rob] sont frequemment employez dans la suite des Chants. Or comme le [rob] produit ordinairement des Semi-tons majeurs, et que le [x] produit ordinairement les Semitons-mineurs, on divise le Chromatique-diatonique, en trois especes, dont la premiere est Chromatico-diatonico per semituoni maggiori, et c'est lorsque les [rob,rob] dom<i>nent [-42-] ou sont plus frequens que les [x,x]; la seconde est Chromatico diatonico per semituoni minori, c'est lorsque les [x,x] dominent; la troisiéme est Chromatico-diatonico per semituoni maggiori è minori. Quand les [x,x] et les [rob,rob] sont à peu près autant employez les uns que les autres. Nous aurons Dieu aidant, occasion quelque jour d'expliquer cela plus au long.

GENERI. C'est ainsi que les Italiens appellent les especes generalles de la proportion. Voyez PROPORTIONE.

GIA. Adverbe qui veut dire DESJA, et souvent, cy devant. Ainsi par Exemple. Gia Maëstro di Capella di San Pietro, et cetera veut dire, Cy-devant Maistre de Musique de Saint Pierre, et cetera.

GIGA. ou Gicque, ou Gigue. (Car les Etrangers, l'écrivent de ces trois manieres) est un air ordinairement pour les Instrumens, presque toûjours en triple qui est plein de Nottes pointées et sincopées qui en rendent le chant gay, et pour ainsi dire sautillant, et cetera. Voyez, SALTARELLO. Les Italiens marquent le plus souvent le mouvement de la Gigue de 6/8 ou 12/8 pour les Violons, et quelque fois d'un C ou de mesure de quatre temps pour la Basse. On joüe la Basse alors comme si elle étoit pointée. Voyez le livre intitulé Artificii Musicali de Vitali, vous trouverez un Air à 3. Instruments dont le premier Violon joüe 12/8 le second, la mesure de quatre temps et la Basse 3/4

GLAREAN (HENRI LORIT) Nom d'un Autheur. Voyez MODO et TUONO.

GOLA. Veut dire Gosier.

GRADO au plurier Gradi. Veut dire DEGRÉ. Quand les Italiens mettent di grado, ils entendent toûjours, par degrez conjoints, comme qui diroit de degré en degré. C'est lorsque les Nottes vont immédiatement d'une ligne à un espace, d'un espace à une ligne, et ainsi de suite, sans aller d'espace en espace, ou de ligne en ligne, c'est à dire par intervalle de tierce de quarte et cetera. Car c'est alors ce qu'ils apellent Di salto, ou per salto.

Di grado ascendente. Par degrez conjoints, en montant. Comme, ut, re, mi, fa, et cetera.

Di grado descendente. Par degrez conjoints en descendant, comme, sol, fa, mi, re, ut, et cetera.

Les Italiens nomment aussi Gradi toutes les especes de la Mesure, et particulierement, ce que nous expliquons aux mots MODO, TEMPO, PROLAZIONE, SYNCOPE, et cetera.

GRANDE TROMBONE. Voyez TROMBONE.

GRATIOSO. Veut dire, d'une maniere AGREABLE, gracieuse, capable de faire plaisir.

[-43-] GRAVE. Adjectif. Fuga grave. Voyez, FUGA.

GRAVE. Adverbe. Veut dire, qu'il faut battre la mesure et chanter ou joüer gravement, posément, avec majesté, et par consequent presque toûjours lentement.

GROPPO ou Gruppo. au plurier Groppi. Veut dire GROUPPE qui en terme de Peinture, veut dire un assemblage de plusieurs figures. En fait de Musique c'est une des especes de la diminution des grosses ou longues Nottes, ainsi nommée parce qu'elle forme dans l'écriture comme un espece de boule ou de neud, ou de buisson.

Le Grouppe est ordinairement composé de quatre Nottes noires, croches, ou doubles croches selon le dessein du Compositeur, dont la premiere et la troisiéme sont sur le même degré, la seconde et la quatriéme sur deux degrez différents, le tout par degrez conjoints. Quand la quatriéme Notte monte c'est Groppo Ascendente. Quand elle descend, c'est Groppo Descendente. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 43, text: Ascendente. Descendente.] [BRODIC1 01GF]

On se sert souvent de cette diminution sur la penultiéme d'une Cadence pour terminer le tremblement.

GROSSE QUART POSAUNE. Voyez TROMBONE.

GROSSO TROMBONE. Voyez TROMBONE.

GRUPPO. Voyez GROPPO.

GUIDA. Veut dire GUIDE, en Latin DUX. Dans les Fugues et les Canons, on nomme ainsi la Partie qui commence la Fugue ou le chant que la Consequenza c'est à dire sa Suivante doit imiter ou repeter.

GUIDO ARETINUS. ou en Italien Guido Aretino ou d'Arezzo. Voyez ARETINO, NOTA, SYSTEMA.

GUITARRA. veut dire, GUITTARE. Espece d'Instrument à cinq rangs doubles de cordes, dont la plus basse est au milieu à moins qu'il n'y ait un Bourdon une octave plus bas que la quatriéme.

On y ajoûte souvent Spagnuola, parce que cet Instrument est venu d'Espagne en Italie, et dans les autres Pays, et qu'il est très-commun en Espagne.

H.

HARMONIA. Veut dire, HARMONIE. En Musique c'est ce qui resulte de l'union de plusieurs Sons entendus tous ensemble. De maniere que ceux qui sont Dissonants, bien loin d'étouffer [-44-] les Consonants, ou d'en empêcher la douceur et le bon effet, ne servent au contraire qu'à les faire sentir et briller davantage, par l'heureuse et sage opposition de ces deux contraires.

HARMONICA DIVISIONE. C'est la division qu'on fait de l'Octave en deux intervalles tous deux bons, mais inégaux (car ils ne peuvent être égaux sans être faux.) Or ce partage se peut considerer en deux manieres. La premiere quand la quarte se fait avec le Son le plus grave et consequemment la quinte avec le Son plus aigu; et pour lors c'est la Division Aritmeth<i>que. La seconde quand la quinte se fait contre le Son grave et consequemment la quarte contre le Son aigu, et pour lors c'est la DIVISION HARMONIQUE. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 44,1; text: Son grave. aigu. Division Harmonique. Aritmethique. quarte. quinte.] [BRODIC1 01GF]

En deux mots, la quinte contre la Basse produit la Division Harmonique, La quarte contre la Basse produit la Division Arithmetique.

Toute la doctrine et la différence des Modes ou Tons des Anciens est fondée sur ces deux Divisions. Voyez, MODO.

HARMONICA REGULA. Voyez MONOCHORDO.

HARMONICUS (CANON). Voyez ibidem.

HARMONICUS MEDIUS. Voyez TRIAS HARMONICA.

HARPEGGIATO. Veut dire, HARPEGÉ. C'est lorsqu'on fait entendre tous les Sons d'un accord non tout à la fois ou ensemble, mais l'un après l'autre, en commençant par les plus graves, dont on entretient cependant toûjours le Son. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 44,2; text: Au lieu de faire ainsi. On fait ainsi.] [BRODIC1 01GF]

[-45-] HEMI. Particule Grecque, en Italien Semi. En François, DEMI, ne se voit guere seulle, mais toûjours jointe avec quelque nom, lequel étant mis seul signifie un Total, et precédé de Hemi, marque un Total diminué de la moitié ou de quelque partie considerable. Par exemple Tuono mis seul, est un Total qui comprend 9. Comma, mais precédé de Hemi, il ne comprend plus que 4. ou 5. Comma: s'il en comprend 4. c'est Hemi-tuono minore, s'il en comprend 5. c'est Hemi tuono maggiore.

HEMI TUONO. Signifie aussi, un des Intervalles de la Musique qui comprend deux degrez, d'où on l'apelle SECONDE; de maniere cependant qu'entre ces deux degrez il n'y ait que 5. Comma ou Demi-ton majeur, d'où on l'apelle Seconde mineure. Voyez, SECONDA.

HEMIOLIA. Autrement SESQUIALTERA. C'est en general cette espece de Proportion ou le plus grand Nombre contient le plus petit une fois et en outre la moitie du plus petit. Comme 3.2: 6.4: 12.8: 24.16: 48.32: et cetera. Voyez PROPORTIONE. Mais specialement on nomme ainsi une espece de Triple dont toutes les Nottes sont noires, ou comme disent les Italiens Oscure, ou Oscurate.

Si les Nottes sont quarées ainsi [B], ou en lozange sans queüe ainsi [S]; pour lors la quarrée vaut deux temps et la Lozangée n'en vaut qu'un, et il faut deux noires avec une queüe ainsi [Signum] et quatre Croches pour un temps, et cetera. Et on la nomme Hemiolia maggiore parce qu'elle demande qu'on batte la mesure gravement.

Mais si la plus grosse Notte est une Noire lozangée ainsi [S] pour lors elle vaut deux temps, une Noire [M on staff5] un temps, deux Croches un temps, et cetera. On en bat la mesure gayement, et on l'apelle Hemiolia minore.

Ces Nottes noires, soit quarées, ou lozangées, sont tellement affectées à la mesure Triple ou Ternaire, qu'il n'est pas necessaire, ny d'usage de mettre devant aucun des signes de la mesure triple, la seule couleur et figure des Nottes le dénotte assez. Et du moment que ces Nottes reviennent à leur figure ordinaire, c'est à dire, à être blanches, ou vuides dans le milieu ainsi [Bv], [Sv], [Mv on staff5] il n'est pas necessaire de mettre aucun signe pour avertir qu'il faut changer la mesure, et la battre à 2. ou à 4. temps. Voyez TRIPOLA 1 Classe Numéro 1 et PROPORTIONE SUPER-PARTICOLARE.

HENNARMONICO. Voyez, ENHARMONICO.

HEPTACHORDO, ou HETTACHORDO, ou ETTACHORDO, en grec HEPTACHORDON. Veut dire, [-46-] un Intervalle de la Musique qui a 7. degrez et six Intervalles, et qu'on nomme Septiéme. Voyez, SETTIMA.

HEXACHORDO, ou HESSACHORDO, ou ESSACHORDO. Veut dire un Intervalle de la Musique qui comprend six degrez et cinq Intervalles; et qu'on nomme Sixte. Voyez, SESTA.

HEXACHORDON. Terme grec, MAJUS et MINUS. Voyez HEXACHORDO.

HIPATE, HIPER, HIPO, et cetera. Tous ces mots qui viennent du Grec doivent s'écrire et on doit les chercher par un y Grec, Hypate, et cetera.

HOMOPHONI SUONI. Voyez HOMOPHONO et SUONO.

HOMOPHONO. Terme forme du Grec. Veut dire, deux choses, Deux Chordes, Deux Voix, et cetera qui ont le même Son, un Son semblable, et cetera. En un mot qui sont à l'unisson.

HYPATE-HYPATON, Termes Grecs qui signifient la PRINCIPALE des PRINCIPALES. C'est une des Cordes de l'ancien Systeme des Grecs qui répond au B [sqb], ou au Si de la plus basse Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne, Voyez, SYSTEMA. Les Grecs apelloient aussi le plus grave de leurs Tetrachordes Tetrachordon hypaton. Voyez, Ibidem et TETRACHORDO.

HYPATE-MESON. Termes Grecs, qui signifient la PRINCIPALE des MOYENNES. C'est encore une des Cordes de l'ancien Systeme, qui répond à l'E, ou l'E, si, mi, de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

HYPATOCIDES. Terme grec. Voyez USO.

HYPATON DIATONOS. Termes grecs. Voyez SYSTEMA. Table 1.

HYPER. Terme Grec. Voyez cy dessus EPI.

HYPERBOLEON. Genitif plurier de l'Adjectif Grec Hyperboleos, en Latin Excellens, Exuperans, et cetera. C'est le nom que les Grecs donnoient à un de leurs Tetrachordes, parce qu'il comprenoit quatre Sons qui sont les plus hauts ou les plus aigus de leur Systeme. Voyez, TETRACHORDO, et SYSTEMA.

HYPERBOLEON. TRITE HYPERBOLEON. Termes grecs. Voyez TRITE. NETE et PARANESE.

HYPERBOLEOS. Termes grecs. Voyez ci dessus.

HYPER-EOLIO. Nom d'un des Modes des Anciens dont l'Octave commençoit en B [sqb], et auroit fait un treiziéme Mode, Si cette octave pouvoit être divisée harmoniquement, c'est à dire par la quinte juste et Diatonique contre la plus basse Notte de [-47-] son Octave. Mais comme cette quinte est fausse, on le rejette du nombre des Modes aussi bien que l'Hyperfrigio qui auroit été son Modo Plagal, et auroit fait un quatorziéme Mode, si la quarte contre F, ut, fa, qui forme son Octave étoit juste diatoniquement, et cetera. Voyez, MODO.

HYPER-LIDIO, HYPER-JASTIO, HYPER-DORICO. Ce sont des noms d'autres Modes ou Tons des Anciens: sur lesquels, Voyez, MODO.

HYPO. Terme Grec, en Latin INFRA, en Italien DISOTTO, en François AU-DESSOUS. On trouve souvent dans les Titres des Canons ce mot joint avec les noms Grecs des Intervalles, ainsi par exemple.

In Hypo-Diapason, signifie à l'octave au dessous.

In Hypo-Diapente, signifie, à la quinte au-dessous.

In Hypo-Diatessaron, signifie, à la quarte au-dessous, et cetera.

On le trouve aussi joint même en Italien aux noms de quelques-uns des anciens Modes de la Musique, et pour lors il est la marque que c'est un Mode Plagal, c'est à dire, dont la plus basse Corde est une quarte au-dessous de la Finalle de l'Authentique qui luy répond et qui luy prête son nom, ainsi.

HYPO-DORIO. Est le Mode Plagal du Mode DORIEN. Sa plus basse Corde est A, mi, la. Sa Finalle qui divise Arithmetiquement son Octave, c'est à dire, une quarte au-dessus de la plus basse Corde est, D, la, re. Les Cordes qu'il rebat le plus souvent sont, D, la, re, par ou il finit ordinairement, et F, ut, fa, qui luy sert de Dominante. Dans le Plein Chant, c'est le second Ton. On le transpose dans la Musique une quarte plus haut en G, re, sol, par b mol. Voyez TUONO, MODO.

HYPO EOLIO. Est le Mode Plagal du Mode AEOLIEN. Sa plus basse Corde est E, si, mi. Sa Finalle qui divise arithmetiquement, son Octave est A, mi, la. Les Cordes qu'il rebat sont A, mi, la, et C, sol, ut, qui luy sert de Dominante. Il finit d'ordinaire par A, mi, la. Ainsi c'est à peu près nôtre troisiéme Ton. Voyez TUONO, MODO.

HYPO-IONICO. Autrement HYPO-JATSIO. Est le Plagal du Mode IONIQUE. Sa plus basse Corde est G, re, sol. Sa Finalle est C, sol, ut, une quarte au-dessus. Les Cordes qu'il rebat sont C, sol, ut, et E, si, mi, qui luy sert de Dominante. Il finit par C, sol, ut. C'est à peu près nôtre cinquiéme Ton. Voyez TUONO, MODO.

HYPO-LYDIO. Est le Plagal du Mode LYDIEN. Sa plus basse Corde est, C, sol, ut. Sa Finalle une quarte plus haut est, F, ut, fa. Les Cordes qu'il rebat, sont, F, ut, fa, et A, mi, la, qui luy sert de Dominante. Il finit ordinairement par F, ut, fa. C'est à peu près nôtre sixiéme Ton. Voyez TUONO, MODO.

[-48-] HYPO-MIXOLYDIO. Est le Plagal du Mode MYXOLYDIEN. Sa plus basse Corde est, D, la, re. Sa Finalle une quarte plus haut est, G. re, sol. Les Cordes qu'il rebat, sont G, re, sol, et B, fa. si, et souvent C, sol ut qui luy sert de Dominante. Il finit en G, re, sol. C'est nôtre huitiéme Ton. Voyez TUONO, MODO.

HYPO-PHRYGIO. Est le Plagal du Mode PHRYGIEN. Sa plus basse Corde est, B, fa, si naturel ou [sqb]. Sa Finalle une quarte au-dessus est, E, si mi. Les Cordes qu'il rebat sont E, si, mi, et G, re, sol, et quelque fois A, mi, la, (sur tout dans le Plein-Chant) qui luy sert de Dominante. Il finit par E, si, mi. C'est à peu près nôtre quatriéme Ton. Voyez; TUONO. MODO.

HYPO PROSLAMBANOMENOS. Termes grecs. Voyez SYSTEMA. Table 2.

HYPORCHEMATICO. Voyez MUSICA et STILO.

I.

JASTIO. C'est le nom que donne Aristoxene au mode IONIEN. Voyez, IONIO.

JEAN DES MURS ou DE MURS ou DE MURIS. Nom d'homme, Voyez FIGURA. NOTA. SYSTEMA.

IMITATIONE, ou IMITAZZ<I>ONE. Veut dire, IMITATION. C est lorsqu'une Partie imite le chant d'une autre Partie. Ou bien pendant toute une piece; et pour lors c'est une des especes du Canon: ou bien seulement pendant quelques mesures, pour lors c'est Imitatione semplice, ou Imitation simple. Quelque fois on imite seulement le mouvement, ou la figure des Nottes; et cela, ou par mouvement contraire, c'est pour lors Imitation renversée; ou en retrogradant, c'est Imitatione cancherizante, ou cancherizata, et cetera. De quelque maniere que cela se fasse, il faut que la repetition se fasse, ou une seconde, ou une tierce, ou une sixte, une septiéme, une neuviéme, et cetera au dessus ou au dessous de la Guida, ou premiere Voix. car si elle se faisoit à l'unisson, à la quarte, à la quinte, ou à l'octave plus haut, ou plus bas, ce seroit alors une veritable Fugue, Voyez, FUGHA.

IMMUTABILE SYSTEMA. Voyez SYSTEMA. sur la fin.

IMPERFETTO. Feminin Imperfetta. Veut dire IMPARFAIT, ou ce qui n'est pas si parfait qu'un autre. Ce mot se dit en Musique de certaines Cadences, Consonances, Modes, Tems, et cetera. Voyez, CADENZA, CONSONANZA, MODO, TEMPO, et cetera. Les Modes imparfaits par exemple, sont les Plagaux. Voyez, PLAGALE.

IMPERFETTA. TRIPLA IMPERFETTA. Voyez [-49-] TRIPOLA. 1. Classe Numéro 1. SES QUI ALTERA MAGGIORE IMPERFETTA. Voyez SESQUI. et cetera.

IMPLICATIO. Voyez USO.

IN CONCERTO. Voyez CONCERTANTE.

IN CORPO. Voyez CANONE.

INDEX. Voyez MOSTRA.

INFINITO. Veut dire. INFINI. Qui n'a point de fin, au moins qui soit déterminée. C'est ainsi qu'on apelle certains Canons qu'on peut toûjours recommencer, et qu'on apelle pour cela autrement Fughe perpetue, Fugues perpetuelles.

INFRA. Voyez DI SOTTO, SUB, HYPO.

INGANNO. Veut dire proprement, TROMPERIE. Ainsi, Cadenza d'inganno, c'est une Cadence trompeuse, et c'est par exemple lorsqu'après avoir fait, tout ce qu'il faut faire pour une bonne cadence, au lieu de la terminer par la Finalle ou la Notte que l'oreille attend naturellement, on met une marque de silence, ou une pose, ou une demie pose, en la place de cette Finalle, et cetera.

INITIALIS, ou INITIALE. PAUSA INITIALIS et GENERALIS. Voyez MODO. TEMPO. PROLATIONE et PAUSA.

INNO. Au plurier Inni. C'est ainsi que les Italiens écrivent ce qu'on apelle Hymnus, ou HYMNE, partie de l'Office Divin qu'on chante fort souvent en Musique.

IN PARTITO. ou IN PARTITURA. Voyez CANONE PARTITURA. et cetera.

INSPEZZATO MONOCHORDO. Voyez SPISSUS.

INTENTIONE. Voyez REMISSIONE.

INTERVALLO. En Grec Diastema, en François INTERVALLE. C'est proprement la différence ou distance qu'il y a d'un Son grave à un Son aigu, ou d'un Son aigu à un grave qu'on mesure ordinairement, et qu'on nomme du nom d'un des chiffres de la Table qui est cy-dessous.

[Brossard, Dictionnaire, 49; text: Simples. Doublez. Triplez. Quadruplez. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 1<1>. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. 25. 26. 27. 28. 29. et cetera] [BRODIC1 02GF]

Ceux du rang d'enhaut marquent les Intervalles simples; Ceux des trois autres rangs marquent les Intervalle composez. C'est [-50-] à dire, ou doublez ou repliquez, comme ceux du second rang; ou triplez, comme ceux du troisiéme rang, ou quadriplez, comme ceux du quatriéme rang, et cetera.

Pour reduire tout d'un coup, un Intervalle composé à son simple, il n'y a qu'à ôter toûjours 7. du nombre qui luy donne le nom; S'il ne reste rien, ce sera la septiéme qui sera le simple; S'il reste quelque chose, le Chiffre restant sera le nom de l'Intervalle simple. Par exemple. Si l'on veut sçavoir ce que c'est qu'une treiziéme, on n'a qu'à ôter 7. du nombre 13. reste 6. La treiziéme est donc proprement une sixiéme doublée. Ou bien si l'on veut sçavoir ce que c'est qu'une vingt-sixiéme, ôtez trois fois 7. ou 21. reste 5. la vingt-sixiéme est donc une quinte quadruplée. Tout Intervalle composé est toûjours reputé de la même nature que le Simple qui luy répond.

Des 29. Intervalles qui composent la Table cy-dessus et le Systeme moderne, il y en a que les Italiens apellent Consonanti, Voyez, CONSONANTE, D'autres Dissonanti, Voyez, DISSONANTE. Il y en a d'autres qu'ils apellent Vietati ou Prohibiti. C'est à dire, Deffendus, ou qu'on ne doit pas faire dans la suite d'un Chant par la difficulté de les entonner l'un après l'autre, soit en montant, soit en descendant. Tels sont par exemple, la sixiéme majeure, le Triton, la quinte, et tous les autres Intervalles superflus, la septiéme, la neuviéme, ou tous ceux qui sont d'une distance si éloignée que la Voix n'y peut pas aller naturellement. Il y en a qui sont deffendus en montant, et permis en descendant. Tels sont, la quarte, la quinte, la septiéme diminuée, et cetera.

INTRADA. Veut dire proprement ENTRÉE. Ce sont ordinairement des Préludes, ou des Symphonies qui servent comme d'Introduction ou de Preparation à celles qui suivent. On apelle aussi de ce nom une Entrée de Ballet, et l'Air qui sert à en regler les pas.

IONIO. ou IONICO. Veut dire, MODE IONIEN. C'est le nom que donnoient les Anciens à un de leurs Modes Autentiques. Sa plus basse Corde et sa Finalle c'est C, sol, ut. Sa Dominante qui divise harmoniquement son Octave, c'est à dire une quinte au dessus de sa Finalle, est G, re, sol. Les Cordes qu'il rebat, sont C. sol, ut, et G, re, sol. Il finit toûjours par C, sol, ut. C'est nôtre cinquiéme Ton. Selon quelques-uns c'est le premier Mode naturel, on le transpose souvent une quarte plus haut en F, ut, fa, par b mol.

IRREGOLARE. Veut dire, IRREGULIER, qui n'est pas selon les regles ordinaires. C'est le nom qu'on donne à quelques Modes dont l'étenduë est trop grande, ou qui ont quelque autre irregularité, et cetera. On nomme aussi Cadenza irregolare, toute cadence dont la Finalle n'est pas une des Cordes [-51-] essentielles du Mode dans lequel on travaille.

ISTESSO. L'ISTESSO. Veut dire, LE MESME. La même chose. Ainsi, Far l'istesso. Veut dire, Faire la même chose. Cantar l'istesso. Chanter la même chose. Istesso suono, chanter le même Son, le même Ton, et cetera.

K.

KROUSTA. Terme grec. Voyez STROMENTO.

Kyrie, que quelques Italiens écrivent, quoy que très-mal, Chirie, (trompez sans doute par leur prononciation de Chi comme Ki;) est un mot Grec qui signifie SEIGNEUR au vocatif, et par lequel commencent toutes les Messes en Musique. On s'en sert souvent comme d'un Substantif ou comme si c'etoit le nom d'une piece de Musique, ainsi on dit, Voilà un beau Kyrie, un Kyrie bien travaillé et cetera.

L.

LA. C'est le nom d'une des six Syllabes inventées par Guy Aretin, pour nommer les Sons de la Musique. Celle-cy marque dans la premiere Octave de l'Orgue, la Proslambanomenos; Dans la seconde Octave, la Mese; et dans la troisiéme la Nete-hyperboleon, de l'ancien Systeme des Grecs. Voyez, SYSTEMA.

LACHRIMOSO. ou LAGRIMOSO. Veut dire, d'une maniere PLAINTIVE, comme en pleurant, et cetera.

LAMENTATIONE. plurier Lamentationi. Veut dire, PLAINTE, Lamentation.

LAMENTATIONI. per la Settimana Santa. Lamentations pour la Semaine Sainte. C'est ce qu'on apelle vulgairement, les Leçons de Tenebres.

LANGUENTE. ou LANGUIDO. Veut dire, d'une maniere LANGUISSANTE. Par consequent, lentement, et traînant le Chant et la Mesure, et cetera.

LARGO. Veut dire, FORT-LENTEMENT, comme en élargissant la mesure et marquant de grands temps souvent inégaux, et cetera. Ce qui arrive sur tout dans le Recitativo des Italiens, dans lequel souvent on ne fait pas les temps bien égaux, parce que c'est une espece de déclamation où l'Acteur, doit suivre plutôt le mouvement de la passion qui l'agite ou qu'il veut exprimer, que celuy d'une mesure égale et reglée.

LAUDA SYON SALVATOREM. Voyez SEQUENZA.

LEGABILE ou LEGABILI. Voyez NOTA.

LEGATA ou LEGATE. NOTE LEGATE. Voyez NOTA et SYNCOPE.

[-52-] LEGATO. ou OBLIGATO. Voyez OBLIGATO.

CONTRAPUNTO LEGATO. Voyez ibidem et SYNCOPE.

LEGATO. Feminin Legata. Veut dire, souvent la même chose que Obligato. c'est à dire, LIÉ, ou Contraint par certaines regles, ou certaines loix qu'on s'impose souvent à soy-même pour quelque dessein. Ainsi on dit, Canone legato, Contrapunto legato, Fugha legata, et cetera.

On dit aussi de deux Nottes, quand elles sont marquées par dessus ou par dessous d'un demi cercle ainsi [signum], ou ainsi [signum], et qu'elles sont sur le même degré, qu'elles sont legate, ou liées, c'est à dire, qu'elles ne sont proprement qu'une Notte, mais qu'on a été obligé de séparer en deux, parce qu'une moitié se trouve dans la fin d'une mesure, et l'autre dans le commencement de la mesure suivante, ou bien parce que ces deux moitiés sont en différens temps de la mesure, c'est ce qu'on nomme autrement Syncope. Voyez, SYNCOPE.

On lie aussi souvent les Nottes, quoy que sur différents degrez, quand il y en a plusieurs, pour une seule syllabe ou voyelle, ce qu'on nomme autrement Prolation. Voyez, PROLAZIONE.

LEGATURA. Veut dire, LIEN, Liaison, et cetera. De-là les Italiens apellent souvent les Sincopes Legature, parce que souvent on les fait par la liaison de plusieurs Nottes. Mais ils ont une autre maniere de Legature pour les Nottes Breves, ou Quarrées quand il y en a plusieurs sur différens degrez par une Syllabe, dont on sera bien aise de trouver icy l'explication.

Sur quoy il faut remarquer 1. qu'il n'y a que les Nottes Quarrées, ou Breves qui soient capables de cette espece de Legature, leur figure permettant qu'on les aproche si près l'une de l'autre qu'il semble que ce soit une seule figure, mais posée sur différens degrez ainsi

[Brossard, Dictionnaire, 52] [BRODIC1 02GF]

sans qu'on ait besoin de mettre de demi cercle au dessus ou au dessous, pour en marquer la liaison.

Remarque 2, qu'il n'est icy question que de la mesure binaire ou à deux temps.

Remarque 3. qu'on les peut considerer, 1. comme simples, 2. comme ayant une queüe, 3. comme étant de différentes couleurs.

Si elles sont Simples, ou bien elles vont en montant, et pour lors elles valent toutes leur valeur naturelle, c'est à dire, deux mesures chacune. Voyez, A. Mais si elles vont en descendant, elles vaudront alors chacune quatre mesures, s'il n'y en a que deux de suite comme B. Mais s'il y en a trois ou quatre de suite, pour lors la premiere et la derniere vaudront chacune quatre [-53-] mesures, et celles du milieu n'en vaudront que deux, comme C.

[Brossard, Dictionnaire, 53,1; text: A, B, C, 2. 4.] [BRODIC1 02GF]

Si elles ont une queüe, (remarquez, qu'il n'y a ordinairement que la premiere de chaque Legature qui en aye, et qu'elle est ordinairement à la gauche de la Notte) ou bien cette queüe monte en haut, et pour lors toutes les Breves, ou Quarrées, tant en descendant qu'en montant, ne valent chacune qu'une mesure comme D. Ce qui n'a été inventé que parce que les Rondes ou Minimes ne sont pas d'une figure à pouvoir être liées, et que l'usage du demi cercle ou de la liaison n'étoit pas encore introduit. Mais si cette queüe pend en bas, pour lors elle met la breve dans sa valeur naturelle de deux mesures, tant en descendant qu'en montant. Comme, E.

[Brossard, Dictionnaire, 53,2; text: D, E, 1. 2.] [BRODIC1 02GF]

Enfin si elles sont de différentes couleurs, c'est à dire, si la premiere est blanche, ou vuide dans le milieu; et la seconde noire; pour lors la premiere vaut une mesure, et la seconde une blanche pointée, ou un temps et demi. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 53,3] [BRODIC1 02GF]

Voylà les principales Ligatures, et celles qu'on rencontre maintenant le plus souvent, car nos Anciens en avoient encore une infinité d'autres dont nous parlerons plus amplement ailleurs.

[-54-]

          {DI DUE NOTE.          }
          {DI PIU, DI DUE.       }
          {D'UN CORPO SOLO.      }
          {RETTA.                }
LEGATURA. {INDIRETTA.            } Voyez NOTA.
          {CON VIRGULA.          }
          {SENSA VIRGULA.        }
          {PERFETTA.             }
          {IMPERFETTA et cetera. }

LEGGIADRO. ou LEGGIADRAMENTE. Veut dire, GAILLARDEMENT, gayement, legerement, et cetera.

LENTO Veut dire, LENTEMENT, pesamment, d'une maniere qui ne soit point vive ou animée.

LEON II. Nom d'un Pape. Voyez SALMO.

LEPSIS. Terme formé du grec. Voyez USO.

LEVARE ANTIPHONAM. C'est annoncer une ANTIENNE. C'est à dire, entonner le Commencement et cetera.

LEUTO. ou LIUTO. Veut dire, un LUTH. Instrument à cordes dont les Italiens se servoient pour accompagner, avant l'Invention du Théorbe. Voilà pourquoy on trouve souvent Leuto, ou Liuto au lieu de Basso-Continuo, ou Thiorba.

LIBERO. Feminin Libera. Veut dire, LIBRE, qui n'est point contraint, que par les loix ou regles généralles. C'est le même que Sciolto. Voyez, SCIOLTO. C'est le contraire de Legato. Voyez, LEGATO.

LICHANOS. Voyez, LYCHANOS par un y Grec.

LIDIO. Voyez, LYDIO. par un y.

LIGATURA. C'est le terme dont on exprime en Latin et en fort mauvais Italien, ce que nous avons expliqué au mot Legatura.

LINEA. au plurier Linee. Veut dire, LIGNE. C'est le nom qu'on donne à ces Traits horisontaux sur lesquels et entre lesquels on place les Nottes de la Musique moderne. Il y en a ordinairement quatre dans le Plein-Chant, et dans la Musique cinq principalles, outre lesquelles on en ajoûte tant au dessus qu'au dessous quelques fois et selon le besoin une ou plusieurs autres petites. La premiere des cinq principalles est toûjours celle d'en bas, la cinquiéme celle d'en haut, et cetera. On en attribuë l'Invention communement à Guy l'Aretin. Elles aident beaucoup l'imagination pour distinguer les Sons graves d'avec les Sons aigus.

LIRA. Voyez, LYRA.

LITANIA. au plurier Litanie. Veut dire, LITANIES. Priere qu'on chante en beaucoup d'Eglises en Musique.

LIUTO. Voyez, LEUTO LUTH.

[-55-] LOCRICO. ou LOCRENSE. Est un des Modes des Anciens que Gaudence le Philosophe, au rapport de Zarlin nomme, autrement Commune et Hypodorio. Voyez, HYPODORIO.

LONGA. Substantif Italien Veut dire, LONGUE. C'est une Notte quarrée avec une queüe ainsi [Lv] qui vaut quatres mesures binaires ou à deux temps, par consequent 8. temps à moins qu'elle ne soit liée avec une Breve ou Quarrée, sur quoy Voyez, LEGATURA.

On nomme aussi Longue, toute Notte 1. qui tombe dans le premier temps de quelque mesure que ce soit, et dans le troisiéme de la mesure à quatre temps. 2. qui est la premiere des deux Nottes qui composent un temps. 3. Toute Notte qui vaut deux temps de quelque mesure que ce soit, et à plus forte raison si elle en vaut trois ou quatre. 4. Toute Notte sincopée. 5. Toute Notte pointée. 6. Toute Notte chargée de quelque agréement. 7. Une Notte seule dans le second temps de la mesure à deux temps, ou dans le second ou quatriéme de la mesure à 4. temps, peut aussi passer pour longue, pourveu que la suivante descende, parce que pour lors elle est censée chargée de l'agréement qui s'apelle Chute, et cetera.

LUGUBRE. Veut dire, d'une maniere TRISTE, sombre et lugubre: capable de tirer les larmes des yeux, et cetera.

LYCHANOS HYPATON. Termes Grecs, qui veulent dire en François, Celle des Principalles qui se touche du premier doigt, ou l'Indice ou la Montre des Principalles ou plus basses. C'étoit le nom d'une des Cordes de la Lyre, ou du Systeme des Anciens Grecs. Elle répond au D, la, re, de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

LYCHANOS-MESON. Termes Grecs, qui veulent dire en François, Celle des Moyennes qui se touche du premier doigt, ou selon d'autres, l'Indice ou la Montre des Moyennes. C'étoit encore le nom d'une des Cordes de la Lyre ou du Systeme des Anciens Grecs, qui répond au G, re, sol, de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

LYDIO. C'est le nom d'un des Modes Autentiques des Anciens. Sa plus basse Corde, c'est F, ut, fa. Sa Dominante qui divise son octave harmoniquement, c'est à dire, par la quinte, est C, sol, ut. Les Sons qu'il rebat le plus ce sont F, ut, fa, et C, sol, ut. Sa Finalle est F, ut, fa. C'est à peu près ce qu'on apelle aujourd'huy le sixiéme Ton. Selon quelques-uns c'est le septiéme Mode. On le transpose une quarte plus haut en B, fa, si par Bemol.

LYRA. Veut dire, LYRE. Espece d'Instrument à cordes, [-56-] sur lequel a été bâti et est fondé tout le Systeme des Anciens. On pretend qu'elle fut d'abord inventée, comme par hazard par Mercure, et qu'elle n'avoit alors que trois Cordes, qui faisoient un demi-Ton et un Ton, comme qui diroit Mi, fa, sol. Qu'Apollon y en ajoûta une quatriéme; Corebus une cinquiéme. Hiagnis une sixiéme, et Terpandre une septiéme. Elle demeura en cet état jusqu'à Pithagore, ou selon d'autres, Lycaon, qui y ajoûterent une huitiéme Corde pour en rendre les extrémitez consonantes. Ensuite Timothée ajoûta la neuviéme la dixiéme et la onziéme. Enfin successivement, d'autres dont l'Histoire ne nous a point conservé les noms, ou des noms desquels on ne convient pas bien, y en ajoûterent encore cinq, ce qui faisoit en tout 16. Sçavoir, 15. principalles et une ajustée, que nous expliquerons plus emplement au mot SYSTEMA.

M.

MADRIGALE. plurier Madrigali. Veut dire, MADRIGAL. C'est à dire, une petite Poësie de peu de Vers libres et ordinairement inégaux, qui n'a pas la gesne d'un Sonnet, ny la subtilité d'une Epigramme, mais seulement une pensée tendre et agréable. C'est sur de ces sortes de Poësies que quantité d'illustres Compositeurs ont fait des pieces toutes charmantes qu'on nomme de-là Madrigali. Il y en a à 2. à 3. à 4. à 5. à 6. 7. et 8. Voix, et cela produit un stile particulier dans la Musique que les Italiens apellent de-là Stilo madrigalesco, et cetera.

MAESTOSO, ou MAESTUOSO. Veut dire, d'une maniere MAJESTUEUSE, Pompeuse, Emphatique, et cetera et par consequent gravement et lentement, quoy qu'avec une expression vive et bien marquée.

MADRIGALESCO STILO. Voyez STILO.

MAESTRA. CHIAVE MAESTRA. Voyez CHIAVE.

MAESTRO di Capella. Veut dire, MAISTRE de Musique. Voyez, CAPELLA.

MAGAS. au genitif Magadis. Terme Grec dont les Italiens ont fait Magada. C'est proprement un espece de petit Pont, Ponticello, ou CHEVALET mobile, qu'on met en différens endroits sous la Corde du Monocorde, pour mesurer la proportion des Sons. Voyez, MONOCORDO. C'étoit aussi un des Instrumens des Anciens.

MAGGIORE. Adjectif Italien, du Latin Major, en François, MAJEUR, ou Majeure. On s'en sert à tous momens dans la Musique pour distinguer certains Intervalles qui sont plus grands ou plus hauts d'un Semiton mineur ou de quatre Comma, que d'autres qui portent le même nom. Ainsi on dit, [-57-] Terza maggiore, Sesta maggiore, Settima maggiore, et cetera. Voyez MINORE. Ce mot, se trouve joint aprez beaucoup d'autres ainsi.

         {PROLATIONE }
         {MODO       } Voyez tous ces mots chacun à leur rang.
         {TEMPO      }
         {TRIPOLA    }
MAGGIORE {SESQUI ALTERA MAGGIORE IMPERFETTA. Voyez Sesqui
         {et TRIPOLA.
         {TRIPLA MAGGIORE. Voyez Tripola 1. Classe.
         {TROMBONE MAGGIORE ou
         {TROMBONE SECONDO. Voyez TROMBONE

MAJOR. Voyez MAGGIORE.

MAJUS {EPTACHORDON MAJUS. Voyez SETTIMA.
      {EXACHORDON MAJUS. Voyez SESTA.

MANIERA DISTENDENTE, QUIETA et RESTRINGENTE. Voyez MUTATIONE.

MANO-HARMONICA. Veut dire, MAIN HARMONIQUE. C'est ainsi que l'on nommoit une aplication de tout le Systeme de Guy Aretin sur les doigts et les jointures de la main gauche, pour faciliter la mémoire de tous les changemens ou muances qu'il falloit y faire.

MASCHARADA. Veut dire, MASCARADE. C'est une suite d'Airs de différens mouvemens ordinairement bouffons et grotesques, composez pour une Mascarade.

MASSIMA, du Latin Maxima. Veut dire, MAXIME. C'est une Notte faite en quarré-long avec une queüe au côté droit, ainsi [Mv], et qui vaut 8. mesures de la mesure binaire; ou à deux temps. Elle n'est d'aucun usage dans la Musique moderne, depuis qu'on a pris l'usage de separer toutes les mesures, et de lier les Rondes avec un demi-cercle ou liaison pour marquer la continuité de leur Son.

MASSINO SYSTEMA. Voyez SYSTEMA vers la fin.

MAXIMA, ou Maxime. Voyez MASSIMA et MODO TEMPO et Tempo.

MEDIA. Voyez MESE et SYSTEMA.

MEDIANTE. La Médiante de chaque Ton ou Mode, est la corde qui est une tierce plus haut que la Finalle dans les Modes Autentiques; ou qui partage leur Quinte en deux Tierces. Voyez MODO. Numéro 1 et 7.

TETRACHORDON MEDIARUM. Voyez TETRACHORDO et SYSTEMA. Table 1.

[-58-] MEDIARUM EXTENTA. Voyez LYCHANOS MESON et SYSTEMA. Table 1.

MEDIARUM PRINCIPALIS. Voyez HYPATE MESON et SYSTEMA. Table 1.

MEDIARUM SUB PRINCIPALIS. Voyez PARHYPATE MESON et SYSTEMA. Table 1.

PROPE MEDIA. Voyez PARAMESE et SYSTEMA. Table 1.

MEDIUS HARMONICUS. Voyez TRIAS HARMONICA.

MEIBOMIUS. Nom d'un Autheur. Voyez NOTA et SYSTEMA.

MELISMATICO STILO. Voyez STILO.

MELODIA. Veut dire, MELODIE, ou Chant c'est à dire, l'effet que font plusieurs Sons rangez, disposez et chantez les uns après les autres, de maniere qu'ils fassent plaisir à l'oreille.

MELOPEIA. Veut dire, MELOPÉE. C'est l'arrangement des Sons qui font la Mélodie, qu'on nomme autrement Modulation. Voyez, MODULAZIONE. C'est aussi l'art de bien arranger les Sons. Voyez, MUSICA.

MELOS. Terme grec, veut dire CANTILENA. CANTUS Chant, Chanson et cetera.

MEN, Abregé de Meno. Veut dire, MOINS. On le met souvent devant d'autres Adverbes pour diminuer la force de leur signification.

MEN allegro. Moins gayement.

Men forte. Moins fort.

Men Presto. Moins vîte, et cetera.

MARIN MERSENNE. Nom, d'un Autheur. Voyez NOTA. QUARTA. STROMENTO. SYSTEMA et cetera.

MESCOLAMENTO. Voyez USO.

MESE. Veut dire, La MOYENNE ou celle qui tient le milieu. C'est le nom que donnoient les Grecs à une des cordes de leur Lyre ou Systeme, qui étoit 8. degrez plus haut que la Proslambanomene et qui répond, à l'A, mi, la de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

MESOEIDES. Terme grec. Voyez USO.

MESON. Est le genitif plurier de l'Adjectif Grec Mesos, qui veut dire MYTOYEN, C'est à dire, qui tient, ou qui fait le milieu. C'est par ce mot que les Grecs distinguoient un de leurs Tetracordes d'avec les trois autres. Voyez TETRACHORDO et SYSTEMA.

MESON DIATONOS. Termes grecs. Voyez LYCHANOS [-59-] MESON, SYSTEMA. Table 1. et MEDIA.

MESOPICNI SUONI. Veut dire en general Sons Mytoyens ou qui tiennent le milieu entre le Grave et l'Aigu. En particulier. Voyez SUONO.

MESSA. au plurier Messe. Veut dire, MESSE. C'est le Titre de quantité d'Ouvrages Italiens qui contiennent, le Kyrie et Christe, le Gloria, le Credo, le Sanctus, et l'Agnus mis en Musique.

MESSE brevi. Veut dire, Messes courtes.

MESSE concertate. Veut dire, Messe dont les Parties recitent avec des Choeurs entremêlez, et cetera.

MESSE da Capella. Veut dire, Messes qui se chantent entierement par le Gros Choeur, remplies ordinairement de Fugues, de Contrepoint doubles et autres ornemens de l'Art.

MESSE per li Defonti. Veut dire, Messes pour les Défunts, et cetera.

METRON. Terme Grec, et Latin Tactus, ou Mensura, en Italien Battuta, ou Tatto, en Allemand Tact, en François MESURE. Voyez, BATTUTA.

MEZZA-PAUSA. qui veut dire, DEMIE PAUSE; qu'on figure ainsi [Signum] et qui marque qu'on doit se taire pendant une demie mesure, et cetera.

MEZZA-TIRATA. Voyez TIRATA.

MEZZO, ou encore mieux, MEZO. Adjectif Italien, au feminin Mezza. Veut dire, DEMI ou à demi. On en compose plusieurs mots, comme par exemple.

MEZZO-SOPRANO. qui veut dire, DEMI-DESSUS, ou Haute-Contre qui va fort haut. On luy donne par cette raison la Clef de C. sur la seconde ligne ainsi [ClefC2 on staff5] et cetera.

MEZZO-SOSPIRO. qui veut dire, DEMI SOUPIR. On le figure ainsi [Signum]. Il marque qu'il faut se taire pendant la huitiéme partie d'une mesure. Quand c'est un mouvement de quatre temps, il faut se taire pendant la huitiéme partie d'une mesure, mais si c'est un mouvement de 3 ou 3/4 il ne faut se taire que pendant une sixiéme partie de la mesure et si c'est un mouvement de 6/4 il ne faut se taire que pendant la douxieme partie et ainsi de diverses autres mesures; je croi dont qu'il vaut mieux dire qu'il faut se taire pendant la valeur d'une croche figurée ainsi [8] quelque mesure que l'on chante ou que l'on joue.

MI. Est une des six Sillabes inventées par Guy l'Aretin, [-60-] pour marquer les Sons. Celle cy marque dans la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne, le Son que les Grecs apelloient Hypate-meson, et dans la troisiéme Octave celuy qu'ils apelloient Nete-dieseugmenon. Voyez, SYSTEMA.

MINIMA. Veut dire, MINIME ou Blanche. C'est une Note vuide dans le milieu avec une queüe ainsi. [Mv] Sous les signes [Cdim] ou [C]. Elle vaut une demie mesure. Dans le Triple elle vaut quelques fois un temps et quelques fois deux; quelques fois aussi il en faut deux pour faire un temps et cetera. TRIPLA DI MINIME. Voyez TRIPOLA. Classe 1. Article 2. Numéro 2. SEXTUPLA. NONUPLA. DODECUPLA DI MINIME. Voyez ces mots à leur rang et TRIPOLA dans les 2 et 3 Classes.

MINOR. Voyez MINORE.

MINORE. Veut dire, MINEUR, ou Moindre. Cela se dit de certains Intervalles qui sont moindres, c'est à dire, moins hauts, ou plus bas d'un Semi-ton mineur ou 4. Comma, que d'autres qui portent cependant le même nom, qui sont plus hauts et ausquels on joint l'Adjectif Maggiore. Ainsi on dit, Terza minore, Sesta minore, Settima minore, et cetera. Voyez. MAGGIORE. Ce Terme aussi bien que Maggiore se joint aussi souvent aux mots Modo, Tempo, Tripla, Hemiolia, et cetera. Voyez, tous ces mots chacun à leur rang. SESQUI ALTERA MINORE PERFETTA, IMPERFETTA, et cetera. Voyez TRIPOLA. 1. Classe Numéro 2. et SESQUI TRIPLA MINORE. Voyez TRIPOLA. 1. Classe Numéro 2.

MINUETTO. Veut dire, MENUET, ou Danse fort gaye, qui nous vient originairement du Poitou. On devroit à l'imitation des Italiens se servir du signe 3/8 ou 6/8 pour en marquer le mouvement, qui est toûjours fort gay et fort vite; mais l'usage de le marquer par un simple 3. ou triple de Noires a prévalu. L'Air de cette Dance a ordinairement deux reprises qui se joüent chacune deux fois. La premiere a 4 ou tout au plus 8. mesures dont la derniere doit tomber sur la Dominante, ou du moins sur la Médiante du Mode, et jamais sur la Finalle, à moins qu'il ne soit en Rondeau. La seconde reprise est ordinairement de 8. mesures dont la derniere doit tomber sur la Finalle du Mode, et est une Blanche pointée ou une mesure entiere.

MINUS. HEXACHORDON MINUS. Voyez ESSACHORDO et SEXTA.

SAINT MIROCLET. Voyez TUONO. Section 1.

MISSO-LYDIO, ou MIXOLIDIO, et selon quelques-uns Hyperlydio. Veut dire, LIDIEN MESLÉ. C'est le nom que les Anciens Grecs donnoient à un de leurs Modes Autentiques. [-61-] Sa plus basse Corde est nôtre G, re, sol. Sa Dominante qui divise Harmoniquement son Octave, c'est à dire, qui est une Quinte juste plus haut que la plus basse corde, est D, la, re. Les Cordes, qu'il rebat souvent, sont G, re, sol, et D, la, re. Sa Finalle est G, re, sol. Ainsi c'est à peu près nôtre huitiéme Ton, et selon quelques uns le neuviéme Mode. On le transpose une quarte plus haut, en C, sol, ut par b mol.

MISTO ou Mixto. Veut dire, MESLÉ. C'est le nom que les Anciens donnoient à quelques uns de leurs Modes, quand ils participoient de l'Authentique et du Plagal. Voyez, MODO.

MISTIO. Voyez USO.

MISURA. Mesure Voyez dans la table Françoise Mesure.

MISURA PROPORTIONATA ou PROPORTIONALE. Voyez TRIPOLA. Classe 1. Numéro 1.

MIXIS. Voyez USO.

MOBILI SUONI. Voyez SUONO.

MODERATO. Veut dire, Avec MODERATION, discretion, sagesse, et cetera ny trop fort, ny trop doux, ny trop vîte, ny trop lentement, et cetera.

MODO. Au plurier Modi. en Grec, Nomos, ou Tropos, en Latin, Modus, Tonus, Regula, Constitutio, et cetera. Veut dire, MODE, ou Ton. C'est à dire, Une maniere de commencer, de continuer, et de finir un Chant, qui engage à se servir plûtôt et plus souvent de certains Sons ou Cordes, que d'autres.

Il y a bien des disputes entre les Autheurs sur les Noms, l'Ordre, le Nombre, les Effets et la Nature des Modes, et encore plus sur le rapport des Anciens Modes, avec les Modernes. Mais comme ce n'est pas icy le lieu d'entrer dans toutes ces disputes, voicy seulement quelques remarques, qui pourront du moins, donner l'intelligence des termes à ceux qui voudront aprofondir cette matiere.

1. Dans quelque Chant que ce soit, il y a trois Cordes principalles, La premiere, est celle par où l'on commence presque toûjours, et par où l'on doit toûjours finir le Chant, c'est pour cela qu'on la nomme La Finalle. La seconde est celle, qu'on rebat, qu'on repette, et qu'on entend plus souvent, que pas une autre, c'est pour cela qu'on la nomme en Latin Repercussio, comme qui diroit, Rebattement et en François, La Dominante. La troisiéme est celle qui tient le milieu entre la Finalle et la Dominante, et qui pour l'ordinaire est une tierce au-dessus de la Finalle, on la nomme La M<e>diante. On nomme autrement ces trois Cordes, Sons essentiels du Mode.

2. Les Anciens ne se servoient pour former leurs Modes que des Cordes Diatoniques ou Naturelles Ainsi, comme il n'y a que sept Cordes Diatoniques dans l'étend<u>e de l'Octave; on peut dire [-62-] aussi qu'il n'y a que sept Cordes, par lesquelles on puisse terminer un Chant, et par consequent qu'il n'y a que sept sortes de Finalles au moins Diatoniques, sçavoir, G, D, E, F, G, A, B [sqb], ou selon la maniere moderne, Ut, re, mi, fa, sol, la, si.

3. Chacune de ces Cordes en a une autre, huit degrez plus haut, dont le Son est plus aigu et qui luy sert de l'Octave, ce qui fait par consequent sept especes d'Octaves, dans les deux extrêmités desquelles, les Anciens bornoient les limites, ou ce qu'ils apelloient Ambitus, (comme qui diroit, la Circonférence, l'étendue, la capacité de chaque Mode, et cetera) Ainsi, selon eux, Moduler et Modulation n'étoit rien autre chose que faire passer un Chant par tous les Sons compris entre ces deux extrêmités, de maniere cependant qu'on passât plus souvent par les Sons essentiels, que par les autres, et cela toûjours Diatoniquement.

4. Entre tous les Sons compris dans l'étenduë de l'Octave, il y en a un qui la divise Harmoniquement, c'est à dire, qui est une quinte juste au dessus de sa plus basse Corde; et un autre qui la divise Arithmetiquement, c'est à dire, qui est une quarte plus haut que sa plus basse Corde. Par exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 62,1; text: quinte.] [BRODIC1 02GF]

C'est cette double division qui a formé les deux classes des Modes, dont il est si souvent parlé dans les Auteurs, sçavoir, celle des Modes Authentiques, et celle des Modes Plagaux. Car lorsque dans un Chant, on rebat ou l'on fait entendre souvent le Son qui est une quinte au-dessus de la plus basse corde de l'Octave d'un Mode, c'est pour lors un Mode Authentique; et lorsqu'on rebat celuy qui n'en est éloigné que d'une quarte, ou un autre qui fait la tierce contre sa Finalle, c'est un Mode Plagal. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 62,2; text: Authentique. Plagal.] [BRODIC1 03GF]

[-63-] 5. Mais comme entre les sept especes d'Octave rapportées cy-dessus, il n'y en a que six qui puissent être divisées Harmoniquement, ou par la quinte juste; sçavoir les Octaves, C, D, E, F, G, A, parce que la quinte de l'Octave B [sqb] ou du si au fa en montant est diatoniquement fausse ou diminuée: Il n'y a aussi que six Modes Authentiques. Comme d'un autre côté, il n'y a aussi que six Octaves qui puissent être divisées Aritmetiquement, ou par la quarte juste, sçavoir, les Octaves C, D, E, G, A, B, parce que la quarte de l'Octave F, ou du fa au si en montant, est superfluë: Il n'y a pareillement que six Modes Plagaux; Ainsi les Octaves C, D, E, G, A, ont chacun deux Modes, un Authentique et un Plagal; l'Octave F n'en a qu'un qui est Authentique, et l'Octave B [sqb], n'en a aussi qu'un qui est Plagal, ce qui fait le nombre de douze, auquel Glarean et Zarlin, et une infinité d'autres après eux, ont fixé le nombre des Modes, voicy une Table qui fera comprendre aisément tout cela.

[Brossard, Dictionnaire, 63; text: Octave C, ou ut. D, re. E, mi. F, fa. G, sol. A, la. B si. Autentique. Plagal. cette Octave n'a point de Plagal. Sa quarte est superflue. Cette Octave n'a point d'Autentique. Sa quinte est diminuée.] [BRODIC1 03GF]

Voilà tout le mystere des Modes Anciens. Il y auroit cependant [-64-] bien des choses encore à dire sur la maniere de placer leurs Clefs, sur leur Transposition, sur les effets qu'on leur attribuë, et cetera. Mais comme cela passeroit les bornes que je me suis proposez, je me contenteray d'ajoûter icy une Liste des Noms que les Anciens Grecs donnoient à leurs Modes, pris pour la pluspart des noms des Peuples chez lesquels ils étoient usitez, ou peut-être chez qui ils avoient été inventez. J'y joindray au bout la lettre de l'Octave qui fait leur Ambitus, et à laquelle on les rapporte communément, sans cependant pretendre garentir absolument la verité de ce rapport, les opinions étant fort partagées la-dessus.

[Brossard, Dictionnaire, 64; text: AUTENTICI. PLAGALI. IONIO, ou Jastio. C. DORIO. D. PHRYGIO ou Frigio. E. LYDIO, ou LIDIO. F. MIXO-LIDIO. ou Hyper-Lidio. G. EOLIO. A. HYPER-JASTIO. ou Hyper-Dorio. HYPO-JASTIO. HYPER-DORIO. On ne sçait point sa veritable Finalle. HYPO-DORIO. ou Hyper-Jastio. ou Locrico. HYPER-PHRYGIO. Rejetté parce que sa quarte est superfluë. HYPO-PHRYGIO. B, HYPER-LIDIO. ou Mixo-Lidio. ou Syntono-Lidio. HYPO-LIDIO. HYPER-MIXO-LIDIO. HYPO-MIXO-LIDIO. ou Hyper-Jastio. HYPER-EOLIO. Rejetté parce que sa quinte est fausse. HYPO EOLIO. ou Hyper-Dorio.] [BRODIC1 04GF]

Outre ces noms, on trouve encore, ceux de Continuo, Commune, Misto, et cetera. Mais comme on ne sçait pas bien à quelles Cordes il les faut rapporter, et que nous parlons d'eux et de tous les autres cy-dessus chacun à leur rang nous n'en dirons pas davantage icy. Nous ne dirons rien non plus icy des huit Modes ou Tons de l'Eglise, dont nous parlerons au mot TUONO, ou TONO.

6. Cette maniere d'établir et d'expliquer les Modes, étoit supportable, lorsqu'on ne se servoit que des Cordes Diatoniques, mais depuis qu'on a pris l'usage de partager l'Octave en 12. demi-tons [-65-] Chromatiques, on a bien-tôt rejetté cette distinction de Modes Authentiques et Plagaux. On a veu sensiblement qu'un Mode Plagal n'étoit point absolument un veritable Mode, que ce n'étoit tout au plus qu'une extension du Mode Authentique, et que tout Mode devoit être Authentique. En un mot, on a fait une infinité d'autres belles découvertes inconnuës aux Anciens. Voicy donc un nouveau Systeme des Modes reçu maintenant de tous les gens de bon goût.

7. Tout Mode doit avoir trois Cordes qu'on apelle essentielles, sçavoir, La Finalle, la Dominante, la Médiante. La Finalle peut être quelque Corde que ce soit ou Diatonique ou Chromatique, des douze qui sont comprises dans l'étendue de l'Octave. La Dominante est toûjours la Notte qui est une quinte juste au-dessus de la Finalle, si elle ne l'est pas naturellement, il faut par le moyen des [x,x] ou des [rob,rob] qu'on met d'ordinaire immédiatement après la Clef sur le degré de cette Dominante, la rendre juste accidentellement. La Médiante enfin est celle qui partageant l'intervalle qui est entre la Dominante et la Finalle en deux tierces, en fait aussi ce qu'on apelle la Triade ou le Trio harmonique. Voilà ce qu'on doit apeller proprement les Cordes essentielles d'un Mode.

8. Il faut bien observer que la tierce qui se fait au-dessus de la Finalle, peut-être ou majeure, ou mineure; si elle est majeure, c'est à dire, composée de deux Tons plains comme ut, mi; pour lors le Mode est, et on le nomme majeur, ou beccare: Si cette tierce est mineure, c'est à dire n'est composée que d'un Ton et d'un Semi-ton comme, re, fa; pour lors le Mode est, et on le nomme mineur ou bemol. Ainsi comme il n'y a que deux sortes de tierces, il n'y a en général que deux classes de Modes; la classe des Modes majeurs, et celle des Modes mineurs. Et comme des douze Sons, soit Chromatiques ou Diatoniques qui sont dans l'étenduë de l'Octave, il n'y en a point sur lequel on ne puisse faire, soit naturellement, soit accidentellement une tierce majeure, il y a donc douze Modes majeurs: et comme il n'y en a point sur lequel on ne puisse faire de même une tierce mineure, il y a aussi 12. Modes mineurs.

9. Il faut encore observer qu'outre ces trois Cordes essentielles rapportées cy-dessus, il y en a encore dans chaque Mode deux autres qu'on nomme naturelles, parce que l'on ne peut faire un beau Chant, ny même une Harmonie gratieuse sans leur secours. Ces deux Cordes, sont 1. dans quelque Mode que ce soit, un demiton majeur, soit naturel, soit accidentel, au dessous de la Finalle. 2. Pour les Modes mineurs, un demiton majeur au-dessus de leur Dominante. 3. Pour les Modes majeurs, un Ton plein au-dessus de leur Dominante.

[-66-] Enfin il y a encore deux autres Cordes qui ne sont pas à la verité essentielles comme les trois premieres, ny si naturelles que ces deux dernieres, mais qu'on pourroit fort bien nommer necessaires, c'est le Ton plein au-dessus de la Finalle, et un autre Ton plein au-dessous de la Dominante.

10. Si toutes ces Cordes se trouvent naturellement placées ainsi que nous venons de dire, pour lors le Mode est naturel: mais si l'on est obligé de se servir du secours des [x,x] ou des [rob,rob] soit immédiatement après la Clef, ou dans la suite du chant, pour mettre cet ordre entre les Cordes d'un Mode, pour lors, c'est un Mode transposé. Sur ce principe il n'y a que le Mode C, sol, ut qui soit veritablement Diatonique ou Naturel. Tous les autres, ayant besoin de quelques [x,x] ou de quelques [rob,rob] soit pour mettre leur Finalle dans le degré qu'on veut, et pour lors ils sont transposés chromatiquement; soit pour rendre leur quinte juste; soit pour faire leur Tierce majeure ou mineure; soit pour faire qu'il n'y ait qu'un demiton au-dessus de la Dominante, ou au-dessous de la Finalle, soit enfin pour faire qu'il y ait un Ton plein au-dessous de la Dominante, et au-dessus de la Finalle.

11. On peut, et il est même souvent à propos de faire sortir le Chant hors du Mode, en le faisant entrer dans un autre, et de celuy là dans un troisiéme, et cetera. Mais il faut toûjours revenir et finir par la cadence finalle du Mode par lequel on a commencé. Tandis qu'on demeure dans un Mode, il ne faut point faire de cadence que sur les Cordes essentielles de ce Mode; si l'on en fait sur d'autres Cordes, dez-la on declare qu'on en veut sortir, et même on ne peut faire de cadence parfaite sur la Médiante des Modes majeurs, sans en sortir; et il y en a beaucoup qui pretendent que c'est la même chose pour la Médiante des Modes mineurs.

12. C'est encore un principe qui n'est pas moins seur que le précedent, qu'on n'est point censé demeurer dans son Mode à moins qu'on ne fasse entendre, soit dans la Basse, soit dans quelqu'une des Parties superieures, ou ce qui est encore mieux dans plusieurs Parties à la fois, plusieurs, ou du moins une des Cordes essentielles, ou naturelles du Mode. Faire autrement c'est sortir ou declarer qu'on veut sortir hors du Mode. C'est par cette raison que la sixte et souvent même la Quinte superfluë sont meilleures sur la Médiante d'un Mode, que la quinte juste, à moins qu'on ne fasse une cadence dessus. Par la même raison la sixte majeure est meillure sur la Notte qui suit immédiatement en montant la Finalle des Modes mineurs, que la sixte mineure; et la tierce mineure est meilleure, sur la Notte qui est immédiatement au-dessous de la Dominante des Modes mineurs, que la tierce majeure. C'est par cette raison enfin, que la Dominante de quelque Mode [-67-] que ce soit demande naturellement plûtôt la tierce majeure, que la mineure, et que la Finalle des Modes mineurs demande au contraire plutôt la tierce mineure que la majeure; à moins que ce ne soit à la fin d'une piece où l'usage veut, et l'oreille demande qu'on rende la tierce majeure accidentellement, si elle ne l'est pas naturellement.

J'aurois encore une infinité d'observations à faire qui ne sont pas moins importantes, mais je crois que cela suffit pour faire connoître comment il faut raisonner des Modes suivant la pratique d'aujourd'huy.

MODI, ò TUONI ECCLESIASTICI. Voyez TUONO troisiéme signification et MODE dans la table Françoise et TON dans la même table.

MODO. Voyez SEGNO et MODE, dans la table Françoise.

MODO. TEMPO. PROLATIONE. Ce sont des termes dont se servoient nos Anciens, et qu'on trouve aussi chez les Italiens pour nommer certains signes qu'ils avoient pour la valeur des Nottes, Maxime, Longue, Breve, Semibreve et Minime. Nous parlerons de Tempo et de Prolatione à leur rang. A l'égard du premier, on le nomme en François Mode et vulgairement Moeuf. C'étoient certaines lignes perpendiculaires qu'on mettoit après la Clef pour marquer la valeur des Nottes Maxime, Longue et Breve. Il y en avoit de deux sortes, le majeur, et le mineur, et chacun d'iceux étoit ou parfait, ou imparfait. Les deux majeurs étoient pour la Maxime; les deux mineurs étoient pour la Longue.

Le Mode majeur parfait se marquoit avec trois lignes qui emplissoient chacune trois espaces, et trois autres qui n'en emplissoient que deux. Cela marquoit que la Maxime, valoit autant que trois Longues. Voyez cy-derriere A.

Le Mode majeur imparfait, étoit marqué avec deux lignes qui emplissoient trois espaces et deux autres qui n'en emplissoient que deux. Cela marquoit que la Maxime ne valoit que deux longues, ou 8 mesures qui est sa valeur ordinaire sous la mesure binaire ou à deux temps. Voyez, B.

Le Mode mineur parfait, étoit marqué par une ligne qui traversoit trois espaces, et cela marquoit, que la Longue valoit trois Breves. Voyez, C.

Le Mode mineur imparfait, enfin, étoit marqué, par une ligne qui ne traversoit que deux espaces, et cela marquoit que la Longue ne valoit que deux Breves. Voyez, D.

[-68-] [Brossard, Dictionnaire, 68; text: A. B. C. D. Signes de Moeuf majeur parfait. imparfait. mineur] [BRODIC1 04GF]

Tout cela n'est d'aucun usage dans la Musique moderne, mais cela se trouve encore fort souvent dans les Musiques de 2. à 300. ans en ça, qui ne laissent pas d'être excellentes, et que beaucoup de gens ne méprisent peut-être, que parce qu'ils ne les sçavent pas déchiffrer.

MODULATIONE, ou Modulazione. Veut dire, MODULATION. Nous avons déja veu cy-dessus (Voyez MODO numéro 3.) ce que c'étoit que moduler et modulation selon les Anciens. Ils faut seulement ajoûter icy que moduler selon les Modernes, c'est non seulement faire passer un Chant par les Cordes essentielles et naturelles d'un Mode plus souvent que par les autres; mais aussi se servir des mêmes Cordes dans les Parties qui font harmonie, plus souvent et préférablement à d'autres qu'il faut éviter; non qu'elles ne fussent bonnes, mais parce qu'elles feroient sortir souvent mal à propos du Mode. Moduler est aussi sortir quelques fois hors du Mode, mais pour y rentrer à propos naturellement. C'est encore donner à son chant une variété de mouvemens et de figures différentes qui le rendent expressif s<ans> être ennuyeux ny trop affecté. Enfin c'est donner à sa composition ce certain je ne sçay quoy de doux et de gratieux, qu'un long et frequent exercice peut donner quelques fois, qu'un heureux genie fournit souvent naturellement et sans peine, et qu'on nomme Beau-Chant.

MODULUS. Voyez MOTTETTO.

MODUS. Voyez MODO.

[-69-] MOLLE. veut dire, MOL. D'où l'on a formé le mot b molle pour marquer un des signes accidentels de la Musique, lequel ayant la vertu de faire baisser la Notte devant laquelle il se trouve d'un Semiton mineur, en rend le Son plus doux, plus mol, moins dur, ou moins rude que quand il est entonné au naturel ou par beccare.

MOLTIPLICE. Voyez PROPORTIONE.

MONOCHORDO. Terme Italien, formé des deux mots Grecs Monos solus ou seul et Chordi, Corde, en François MONOCHORDE. C'est un Instrument inventé selon Boëce par Pytagore, pour mesurer par les lignes ou geometriquement, les proportions et les quantités des Sons. Il n'avoit qu'une seule Corde, et une ligne au-dessous divisée en plusieurs parties égales sur lesquelles on apliquoit un espece de Chevalet mobile nommé Magas, qui coupoit la Corde en deux parties et en rendoit le Son plus grave ou plus aigu selon les différentes longueurs de chaque partie. Comparant ensuite ces différentes longueurs ou entr'elles ou avec la Corde entiere, on trouvoit, par exemple, que les deux longueurs de la Corde coupée justement au milieu, comparées entr'elles faisoient l'unisson à cause de leur égalité, mais qu'étant avec la Corde entiere en proportion double, comme d'un, à deux, c'étoit cette proportion double qui produisoit la plus parfaite des Consonances qui est l'Octave, et cetera. C'est pour cela que cet Instrument, est aussi apellé Canon harmonicus ou Regula Harmonica. C'est à dire, Regle propre à mesurer l'Harmonie. On le nommoit aussi quelques fois Magas, prenant sans doute la partie pour le tout. Voyez, MAGAS, et cetera.

MONOS. Voyez MONOCHORDO.

MORA. SIGNUM MORAE AC CONVENIENTIAE. Voyez PUNTO.

MORES ou COSTUME. Les Moeurs, les Affections ou Passions. Voyez USO.

MOTETTUS ou MOTTETUM ou MOTECTUM. Voyez MOTETTO.

MOTECTICO STILO. Voyez STILO.

MOSTRA. en Latin, Custos, ou Index, comme qui diroit Gardien, en François, GUIDON. C'est une petite marque, qu'on figure ainsi [signum] et qu'on met au bout de chaque ligne de Nottes, pour marquer sur quel degré la premiere Notte de la ligne suivante sera située. Si cette premiere Notte est accompagnée d'un [x], d'un [rob], ou d'un [sqb], il est bon d'en accompagner aussi le Guidon, comme aussi des chiffres de la Basse-Continue, Si la Notte marquée par le Guidon en est accompagnée. Surtout quand la Basse Continue change de clef devant la premiere notte que le guidon designe, il faut poser cette clef auparavant le guidon.

[-70-] MOTIVO. Veut dire, MOTIF. C'est à dire, ce qui nous oblige, et nous engage à faire quelque chose. Il veut dire aussi Intention, ou Dessein de faire quelque chose, et cetera. Ainsi Motivo di cadenza, c'est lorsque la Basse procede alternativement par intervalles de quinte en descendant, ou de quarte en montant, (car ce sont là des motifs, c'est à dire, des dispositions de Nottes qu'on nomme autrement Atti di cadenza, qui nous engagent à faire des cadences:) Cependant les parties semblent éviter exprès la conclusion naturelle de ces cadences, soit en sincopant la septiéme en la place de la huitiéme, soit en quelque autre maniere. Un exemple fera mieux comprendre cela que tout ce que nous en pourrions dire.

[Brossard, Dictionnaire, 70] [BRODIC1 05GF]

[-71-] [Brossard, Dictionnaire, 71] [BRODIC1 05GF]

Cela fait quelques fois un très-bon effet sur tout dans les Fugues, et cetera.

MOTETTO, au plurier Motetti. D'autres écrivent Motteto, d'autres, Moteto, et cetera en Latin, Motettus, ou Mottetus, Motectum, Moteta, Canticum, Modulus, et cetera en François, MOTET. C'est une composition de Musique, fort figurée, et enrichie de tout ce qu'il y a de plus fin dans l'art de la composition, à 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. et plus encore de Voix ou de Parties, souvent avec des Instrumens, mais ordinairement, et presque toûjours, du moins avec une Basse-Continuë, et cetera. Et cela sur une Periode fort courte, d'où luy vient selon quelques-uns le nom de Motet, comme si ce n'étoit qu'un Mot. Quand le Compositeur prend la liberté d'y employer tout ce qui luy vient dans l'esprit, sans y apliquer aucune parole, ou s'assujettir à en exprimer le sens et la passion, les Italiens l'apellent [-72-] pour lors Fantasia, et Ricercata, et les François Fantaisie, Recherche, et cetera.

On étend plus loin à present la signification de ce terme à toutes les pieces qui sont faites sur des Paroles Latines sur quelque sujet que ce soit, comme sont les loüanges des Saints, les Elévations, et cetera. On fait même des Pseaumes entiers en forme de Motet, et cetera.

MOTTO, ou simplement Moto, ou selon Zarlin Movimento, au plurier Motti, Movimenti, et cetera. Veut dire, MOUVEMENT. Ce terme a plusieurs significations différentes dans la Musique. Quelques fois il signifie simplement le passage d'un Son à un autre Son, ainsi on dit mouvement de seconde, de tierce de quarte, et cetera un mouvement de quinte d'octave et cetera soit que le Chant parcourre tous les degrez renfermez dans ces intervalles, soit qu'il n'en exprime que les deux extrêmitez, et cetera.

Quelques fois il signifie la Lenteur, ou la Vîtesse des Nottes et de la mesure, ainsi on dit, mouvement gay, mouvement lent, mouvement vif, ou animé, et cetera et dans ce sens il signifie aussi souvent une égalité, reglée et bien marquée de tous les temps de la mesure. C'est en ce sens qu'on dit que le Recitatif ne se chante pas de mouvement, que le Menuet, la Gavotte, la Sarabande, et cetera sont des airs de mouvement, et cetera.

Mais l'usage le plus ordinaire et le plus important de ce terme, est par rapport à l'harmonie, (car les autres cy-dessus ne sont que par rapport à la mélodie,) et c'est lorsque l'on compare la maniere dont une partie superieure passe d'un Son à un autre Son; avec la maniere dont la Basse passe aussi dans le même temps d'un Son à un autre Son. Or cela se peut faire selon les François en deux, et selon les Italiens en trois manieres.

La premiere quand le Dessus et la Basse, montent ou descendent tous deux à la fois, c'est ce qu'ils apellent, Motto retto, Mouvement droit, ou semblable. Voyez cy à côté, A.

La seconde quand le Dessus monte, et qu'en même temps la Basse descend; ou bien lorsque la Basse monte, et qu'en même temps le Dessus descend, c'est ce qu'on apelle Moto contrario. Mouvement contraire. Voyez, B.

La troisiéme lorsque l'une des deux Parties tient ferme sur le même degré, tandis que l'autre en parcourt plusieurs tant en descendant, qu'en montant, c'est ce qu'on apelle, Moto obliquo. Mouvement oblique. Voyez, C.

[-73-] [Brossard, Dictionnaire, 73; text: Moto Retto. Contrario. Obliquo.] [BRODIC1 06GF]

MOVIMENTO. Veut dire, MOUVEMENT. Voyez, MOTTO.

Jean des MURS ou de MURIS, Docteur de Paris, Inventeur (vers l'an 1330 ou 1333) des Figures des Nottes de la Musique. Voyez NOTA. FIGURA. SYSTEMA, et cetera.

MUSICA, en Grec, MOUSIKI, en Latin Musica, en François MUSIQUE. Un de nos Illustres a très-bien remarqué que ce Terme se prend tantôt pour la Science des Sons; tantôt pour les Ouvrages d'un Auteur, tantôt pour toutes sortes de Chants nottez; tantôt pour un Corps ou une Assemblée de Musiciens; tantôt pour un Concert; tantôt pour la Science des proportions harmoniques, et cetera. Il auroit pû ajoûter qu'on prend aussi ce mot pour le Style ou la maniere de composer, ainsi on dit la Musique Italienne, est bien différente de la Musique Françoise, la Musique d'Eglise est bien différente de celle de la Chambre ou du Théatre, et cetera. Et qu'on prend aussi ce terme en général pour tout ce qui fait harmonie, c'est à dire, pour l'ordre, le bel arrangement, la bonne disposition, en un mot l'accord du tout avec ses parties, ou des parties entr'elles. C'est en ce sens que ceux qui veulent que tout soit Musique dans l'Univers, nous disent qu'il y a une Musique, Divine, Angelique, Mondaine, Humaine, Elémentaire, et cetera.

[-74-] Ce sont ces diverses idées qui ont causé toutes ces différentes divisions de la Musique et les diverses especes qu'on trouve dans les Auteurs. Ce seroit une grosse affaire de les rapporter toutes, voicy seulement par ordre alphabetique celles dont la connoissance me paroît necessaire.

Musica Antiqua. Musique Ancienne, est proprement celle des Anciens Grecs, et des Anciens Latins jusqu'à l'onziéme Siecle, vers l'an 1024. que Gui l'Aretin inventa la Musique à plusieurs Parties, qu'on peut apeller Antiquo-moderna; Moderne par rapport aux Grecs, Ancienne par rapport à nous.

Musica Arithmetica. Musique Arithmetique, qui considere les Sons par le rapport qu'ils ont avec les nombres.

Musica Artificiale. Musique Artificielle, qui se regle sur les principes de l'art; ou qui s'exécute sur des Instrumens que l'Art a inventées. Musica Artificiale se prend encore pour une Musique qui a quelque chose de particulier et qui n'aproche point du naturel, comme de jouer à deux une piece dont l'un jouë par bemol et l'autre par b quarre et cetera. Voyez. Artifici Musicali del signore Vitali.

Musica Attiva, ou Prattica. Musique Prattique, est celle qui ne s'applique qu'à prattiquer, ou qui ne consiste que dans l'exécution, sans se mettre en peine des raisons, ny des causes du bon effet de cette exécution.

Musica Choraica, Musique Choraique, c'est à dire, propre à faire danser, par les différens mouvemens des Chants.

Musica Chorale. Musique Chorale, qui se chante dans le Choeur ou dans l'Eglise, et dont tous les temps et les Nottes sont égalles, on la nomme autrement, Musica piana, ou Canto fermo. Musique plaine, ou Plein-Chant.

Musica Chromatica. Musique Chromatique, dans laquelle il y a beaucoup de signes, d'intervalles, et de Cordes Chromatiques. Voyez, CHROMATICO.

Musica Combinatoria. Musique qui aprend à combiner les Sons, c'est à dire, à les changer de situation, et de figure, en autant de manieres qu'il est possible.

Musica Contemplativa, ou Speculativa, ou Theorica, ou Theoretica. Musique qui ne s'applique qu'à raisonner sur les Sons, à en examiner la nature, les propriétes, les effets, et cetera sans descendre à la pratique.

Musica Diatonica. Musique Diatonique, c'est à dire, dont le chant ne procede que par Tons et Semitons majeurs, maniere que la nature enseigne et fait pratiquer aux plus ignorans, d'où vient qu'on la nomme aussi naturale ou naturelle. Voyez, DIATONICO.

[-75-] Musica Didactica. Musique qui ne s'applique qu'à considerer la quantité, les proportions et les differentes qualitez des Sons, c'est une des especes de la Musique speculative.

Musica Drammatica, ou Scenica, ou Theatrale. C'est une Musique propre pour le Théatre, autrement, Musica Recitativa. Voyez cy-dessous Musica recitativa.

Musica Ecclesiastica. Musique propre pour être chantée à l'Eglise. Les Italiens disent autrement, Musica da Chiesa. Voyez, CHIESA.

Musica Enharmonica. Musique, où les Dieses enharmoniques sont employez. Voyez, ENHARMONICO.

Musica Enunciativa, ou Enarrativa. C'est à peu près comme Musica Signatoria. Voyez cy-dessous. Musica Signatoria.

Musica Figuralis, ou Figurata, ou Colorata. Musique figurée, dont les figures sont de différente valeur, et les mouvemens variez, allant tantôt vîte tantôt lentement, et cetera.

Musica Harmonica. Musique Harmonique. Qui a plusieurs Parties ou chants différens, qui cependant chantez ensemble font un bon effet. C'est ce qu'on nomme à present proprement Musique.

Musica Historica. Musique Historique. Qui raconte l'origine et l'Invention de la Musique, des Modes, des Nottes, des Instrumens, et cetera comme aussi la vie et les ouvrages des plus fameux Auteurs, et cetera.

Musica Hyporchematica. ou Choraica. Musique propre pour les Ballets, ou pour faire danser.

Musica Intrumentalis. Musique Intrumentale. C'est à dire, composée et propre à être joüée sur des Instrumens.

Musica Manierosa. Musique qui demande certaines manieres ou façons particuliéres pour être bien exécutée.

Musica Melismatica, ou Melodica. Musique Mélodique. C'est proprement un beau Chant, un chant bien modulé, doux, gracieux, et cetera.

Musica Melopoëtica. Est la science ou l'art de ranger et disposer les Sons les uns après les autres d'une maniere qui soit agréable, c'est de-là que provient la Mélodie ou le beau Chant.

Musica Mensurata, ou Misurata. Musique mesurée, dont les figures qui doivent suivre un certain mouvement, sont de valeur inégalle, et cetera. C'est le contraire de Musica piana ou Chorale.

Musica Metabolica. C'est proprement une Musique transposée, ou lorsqu'on passe d'un Mode naturel à un Mode transposé pour mieux exprimer les paroles du Texte, ou marquer quelque changement dans l'action, et cetera.

[-76-] Musica Metrica. Musique Metrique. C'est cette Cadence harmonieuse qu'on entend quand on déclame ou qu'on prononce bien les Vers; ou bien c'est un Chant composé sur des Vers.

Musica Moderna. On la peut diviser en deux parties. La Musique Antiquo-moderna, C'est cette espece de Musique grave et serieuse à plusieurs Parties, qui a regné depuis Gui Aretin jusqu'au commencement du siecle passé; et la Musique veritablement Moderne, est celle depuis environ 50. à 60. ans qu'on a commencé à la perfectionner, et à la rendre plus gaye, plus expressive, et mieux apliquée aux sillabes longues ou breves du Texte.

Musica Modulatoria. Musique qui aprend à bien moduler, ou qui module bien, c'est à dire, qui suit les bonnes regles des Modes et aprend aussi à bien chanter ou joüer, et cetera. Voyez, MODULAZIONE et MODO.

Musica Mondana. C'est l'harmonie, ou l'accord parfait de toutes les Parties de l'Univers.

Musica Naturale. Musique naturelle. Ce mot est quelques fois opposé à Artificiale, et pour lors c'est autrement Musica Physica, c'est à dire, une Musique ou un Chant formé par la voix naturelle de l'homme, et non par aucun Instrument artificiel. Quelques fois, une Musique naturelle, est une Musique aisée, parce que les Intervalles sont naturels ou Diatoniques. Voyez, DIATONICO, et NATURALE.

Musica Odica. C'est à peu près comme Musica Hyporchematica, ou Choraica.

Musica Organica. Musique propre à être exécutée par les Instrumens, ou naturels comme la Voix de l'homme, ou artificiels comme les Flûtes, les Violons, et cetera.

Musica Pathetica. Musique Pathetique, c'est à dire, qui touche, qui émeut et ébranle le coeur et les entailles, et cetera.

Musica Piana. C'est comme Musica Chorale.

Musica Poetica. Musique Poëtique, ainsi dite du verbe grec Poieo, facio, compono. C'est l'art d'inventer de beaux Chants, et de bien mêler ensemble les Sons dissonans et consonans. C'est proprement ce qu'on nomme à present Composition.

Musica Politica. C'est l'accord de tous les membres d'une Republique ou d'un Etat bien policé.

Musica Prattica. C'est de même que Musica Attiva.

Musica Recitativa, ou Scenica, ou Drammatica. C'est un Chant propre pour le Théatre, c'est à dire, une espece de declamation en chantant, qui exprime les passions, et qui pour cette raison n'est pas assujettie à une exacte [-77-] observation de l'égalité des temps de la mesure.

Musica Rhytmica. Est l'harmonie, ou la cadence des mots qui composent la prose, ou bien c'est un Chant compose sur de la Prose.

Musica Scenica. C'est de même que Musica Drammatica, ou Recitativa.

Musica Signatoria. C'est l'art de connoître, ou la conoissance des Clefs, des Nottes, des Figures, des Pauses et généralement de tous les signes ou marques qui sont en usage dans la Musique.

Musica Speculativa. C'est de même que Musica Contemplativa.

Musica Symphoniale. C'est ainsi que quelques-uns apellent la Musique à plusieurs Parties qui s'accordent bien.

Musica Théatralis, Musique propre pour le Théatre.

Musica Tragica. Musique qui exprime quelque chose de funeste, de Tragique, ou propre pour la Tragedie.

Musica Vocale. Musique Vocale, qui a été composée pour des Voix, et non pour des Instrumens.

Musica Usuale. Musique qui vient à l'usage, à la pratique. Voyez, MUSICA ATTIVA.

MUSICO. Veut dire, MUSICIEN. Ce terme se dit égallement bien et de celuy qui compose, et de celuy qui exécute la Musique; mais l'usage le donne plus souvent à celuy qui exécute qu'à celuy qui compose.

MUTATIONE. Veut dire, MUANCE, ou Changement. Dans le temps que l'on se servoit de la Gamme qu'on apelle par les muances, on apelloit mutatione ou muance le changement qu'il falloit faire à tous momens dans les noms des Nottes ou des Sons, ensorte que, par exemple, la même Notte qu'on avoit nommée la, un moment après, il falloit la nommer re. Cela causoit de grands embarras ausquels la Gamme par si a remédié, ainsi nous n'en dirons pas davantage. Mais le mot Mutatione signifie aussi un des accidens qui arrivent dans l'ordre des Sons qui composent un Chant, ou une Mélodie, lequel accident se fait par un changement. Or ce changement se fait en quatre manieres.

La premiere, en changeant de genre, c'est à dire, passant du genre Diatonique au Chromatique, ou Enharmonique, et reciproquement du Chromatique au Diatonique, et cetera. Cela s'apelle, Mutatione per Genere.

La seconde, en faisant deçendre le Chant d'un Son fort aigu à un Son grave, afin d'exprimer quelques paroles du Texte, telles que seroient par exemple. Qui in altis habitat, et humilia respicit in caelo, et in terra. Cela s'apelle, Mutatione per Systema.

[-78-] La troisiéme, est quand, pour exprimer quelque Passion, et cetera on passe d'un Mode dans un autre, comme du Mode majeur au Mode mineur, et cetera. Ce qui s'apelle Mutatione per Tuono o Modo.

La quatriéme, est lorsqu'on passe d'une maniere de chanter mâle et vigoureuse, qu'on apelle, Maniera distendente à une plus douce, plus languissante, plus molle et plus effeminée, qu'on nomme Maniera restringente; ou à une maniere paisible et tranquille, qui tient comme le milieu entre les deux, et qu'on nomme, Maniera quieta. Or ce changement se nomme, Mutatione per Melopeia, et cetera. Toutes ces manieres et les autres changemens sont Pathetiques, c'est à dire, fort propres pour exprimer les différentes passions ou mouvemens, dont l'esprit et le coeur humain sont agitez.

N.

NATURALE. Veut dire, NATUREL. Ce mot se prend souvent en Musique pour Diatonique. Voyez, DIATONICO. Il se prend aussi pour Physique, c'est à dire, pour toute Musique qui s'exécute par les organes que la nature a données à l'homme et non par les Instrumens que son art ou son industrie luy ont fournis. On dit aussi qu'un Chant est naturel, quand il est aisé, doux, gracieux, qu'une harmonie est naturelle quand elle est produite par les Cordes essentielles et naturelles d'un Mode. Voyez MODO Numéro 9. Enfin Naturel se dit de tout ce qui n'est point forcé, qui ne va ny trop haut, ny trop bas, ny trop vîte, ny trop lentement, et cetera.

NATURALI SUONI. Voyez SUONO.

NEAPOLITANE, CANZONETTA NEAPOLITANE. Voyez CANZONETTA.

NECESSARIO. Feminin Necessaria. Veut dire, NECESSAIRE, dont on ne peut se passer, ou sans lequel quelque chose ne seroit pas entier. On trouve souvent ce mot avec les noms des Parties de la Musique, soit pour les Voix, soit pour les Instrumens. A doi Violini necessarii, Canto necessario, et cetera pour lors il veut dire aussi la même chose que concertante. Voyez, CONCERTANTE. Il y a dans les Modes certaines Cordes necessaires expliquées ci-dessus au mot MODO Numéro 9.

NEL' Nella, Nelle. Veut dire, Dans le, Dans la, Dans les. Ainsi, Nell'Organno. Veut dire, Dans l'Orgue, ou sur l'Orgue.

NERA au plurier NERE. Voyez NOTA.

NESSO. Voyez USO.

NETE-DIESEUGMENON. Termes Grecs qui signifient La derniere des separées. C'est le nom que les Grecs donnoient à une des Cordes de leur Lyre ou Sisteme, qui répond à l'E, si, mi de la troisiéme Octave de l'Orgue ou du Sisteme moderne. Voyez, SYSTEMA.

[-79-] NETE-HYPERBOLEON. Termes Grecs, qui signifient La derniere des aiguës. C'est le nom que les Grecs donnoient à la plus haute ou la plus aiguë des Cordes de leur Lyre ou Sisteme, et qui répond à l'A, mi, la. de la troisiéme Octave de l'Orgue ou du Sisteme moderne. Voyez, SISTEMA.

NETE-SYNEMENNON. Termes Grecs qui signifient, La derniere des Ajustées, ou Appliquées. C'étoit la plus haute Corde d'un Tetrachorde applique au Sisteme des Grecs, pour faire tomber un b mol entre la Mese et la Paramese, c'est à dire, entre la et si. Cette plus haute Corde avoit le même Son que la Paranete dieseugmenon, ou nôtre la par b mol.

NETOIDES. Terme grec. Voyez USO.

NOMES. Loix. Voyez MODO. TUONO, et Loix dans la table Françoise.

NOMOS. Terme grec, que quelques uns rendent en François par celui de Nome. Voyez MODO.

NON. Negation Italienne, qu'on abrege souvent par Nò. On la voit souvent avec l'adverbe Troppo, qui veut dire, Trop. Et on les met devant les autres adverbes qui marquent les mouvemens, pour diminuer la force de leur signification, ainsi, non troppo presto. veut dire, Vite, mais non pas trop vîte. Et ainsi de non troppo largo, non troppo adagio, et cetera.

NON UNISSONI SUONI. Voyez SUONO.

NONA. Feminin de l'Adjectif Nono. Veut dire, LA NEUVIÉME. C'est un des Intervalles dissonans de la Musique qui proprement est la Seconde doublée. Quand le dessus sincope, on la nomme et on la traite comme neuviéme c'est à dire, qu'on la sauve de l'octave qu'on l'accompagne de la tierce de la quinte et fort souvent de la septiéme sincopée. Mais quand la Basse sincope, on la nomme et on la traite comme la seconde. Voyez. SECONDA. Dans les chiffres de la Basse-Continuë, elle est ordinairement suivie d'une huitiéme ainsi, 9 8.

Quand le mot Nona est joint avec Opera, il signifie Ouvrage ou Livre neuviéme, et cetera.

NONUPLA. Veut dire, NONUPLE. C'est ainsi que les Italiens apellent une des especes de Triple composé, que nous apellons Mesure à neuf temps, qui se font en deux frappez et un levé. Ils ont de trois sortes de Nonuple pour 3. degrez de mouvement. La premiere est Nonupla di Seminime, ou Dupla sesquiquarta, qu'ils marquent ainsi 9/4 Il faut neuf noires à la mesure, au lieu de quatre, sçavoir, trois à chaque frapper ou lever. On la bat Adagio.

[-80-] La seconde est Nonupla di Crome, ou Sesqui Ottava qu'ils marquent ainsi 9/8 Il faut Neuf Croches pour faire une mesure, au lieu de 8. ou 3. Croches pour chaque frapper ou lever. On la bat Presto.

La troisiéme est Nonupla di Semichrome ou Sub-super setti parziente nona, qu'ils marquent ainsi 9/16 Il ne faut que Neuf doubles Croches pour chaque mesure, au lieu de 16. ou 3. doubles Croches pour chaque frapper ou lever. On bat celle-cy prestissimo. Il y a encore deux autres especes de Nonuple dont il est parlé ci-dessus au mot TRIPOLA 2 Classe NONUPLA DI SEMI BREVI. DI MINIME. Voyez TRIPOLA 2 Classe.

NOTA, plurier Note. Veut dire, NOTTE, ou Nottes. En général toutes les marques ou tous les signes dont on se sert dans la Musique, tels que sont, les Pauses, le [rob], le [x], le [sqb], les signes des Agréemens, les Chiffres de la Basse-Continuë, les Clefs, et cetera sont des Nottes. Mais en particulier ce mot signifie proprement les marques qui dénotent ou indiquent quel degré de hauteur ou de gravité, on doit donner à chaque Son.

Les Anciens Grecs se servoient des lettres de leur alphabet, ou droites ou renversées ou tournées à la gauche, et cetera. Les curieux les pourront trouver dans Alipius, traduit en Latin par Meibomius; dans les Pères Kircher et Mersenne, et cetera. A leur imitation les Latins du temps de Boëce se servoient aussi des 15. premieres lettres de leur alphabet. Dans la suite Saint Gregoire Pape les reduisit aux sept premieres. Enfin dant l'onziéme siécle un Moine Benedictin, nomme Guy d'Arezze, ou Aretin, ayant heureusement substitué en la place du Systeme des Grecs les six sillabes Ut, re, mi, fa, sol, la: il les mît d'abord sur différentes lignes et les marqua avec des points. Dans la suite on trouva à propos de les mettre aussi dans les espaces, mais jusques-là c'étoient toujours des points d'une égalle valeur. Enfin, environ l'an 1330. ou 1333. un Docteur de Paris nommé Jean des Murs ou de Muris, trouva moyen de donner à ces points différentes figures, qui marquoient combien de temps il falloit demeurer sur chacune, et voylà proprement ce qu'on apelle les Nottes de la Musique.

Or on doit considerer dans les Nottes trois choses. 1 La quantité, c'est à dire, les différentes grandeurs et figures de leur tête, ou comme disent les Italiens del corpo de leur corps. 2 La qualité ou la couleur de cette tête, sçavoir par exemple, si elles sont piene, ò vacue, pleines ou vuides, c'est à dire nere ò bianche, noires ou blanches. 3. Ce que les Italiens apellent Proprieta, [-81-] ou Virgula, c'est à dire, si elles ont une virgule, ou une queuë, ou non. Car tout cela les rend fort différentes les unes des autres.

Outre cela. Ou bien elles sont sciolte, c'est à dire, déliées, ou separées les unes des autres: ou bien legate, c'est â dire, liées ou jointes de maniere que plusieurs, quoy que sur différens degrez, ne paroissent faire qu'une seule figure.

A l'égard des Nottes, sciolte ou separées, on en voit ordinairement de 8. sortes dont voicy les noms Italiens et François, avec la figure, et la valeur, seulement par rapport à la mesure binaire qui est la mesure commune de toutes les Nottes.

[Brossard, Dictionnaire, 81,1; text: Noms. Figures. Valeur. MASSIMA. LONGA ou Longue. BREVE ou Quarrée. SEMIBREVE ou Ronde. 8. mesures. 4. 2. 1.] [BRODIC1 06GF]

Quelques-uns nomment ces quatre premieres figures Totales, parce qu'elles remplissent toute la mesure. Les 4. suivantes sont nommées Partiales, parce qu'il en faut plusieurs pour faire une mesure.

[Brossard, Dictionnaire, 81,2; text: MINIMA. ou Blanche. SEMIMINIMA. ou Noire. CHROMA, ou FUSA. Croche. Il en faut 2. pour 1. mesure. 4. 8.] [BRODIC1 07GF]

[-82-] [Brossard, Dictionnaire, 82,1; text: SEMICHROMA. ou SEMI FUSA. ou Double Croche. BIS-CHROMA. ou Triple Croche. Il en faut 16. pour 1. mesure. 32.] [BRODIC1 07GF]

Cette neuviéme figure n'est pas de l'ancien usage; elle a été ajoûtée par les Modernes.

Nous n'en dirons pas davantage parce que nous parlons de chacune en particulier à leur rang.

A l'égard des Nottes liées, ou legate, nous en avons déja parlé. Voyez, LEGATURA.

Il faut seulement ajoûter icy que ces Legatures sont, ou bien

[Brossard, Dictionnaire, 82,2; text: di due Note. De deux Nottes ainsi. ou. Di piu di due. De plus de deux. D'un corpo solo. D'un seul corps. Retta. Droite. Indiretta. Indirecte. Con la Virgula. Senza Virgula. Voyez, VIRGULA. Perfetta ou quadro. Imperfetta. et cetera.] [BRODIC1 07GF]

Il n'y a comme il est aisé de voir, que les trois premieres Nottes, sçavoir, la Maxime, la Longue, et la Breve, qui soient legabili, [-83-] c'est à dire, qui puissent être liées. A l'égard de leurs valeurs, Voyez cy-dessus, LEGATURA.

NOTE LEGATE. Voyez NOTA, LEGATURA, SYNCOPE et cetera.

NOTE FERME. ou QUASI-TERME. C'est ainsi que les Italiens appellent les Notes ordinairement d'une Mesure à deux Temps chacune, qui servent de Sujet à quelque Contrepoint; sur tout quand elles sont tirées du Plain Chant de l'Eglise ou Chant Gregorien, qu'ils nomment Canto fermo. Voyez CONTRAPUNTO.

NOTHO, plurier Nothi. Veut proprement dire, BATARD, Illegitime, produit par des voyes irregulieres. C'est l'epithete qu'on donne à deux des Modes de la Musique dont l'un qui est l'Hyper-Eolien a sa finalle en B [sqb] et consequemment la quinte au-dessus fausse ou diminuée Diatoniquement, et par cette raison est rejetté du nombre des Modes Authentiques. L'autre qui est l'Hyper-Frigien a sa Finalle en F, ut, fa, et la quarte au-dessus superfluë, et pour cela rejetté du nombre des Modes Plagaux. Voyez, MODO.

NUMERO. au plurier Numeri. Veut dire, NOMBRE. Il y a huit nombres que les Italiens apellent radicali, sçavoir, 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. et quelques fois 10. et que l'on trouve à tous momens sur tout dans les Basses-Continues. Le 2. marque la seconde et ses repliques; Le 3. marque la tierce, et cetera. On met quelques fois devant ou après un [x] ainsi [x] 3. ou ainsi 3 [x] pour marquer que l'intervalle doit être majeur; Et s'il doit être mineur, on met devant ou après un [rob] ainsi [rob] 3 ou ainsi 3 [rob]. Il y auroit encore bien des choses à dire sur les nombres, mais cela nous meneroit trop loin. Remarqués que souvent au lieu du 3 avec un [x] ou un [rob] qu'on devroit metre on ne met par negligence qu'un [x] ou un b ce qui signifie toujours qu'il faut faire la tierce Majeure ou Mineure.

O.

O. Majuscule qui proprement est un double C, et que les Italiens apellent à cause de sa figure circolo, est la marque de ce qu'ils apellent tempo perfetto, soit qu'il soit simple ainsi O, ou pointé ainsi [Od] ou barré ainsi [Odim]. Selon nos Anciens il étoit toûjours la marque du Triple, parce qu'ils prétendoient que le nombre Ternaire étoit plus parfait que le Binaire, et que le cercle étoit très-propre à le marquer, étant la plus parfaite des figures. Voyez, PERFETTO et TEMPO.

[-84-] OBLIGATO. feminin Obligata. plurier Obligati et Obligate. C'est un Adjectif Italien qui signifie OBLIGÉ, et souvent la même chose que necessario, concertante, et cetera. Ainsi.

A doi Violini obligati. Veut dire, A deux Violons obligez.

Con Fagotto obligato. Avec un Basson obligé.

Con Viola obligata. Avec une Basse de Viole obligée, et cetera.

Souvent il signifie aussi, contraint, ou rétraint dans de certaines bornes ou limites, ou assujetti à de certaines loix, qu'on s'impose souvent à soy même pour quelque dessein ou quelque expression, et cetera. En ce sens on dit Contrapunto obligato, Fuga obligata, et cetera. Voyez, LEGATO.

C'est dans le même sens qu'on dit d'une Basse-Continuë qu'elle est obligée ou contrainte, lorsqu'elle est bornée à un certain nombre de mesures qu'on repette toûjours, comme dans les Chacones; ou bien lorsqu'elle est obligée de suivre toûjours un certain mouvement, ou de ne faire que certaines Nottes, et cetera. Car il y en a d'une infinité de manieres. Voyez, PERFIDIA.

OBLIQUO. feminin Obliqua. Veut dire, OBLIQUE. Quand ce mot est joint avec Nota, il signifie, deux Breves liées ensemble, mais qui ne font qu'un seul corps, d'où on la nomme aussi Nota d'un corpo solo. Quelques fois elle a une queüe, ou à la droite ou à la gauche, ou montante ou descendante, et cetera. Voyez, NOTA, LEGATURA, VIRGULA, et cetera. De quelque maniere que ce soit, il n'y a que les deux extremités qui marquent le Son, le milieu n'étant que pour faire la liaison, et cetera.

Si le mot Obliquo est joint avec Motto, ou Movimento. Voyez, MOTTO.

OCTAVA. S'écrit en Italien, et il faut chercher, OTTAVA.

OCTAVINA. Veut dire, OCTAVINE. Espece de petite Epinette, qui pour être transportée plus commodement n'a que la petite Octave, ou petit Jeu du Clavessin.

OMNES. Terme purement Latin, qui veut dire, TOUS au plurier. On le trouve souvent au lieu de Tutti. Voyez, TUTTI et DA CAPELLA.

ONDEGGIARE. Veut dire, détourner, non pas droittement, mais par ONDES. Ainsi, Ondeggiando la mano. C'est proprement détourner la main en battant la mesure, après l'avoir baissée, afin de former un second ou troisiéme temps avant que de la lever tout à fait, ou terminer la mesure.

OPERA. Veut dire proprement, OUVRAGE. De-la sans doute, est venu tant en Italie qu'en France, l'usage de nommer Opéra, les Tragedies, les Pastoralles, et autres Poësies, mises en Musique et mêlées de Spectacles et de Danses, pour être representées [-85-] sur le Théatre, comme qui diroit Ouvrage par excellence. Mais quand ce mot est joint avec Prima, ou Ia Seconda, ou IIa. Terza ou IIIa. et cetera. Il signifie alors Ouvrage Premier, Second, Troisiéme, et cetera ces nombres ordinaux ne servant alors, que pour distinguer les Ouvrages d'un même Auteur les uns d'avec les autres.

OPPOSITIONE, ou Opposizzione. Veut dire, OPPOSITION. C'est lorsqu'on met quelque chose aupres d'un autre, quoy que ce ne soit pas naturellement sa place, cela arrive souvent, sur tout dans la preparation des cadences, où l'on met par opposition la 5. juste avec la 6. ainsi 6/5

ORATORIO. C'est un espece d'Opéra spirituel, ou un tissu de Dialogues, de Recits, de Duos, de Trios, de Ritournelles, de Grands Choeurs, et cetera dont le sujet est pris ou de l'Ecriture, ou de l'Histoire de quelque Saint ou Sainte. Ou bien c'est une Allegorie sur quelqu'un des mysteres de la Religion, ou quelque point de Morale, et cetera. La Musique en doit être enrichie de tout ce que l'art a de plus fin et de plus recherché. Les paroles sont presque toûjours Latines et tirées pour l'ordinaire de l'Ecriture Sainte. Il y en a beaucoup dont les paroles sont en Italien, et l'on en pourroit faire en François. Rien n'est plus commun à Rome sur tout pendant le Carême que ces sortes d'Oratorio. On en vient de donner un au Public du Sieur Lochon où il y a de grandes beautez, il est à quatre Voix et deux Violons.

ORCHESTRA. C'est la Partie d'un Théatre où sont placez les Instrumens et ceux qui les touchent.

ORDINARIO. Veut dire, ORDINAIRE, ou dont on se sert souvent et communément. Ainsi on dit, Tempo ordinario, Segno ordinario, et cetera.

ORDINE. Signifie, ORDRE. C'est à dire, un arrangement de plusieurs choses qui constituent un tout. Ainsi quand on parle du Systeme des Anciens, on dit, Ordine di Mercurio, di Terpandro, di Philolao, di Pitagora, et cetera pour marquer le rang que chacun de ces Auteurs donnoit aux Sons; le nombre qu'il en admettoit; la distance et la proportion qu'ils avoient entre eux, et cetera. C'est ainsi qu'on dit aussi que le Tetrachorde par exemple, est un Ordine di quatro corde, c'est à dire, un tout composé et divisé en quatre cordes, et cetera.

ORGANO. Veut dire, ORGUE. Instrument de Musique connu de tout le monde, mais comme c'est celuy dont on se sert ordinairement pour joüer la Basse-Continue avec tous ses chiffres, ou accompagnemens, les Italiens se servent ordinairement du mot Organo, pour marquer la Basse-Continue chiffrée.

[-86-] ORGANO PICCIOLO. Veut dire, PETIT ORGUE. C'est ce que nous apellons autrement Positif, qui le plus souvent peut se transporter ou l'on veut.

OSCURO, ou Oscurato. Veut dire, OBSCUR, ou Noir. Ainsi, Note oscure, ou oscurate, ce sont des Nottes dont le corps est toûjours noir. Voyez, HEMIOLIA

OSSERVANZA. Voyez CON OSSERVANZA.

OSTINATO, Veut dire, OBSTINÉ, qui ne démord point de sa premiere maniere d'agir, et cetera. Ainsi, Contrapunto ostinato, c'est à peu près de même que Perfidiato. Voyez, PERFIDIA.

OTTAVA, en Grec Diapason, comme qui diroit par tous les Sons ou degrez; en Latin Octava, et en François OCTAVE. En ce sens c'est la premiere et la plus parfaite des Consonances de la Musique. Pour être juste il faut qu'elle aye Diatoniquement huit degrez (ce qui luy a fait donner le nom d'Ottava) et sept Intervalles, dont il y en a cinq qui sont des Tons, et deux qui sont des Semitons majeurs; et Chromatiquement, il faut qu'elle aye 12. Semitons dont il y en a sept qui sont majeurs, et cinq qui sont mineurs. Si elle a un Semiton mineur de moins, pour lors elle est diminuée: Si elle en a un de plus elle est superfluë, et de l'une et de l'autre maniere elle cesse d'être consonance et juste, et devient fausse et dissonance, même impraticable. Dans l'étenduë du Systeme des Grecs elle n'avoit qu'une replique qui étoit, la Disdiapason ou double Octave; Dans le Systeme moderne, outre cette replique, elle a encore pour Triplique la vingt deuxieme, et pour Quadriple la vingt neuvieme (voyez, Intervallo.) Dans les chiffres de la Basse-Continuë on marque tant l'octave simple que ses repliques par le chiffre 8. Dans la Mélodie on peut faire des saults d'une Octave, mais très rarement d'une double Octave, sur tout pour les Voix. Dans l'Harmonie il ne faut jamais faire deux Octaves de suite, mais elle peut être suivie de toutes les autres consonances tant parfaites qu'imparfaites. Elle sert souvent à sauver le Triton, la neuviéme ou seconde sincopée par le Dessus et la septiéme sincopée par la Basse, et cetera.

Quand le mot Ottava est joint avec Opera, il signifie huitiéme Ouvrage.

SESQUI OTTAVA. Voyez EPOGDOO, SESQUI et TRIPOLA, 2 Classe Numéro 2.

OTTINA. TRIPOLA OTTINA. Voyez, TRIPOLA, 1 Classe Numéro 4. et CROMETTA.

OTTUPLA, Veut dire, OTTUPLE, ou mesure à 4. temps qu'on marque ordinairement par un C, quelques fois par 8/12 [-87-] et souvent par un [Cdim], quand les quatre temps sont fort vîtes. Il faut pour lors huit Croches pour chaque mesure. Mais il arrive souvent sur tout dans les Musiques Italiennes, que tout d'un coup au lieu de deux Croches pour chaque temps, il en faut trois, et cela sans y mettre le signe de 12/8 qui est la Dodecuple que nous avons expliquée cy-dessus. On se contente alors de mettre au-dessus des trois Croches, ou Nottes équivalentes un 3. comme dans l'exemple suivant, et dès qu'on cesse de mettre ce 3. cela marque sans d'autres signes qu'on rentre dans la mesure à 4. temps, et c'est ce qu'on apelle en Italien Ottupla é Dodecupla. Voyez aussi, DODECUPLA. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 87; text: Ottupla. Dodecupla.] [BRODIC1 08GF]

OXIPICNI SUONI. Ce sont en general des Sons Hauts ou Aigus. Voyez pour le reste et en particulier le Mot SUONO.

P.

P. Majuscule, ou PP, ou P. marque quelques fois Piano. Voyez, PIANO.

PARA, ou par Abreviation PAR. en Latin PROPE. Termes qui servent à composer le Nom de plusieurs des Cordes du Systeme Ancien.

PARAFONI SUONI. Voyez SUONO.

PAGINA. ou en abregé, Pag. Voyez, CARTA.

PARAMESE. Terme Grec qui signifie PROCHE LA MOYENNE. C'est le nom d'une des Cordes de la Lyre ou [-88-] Systeme des Grecs qui repond au B, fa, si par beccare, ou au [sqb] de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

PARANETE. Terme Grec qui signifie PENULTIÉME, ou ce qui est immédiatement devant la derniere partie d'un tout.

PARANETE-DIESEUGMENON. Termes Grecs qui signifient LA PENULTIÉME DES SEPARÉES. C'est le nom que les Anciens Grecs donnoient à une des Cordes de leur Lyre ou Systeme, et qui repond au D, la, re de la troisiéme Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

PARANETE-HYPERBOLEON. Termes Grecs qui signifient LA PENULTIÉME DES AIGUES. C'est le nom que les Anciens Grecs donnoient à une des Cordes de leur Lyre ou Systeme, qui répond au G, re, sol de la troisiéme Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne, qui est proprement le sol de la Clef de G, re, sol. Voyez, SYSTEMA.

PARENETE-SYNEMENNON. Termes Grecs qui signifient LA PENULTIÉME DES AJUSTÉES, ou Appliquées. C'est le nom que donnoient les Grecs à une des Cordes de leur Lyre ou Systeme, qui répond au C, sol, ut par b mol, de la troisiéme Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne, qui est proprement le sol de la Clef de C, sol, ut par b mol. Elle étoit à l'unisson de la Trite-dieseugmenon. Voyez, SYSTEMA.

PARHYPATE-HYPATON. Termes Grecs qui signifient Proche la premiere des Principalles. C'est le nom d'une des Cordes de la Lyre ou Systeme des Grecs, qui répond au C, sol, ut de la seconde Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

PARHYPATE-MESON. Termes Grecs qui signifient Proche la principalle des Moyennes. C'est le nom d'une des Cordes de la Lyre ou du Systeme des Grecs, qui répond à l'F, ut fa de la seconde Octave de l'Orgue, ou du Systeme moderne, qui est proprement le fa ou l'ut de la Clef d'F, ut, fa.

PAROLA. plurier Parole. Veut dire, PAROLE, ou le texte qui répond aux Nottes de la Musique.

PARS. Voyez PARTE.

PARTE. en Grec Diagramma, en Latin Pars, et en François PARTIE. C'est proprement une portion de la Partition écrite separément pour la plus grande commodité de ceux qui exécutent ou bien c'est un ou plusieurs des Sons qui font l'harmonie, écrits à part. Dans les Ouvrages qui sont à Voix seule et deux ou plusieurs Instrumens, Parte che canta, c'est la Partie [-89-] qui est destinée pour la Voix, ou pour celuy qui chante, les autres sont pour ceux qui doivent joüer.

PARTE SUPERIORE. C'est toute Partie dont le Chant n'est point le fondement de l'harmonie, comme au contraire.

PARTE INFERIORE. C'est toute Partie dont le Chant doit servir de Basse ou de fondement à l'harmonie. Par ce moyen une Taille, une Haute Contre et même un Dessus peuvent être des Parties inferieures ou des Basses.

PARTICIPATIONE. et Participato. Voyez, TEMPERAMENTO.

PARTICIPATO SYSTEMA. Voyez SYSTEMA. et TEMPERAMENTO.

IN PARTITO. Voyez CANONE.

PARTITO. Veut dire, SEPARÉ en plusieurs parties. Ainsi, Canone in partito. C'est un Canon dont les Parties ne sont pas sur une seule ligne, mais sur plusieurs lignes ou parties separées.

PARTITURA. en Grec Diagramma. C'est ce que l'on nomme ordinairement PARTITION, ou toutes les parties sont rangées les unes sous les autres. Mais les Italiens se servent souvent de ce terme pour marquer la Basse-Continuë chiffrée sur tout lorsque dans les Recitatifs, la Partie chantante est écrite au-dessus de leur Basse-Continuë, ou quand les Entrées des Fugues sont marquées par les Clefs des parties qui les commencent.

PASSACAGLIO. Veut dire, PASSACAILLE. C'est proprement une Chacone. Voyez, CIACONA. Toute la difference est que le mouvement en est ordinairement plus grave que celuy de la Chacone, le Chant plus tendre, et les expressions moins vifves, c'est pour cela que les Passacailles sont presque toûjours travaillées sur des Modes mineurs, c'est à dire, dont la Médiante n'est éloignée de la Finalle que d'une tierce mineure.

PASSAGIO, ou Passo. Veut dire, PASSAGE. C'est une suite de Chant composée de plusieurs petites Nottes comme Croches, doubles Croches, et cetera qui dure une, deux, ou trois mesures tout au plus. Ainsi, Contrapunto d'un sel passo, c'est un Chant d'une, de deux ou trois mesures composé sur les premieres Nottes d'un sujet, mais qu'on est obligé d'imiter dans la suite sur les autres Nottes du sujet, non par les mêmes Cordes ou Tons, mais en observant le même mouvement, le même nombre et la même figure des Nottes du premier passage. C'est une des especes du Contrapunto perfidiato. Voyez, PERFIDIA. et l'Exemple suivant.

[-90-] [Brossard, Dictionnaire, 90; text: Contrepoint. Passo Primo. Secondo. Tertio. Sujet.] [BRODIC1 08GF]

PASTORALE. Veut dire, PASTORAL, ou Pastoralle. Chant qui imite celuy des Bergers, qui en a la douceur, la tendresse, le naturel, et cetera. C'est aussi souvent une piece de Musique [-91-] faite sur des paroles qui parlent des moeurs, ou qui dépeignent les amours des Bergers, et cetera.

PASSIONATO. D'une maniere PASSIONNÉE ou animée. Voyez, ANIMA.

PATHETICO. Veut dire, PATHETIQUE, Touchant, Expressif, Passionné, capable d'émouvoir, la pitié, la compassion, la colere, et toutes les autres passions qui agitent le coeur de l'homme. Ainsi on dit, Stilo pathetico, Canto pathetico, Fuga pathetica. Le genre Chromatique avec ses Semitons majeurs et mineurs tant en décendant qu'en montant est fort propre à cela, comme aussi le bon menagement des dissonances sur tout des superflues et des diminuées; la varieté des mouvemens tantôt vifs, tantôt languissants, tantôt lents, tantôt vîtes, et cetera y contribuë aussi beaucoup.

PAUSA. du Latin Pausa, d'où l'on a fait Repausare reposer, veut dire PAUSE. C'est maintenant dans la Musique, une marque de silence et de repos, d'où on la nomme aussi figura muta, Figure muette. Parce qu'elle marque qu'il faut se taire pendant que les Parties continuent à chanter, ce qui se fait ou pour faire quelque Fugue ou quelque Imitation; ou pour donner du repos aux Voix, ou pour laisser repondre une Voix ce qu'on vient de chanter, comme dans les Dialogues et dans les Echos, et cetera.

J'ay dit maintenant, car nos Anciens avoient deux sortes de Pauses. Ils en avoient que les Italiens apellent Pause Initiali, parce qu'on les marquoit d'abord au commencement de la piece, quelques fois après, mais regulierement devant le cercle [O] ou le demi cercle [C]. Ce font ces sortes de pauses dont nous avons parlé cy-dessus au mot MODO.

Mais ils en avoient aussi pour marquer le silence qu'on mettoit après les signes de la mesure, ou dans la suite des pieces. Ces pauses valent ordinairement autant pour le silence que les figures qui leur répondent dans la table suivante où l'on verra leur figure, leur valeur et les noms que leur donnent les Italiens, et les François.

[Brossard, Dictionnaire, 91; text: Pausa di massima, longa. breve, Double-Bâton. Bâton. demi Bâton. 8 mesures, 4, 2, ou encore mieux] [BRODIC1 09GF]

[-92-] [Brossard, Dictionnaire, 92; text: 1, 1/2, 1/4, 1/8, 1/16, Pausa di semibreve. minima. semiminima. Croma. Semicroma, Pause. Demi pause. Soûpir. Sospiro. ou Mezzo sospiro. Demi Soupir. ou bien] [BRODIC1 09GF]

Tontes ces valeurs sont icy par rapport à la mesure binaire, ou à la mesure à quatre temps, mais il y a quelque changement dans les différentes mesures à trois temps dont nous parlerons au mot TRIPLA, ou au rang de chacune.

PAUSA GENERALIS. Voyez PUNTO et CORONA.

PAUSA INITIALIS. Voyez MODO, TEMPO, PROLATIONE PAUSA.

PEDALE. Veut dire, PEDALLE. Ce sont les plus gros Tuyaux des Orgues dont le Son est fort grave, et qu'on fait parler avec le pied. Ce mot veut dire aussi le Son le plus bas d'un Serpent, d'un Basson, et cetera.

LORENZO PENNA. Nom d'un Autheur. Voyez TRIPLA. 3 Classe Article 2 Numéro 3, sur la fin.

PENTACHORDO. Veut dire, un ORDRE, ou un Instrument, ou un Rang de cinq Cordes. Par cette raison on nomme souvent ainsi la Quinte, parce qu'elle contient cinq degrez, ou Cordes. Voyez, QUINTA.

PENTATONON. Terme grec. Voyez SESTA, C'est la sixte superfluë.

[-93-] PER. Preposition Latine: qu'on trouve souvent devant un de ces deux mots Arsis, et Thesis. Per thesin. Veut dire, en battant, ou dans le premier temps de la mesure. Per arsin, veut dire, En levant, ou dans les derniers temps de la mesure. On dit aussi qu'un Chant, qu'un Contrepoint, qu'une Fugue, et cetera sont per Thesin, quand les Nottes décendent de l'aigu au grave; et qu'ils sont per arsin, quand au contraire les Nottes montent du grave à l'aigu. Voyez aussi. CANONE.

PER. Preposition Italienne. Elle a plusieurs significations dans les Ouvrages Italiens.

Primo. On la trouve quelques fois devant le nom des Auteurs, pour lors elle signifie PAR, mais à dire le vray, c'est fort mal parler Italien, et cetera.

Second. On la trouve à tous momens dans les Tables ou Indices des Motets pour marquer leur Sujet, et le Jour ou la Fête dans lesquels on les peut chanter; et pour lors elle signifie, Pour, De, Sur, et cetera En voicy quelques exemples des plus communs.

Per la Beata Vergine. ou en abregé, Per B. M. V. Pour ou en l'honneur de la Sainte Vierge.

Per li ou gli Defonti. Pour les Défuncts.

Per la sanctissima Croce. De ou Pour la très-sainte Croix.

Per la resurrectione. De la Resurrection, ou pour le jour de Pâques.

Per il Spirito-Sancto. Du Saint-Esprit, ou pour le jour de la Pentecôte.

Per ogni tempo. Pour toutes sortes de temps, ou en quelque jour et occasion que ce soit.

Per il sanctissimo, ou Per il venerabile. Pour, ou du Saint Sacrement.

Per il sanctissimo Natale. Pour le jour de Noël.

Per sancta Magdalena, Catharina, Cecilia, Orsola, et cetera. Pour ou de Sainte Magdelaine, Sainte Catherine, Sainte Cecile, Sainte Ursule, et cetera.

Per un Apostolo, un Martyre, un Confessore, una Virgine, ou Vergine, et cetera. Pour un Apôtre, un Martyr, un Confesseur, une Vierge, et cetera.

Per qual si voglio Sancto, ò Sancta. Pour quelque Saint, ou Sainte qu'on voudra. Pour lors on trouve dans le texte du Motet une N. majuscule, qui marque l'endroit où il faut appliquer le nom du Saint ou de la Sainte, au Chant exprimé par les Nottes.

Per la Dedicatione. Pour la fête de la Dedicace, et cetera.

Tertio. PER. signifie aussi fort souvent, A, ou Par. Per diritto. A droit chemin. Per roverscio. A la renverse, et cetera.

PERFETTO. feminin perfetta. plurier Perfetti, et Perfette, veut [-94-] dire, PARFAIT, Accompli, qui contente pleinement l'esprit et l'oreille, et cetera. Ainsi on dit, Cadenza perfetta, Consonanza perfetta, Accordo perfetto, Modo perfetto, Tempo perfetto et cetera. Voyez tous ces mots chacun à leur rang. Son opposé est Imperfetto qu'on trouve aussi avec les mêmes mots.

Mais il ne faut pas oublier icy que pour les mots Modo, Tempo, et cetera le mot Perfetto, marque ordinairement chez nos Anciens la mesure Triple, et Imperfetto la mesure Binaire. Pretendant que le nombre Trois qui ne souffre point de division est plus parfait que le nombre Deux. Voylà pourquoy ils marquoient le Triple par un Cercle ainsi [O], ou ainsi [Signum] qui est la figure la plus parfaite de toutes; et la mesure Binaire par un Demi cercle ainsi [C] ou ainsi [Signum] qui n'est qu'un Cercle imparfait.

PERFETTA, TRIPLA PERFETTA. Voyez TRIPOLA.

TRIPLA MAGIORE PERFETTA. Voyez TRIPOLA. 1 Classe Numéro 1.

SESQUI-ALTERA MAGGIORE PERFETTA. Voyez SESQUI et cetera.

PROLATIONE PERFETTA. Voyez PROLATIONE.

PERFETTIONE, PUNTO DI PERFETTIONE. Voyez, PUNTO, PROLATIONE, SEGNO.

PERFIDIA. Veut dire proprement, PERFIDIE, Déloyauté. Infidelité, et cetera mais dans la Musique, il veut dire Ostination, c'est à dire une affectation de faire toûjours la même chose, de suivre toûjours le même dessein, de continuer le même mouvement, le même Chant, le même Passage, les mêmes figures de Nottes, et cetera. Ainsi Contrapunto perfidiato, Fuga perfidiata, ce sont des Contrepoints, et des Fugues où l'on s'obstine à suivre toûjours le même dessein, telles sont les Basses contraintes ou obligées, comme celle des Chacones et une infinité d'autres manieres, parce que cela dépend uniquement du caprice des Compositeurs: On en peut voir quantité d'exemples dans les Documenti Armonici du Sieur Angelo Berardi, et nous en avons donné un cy-dessus au mot PASSAGIO. Cela s'apelle aussi Pertinacia selon Zarlin.

PERPETUI, ou STABILI SUONI. Voyez SUONO.

PER THESIN, PER ARSIN. Voyez THESIS et PER.

PERTINACCIA. Voyez PASSAGGIO et PERFIDIA.

PETTEIA ou PETTIA. Ce que c'est et combien il y en a d'especes. Voyez USO.

PHANTASTICO STILO. Voyez STILO.

[-95-] PHILOLAO. Nom d'homme. ORDINE DI PHILOLAO. Voyez ORDINE.

PHISICA MUSICA. Voyez MUSICA.

PHRYGIO. Voyez, FRIGIO. Car les Italiens l'écrivent ainsi quoy que fort mal.

PHTONGOS. Voyez SUONO.

PIA. PIAN. Voyez PIANO. ECHUS et cetera.

PIANO. en abregé Pian. ou quelques fois Pia. ou simplement par un P. majuscule, ou par un petit p. Veut dire ce que nous exprimons en François par le mot DOUX, c'est à dire, qu'il faut adoucir ou diminuer tellement la force de la Voix ou de l'Instrument que cela fasse comme un Echo.

CANTO PIANO. Voyez, CANTO.

PIU PIANO, ou PP. ou pp. Veut dire PLUS DOUX, ou comme un second Echo, moins fort, ou qui paroisse plus éloigné que le premier.

PIANISSIMO, ou PPP, ou ppp. Veut dire, TRES-DOUCEMENT, comme un troisiéme Echo, et comme si la Voix, ou le Son de l'Instrument se perdoient dans l'air.

PIANO PIANO. ou Pian Piano. C'est comme Piu Piano ou Pianissimo.

PICCIOLA TRIPLA. Voyez TRIPOLA, 1 Classe Numéro 3.

PICCOLO. TROMBONE PICCOLO, ou PRIMO, ou 1o. Voyez TROMBONE.

PIENO. Feminin Piena. Veut dire, PLEIN, Rempli, Entier, et cetera. Quelques fois ce mot est joint avec Choro. Pieno Choro, Plein Choeur, pour lors c'est le même que Tutti, ou Da Capella. Quelques fois il signifie l'Energie ou la Force d'une Consonance ou d'un Accord. Ainsi, on dit que la Quinte est piu piena, plus pleine que l'Octave, c'est à dire qu'elle fait plus d'effet, plus de bruit, se fait mieux sentir à l'oreille, et cetera.

PIENA PIU PIENA. Voyez QUINTA. PIENE NOTE. Voyez NOTA.

PIETOSO. Veut dire d'une maniere capable d'exciter de la PITIÉ ou de la Compassion.

PIFFARO. Espece d'Instrument qui répond à nôtre Haute-Contre de Haut bois.

PIFFERO. Veut dire, FLUTE, ou Fiffre.

PIKINOS ou PYKNOS. Termes grecs. Voyez SPISSUS.

PIU. Adverbe Italien, qui veut dire, PLUS. On le trouve souvent joint avec d'autres Adverbes ou des Adjectifs, pour augmenter la force de leur signification. Ainsi.

PIU PIANO. ou PP. ou pp. Veut dire, PLUS DOUCEMENT.

[-96-] PIU Allegro. PLUS GAYEMENT.

PIU Presto. PLUS VISTE.

PIU Moderno. PLUS MODERNE, ou plus à la mode, et cetera.

PIVA. Veut dire Haut-bois. Voyez aussi CORNETTINO.

PLAGALE. FUGHA PLAGALE. Voyez FUGHA AUTHENTICA.

PLOKE ou PLOKI. Voyez USO.

PNEUMATICOS. Terme Grec. Voyez STROMENTO.

POCO. Voyez UN POCO.

PONTICELLO. Voyez, MAGAS.

POSAUNE. Terme qui vient d'Allemagne, en Latin Tuba ductilis, en François SACQUEBOUTE. C'est une espece de Trompette propre à joüer la Basse qu'on allonge et qu'on racourcit selon l'acuité ou la gravité des Sons. C'est ce que les Italiens apellent Trombone. Voyez, TROMBONE.

POSITIO. Voyez THESIS.

POTENZA. au plurier Potenze. C'étoit anciennement les lettres ou caracteres et les noms des nombres par le moyen desquels on avoit la connoissance des Sons graves ou aigus. Ce sont maintenant les Nottes et autres signes de la Musique moderne. Il y en a qui veulent que Potenza soit l'expression d'un Son quel qu'il soit par le moyen d'un Instrument.

POTENZE. Voyez POTENZA et SUONO.

PRATTICO. Musico prattico. Adjectif. Musicien qui ne s'applique qu'à la prattique, ou à la simple execution de la Musique, sans se mettre en peine des raisons de ce qu'il fait, ny d'inventer ou composer de nouvelles Musiques, et cetera.

PRATTICA. est aussi un Substantif, qui veut dire PRATTIQUE, ainsi on dit Prattica antica, Prattique ancienne. Prattica moderna, Prattique moderne, et cetera. Voyez, MUSICA.

PRELUDIO, Veut dire, PRELUDE. C'est une Symphonie qui sert d'Introduction ou de Preparation à ce qui suit. Ainsi les Ouvertures des Opéra sont des especes de Preludes; comme aussi les Ritournelles qui sont au commencement des Scenes, et cetera. souvent on fait preluder tous les Instrumens d'un Orchestre, pour donner le Ton, et cetera.

PRESA. Veut dire, PRISE. C'est en general une marque qui fait connoître à un Musicien par où et comment il doit commencer à chanter ou à joüer. Mais en particulier, en fait de Fugues et de Canons sur tout, c'est une marque ainsi faite [signum] qu'on met au-dessus de la Notte sur laquelle la seconde Voix qui doit imiter la premiere doit commencer. Si on en trouve encore une, c'est où doit commencer la troisiéme Voix, et cetera. Voyez USO.

[-97-] PRESTO. Veut dire, VITE. C'est à dire qu'il faut presser la mesure, ou en rendre les temps fort courts. Ce qui marque ordinairement de la gayeté, ou de l'emportement, de la fureur, de la rapidité, et cetera.

PRESTO PRESTO, ou Prestissimo. Veut dire, TRES-VITE.

Quelques fois on le joint avec les Adverbes Men et Piu. Men presto. Moins vîte. Piu presto, Plus vîte, et cetera.

PRIMA VIOLA, PRIMA VOCE. Voyez PRIMO et ces mots ou semblables à leur rang.

PRIMARIUS. Voyez PROTOS.

PRIMO. Feminin Prima. Veut dire, PREMIER ou Premiere. Souvent on marque ce mot en abregé ainsi Po. ou 1o. ou 1. Ainsi, Opera prima, ou 1a. veut dire, Premier Ouvrage.

Canto primo. ou 1o. Premier Dessus.

Alto primo. ou 1o. Premiere Haute-Contre.

Tenore primo, ou 1o. Premiere Taille.

Basso primo, ou 1o. Premiere Basse.

Fagotto primo. ou 1o. Premier Basson.

Violino primo. ou 1o. Premier Dessus de Violon.

Viola prima, ou 1a. Premiere Viole.

Choro primo, ou 1o. Premier Choeur, et cetera.

PRIMO, CHORO, TROMBONE, VIOLINO, CANTO, TENORE, et cetera. Voyez tous ces mots à leur rang et PRIMO.

PRINCIPALIS MEDIARUM et PRINCIPALIUM. PRINCIPALIUM EXTENTA TETRACHORDON. Voyez SYSTEMA. Table 1.

PROFESSORE DI MUSICA, au plurier PROFESSORI. Celui qui montre ou qui enseigne la Musique.

PROGRESSUS CELER. Voyez SUPPOSITION.

PROHIBITO. Veut dire, DEFFENDU, ou ce qu'on ne doit pas faire dans les bonnes regles. Ainsi par exemple, Intervallo prohibito, c'est dans la melodie tout Intervalle qui ne s'entonne pas aisément ou naturellement comme l'Intervalle de Triton, de la sixte, majeure, de la septiéme, de la neuviéme, et cetera. Voyez INTERVALLO et VIETATO.

PROLATIONE. ou Prolazzione. Veut dire, PROLATION. C'est un Point que nos Anciens mettoient au milieu du Cercle, ou du Demi-cercle ainsi [Od,Cd]. Or comme le Moeuf ou Mode, dont nous avons parlé cy-dessus, Voyez MODO.) étoit la mesure de la Maxime, de la Longue et de la Breve et comme le Temps dont nous parlerons cy-dessous, (Voyez TEMPO) étoit proprement la mesure de la Breve et de la Semi-breve La Prolation, ou le Point ainsi nommé, étoit la mesure de la [-98-] Semibreve et de la Minime. Il y en avoit de deux sortes l'une Parfaite et l'autre Imparfaite.

La Prolation parfaite se marquoit après la Clef par un point dans un Cercle ainsi [Od], ou dans un Demicercle ainsi [Cd] et pour lors la Semi breve ou Ronde valoit trois Minimes ou Blanches, voylà pourquoy on accompagnoit ordinairement ce Cercle d'un 3. ou de 3/2 ou de 3/1 qui sont des signes de trois temps pour chaque mesure. Voyez A dans l'exemple suivant.

La Prolation imparfaite se marquoit comme le Temps, ou par un Cercle ainsi [O], ou par un demi-cercle ainsi [C] tous deux sans point, et pour lors la Semi-bréve ou Ronde ne valoit que deux Minimes ou Blanches. Voyez, B.

[Brossard, Dictionnaire, 98; text: A, B] [BRODIC1 09GF]

On ne voit plus que rarement de ces signes, on en a trouvé depuis de moins embarassants, mais on en trouve quelques fois, et un veritable Musicien doit du moins en avoir quelque idée en cas de besoin.

Les Italiens Modernes ont encore souvent dans leur Musiques deux sortes de Prolations à peu près semblables à celle de l'exemple A cy-dessus.

La premiere qu'ils apellent Prolazione maggiore perfetta se marque avec un [Od] et 3/1

La seconde qu'ils apellent Prolazione minore perfetta se marque avec un C. et 3/1 ou 3/2 et quelques fois avec un [Cd] et 3/2 Mais dans l'une et dans l'autre la ronde [Sv] vaut trois temps même sans point, et sa Pause une mesure. La Blanche [Svcd on staff5] vaut un temps et sa Pause un temps; et le reste des figures à proportion comme dans l'exemple suivant.

[-99-] [Brossard, Dictionnaire, 99; text: Prolazione maggiore perfetta. minore] [BRODIC1 10GF]

Voyez TRIPOLA. 1 Classe Numéro 2.

On nomme aussi Prolation une suite de plusieurs Nottes ou Sons tant en descendant qu'en montant, sur la même Syllabe, ou Voyelle. Les Voyelles A, E, et O, y sont fort propres, mais rarement en doit-on faire sur la Voyelle I ou Y, et encore moins ou pour mieux dire jamais sur la voyelle U.

PRONTO. Veut dire, PROMPTEMENT, Vîte, sans retardement, et cetera.

PROPE, Voyez PARA, PROPE MEDIA. Voyez PARAMESE et SYSTEMA. Table 1.

PROPORTIONE, ou Proporzione, au plurier Proportioni. Veut dire, PROPORTION, ou Raison. C'est à dire le raport qu'on trouve entre deux termes, comme entre deux Nombres, ou deux Lignes, ou deux Sons, et cetera après les avoir comparez ensemble, comme entre le Son ut en bas, avec le Son sol en haut. Or il y a en general deux sortes de Proportions.

La premiere qu'on nomme Proportion d'égalité, c'est lorsque les deux termes sont égaux ou ne contiennent pas plus de Parties l'un que l'autre comme 1. à 1. ou 2. à 2. 8. à 8.

La seconde qu'on nomme Proportion d'inégalité, est lorsqu'un des termes est plus grand; c'est à dire contient plus de parties que l'autre comme la raison de 4. à 2. est une Proportion d'inégalité, puisque le premier terme contient quatre unitez et que le second n'en contient que deux. On ne se sert dans la Musique que de cette seconde Proportion. Or cette Proportion d'inégalité se peut faire en cinq manieres que les Italiens apellent Generi, comme qui diroit Genres ou Generales.

La premiere est nommée Moltiplice, ou Multiple. C'est lorsque le plus grand terme contient juste le plus petit plus d'une fois, comme la proportion de 4. à 2. est une Proportion multiple, [-100-] parce que 4. contient deux fois 2. et cela justement et sans qu'il reste rien. Si ce plus grand terme ne contient le petit que deux fois, comme 4. 2. ou 6. 3. ou 16. 8. et cetera cela s'apelle Proportio dupla, ou Proportion double. S'il le contient justement trois fois comme 3. 1. ou 6. 2. ou 9. 3. et cetera cela s'apelle Proportion tripla, ou Proportion triple. S'il le contient 4 fois comme 4. 1. ou 8. 2. ou 12. 3. c'est Proportione quadrupla, ou Proportion quadruple, et ainsi à l'infini.

La seconde Proportion d'inégalité est Proporzione del genere, Super-Particolare ou Proportion sur-Particuliere. C'est lorsque le plus grand terme contient le plus petit une seule fois, et en outre une des parties précisement de ce plus petit, comme 3. 2. Car trois contient une fois deux, et en outre une unité qui est une des parties de deux; Or si cette partie restante est précisement la moitié du plus petit nombre, comme 3. 2. cette Proportion s'apelle autrement Sesqui-Altera, ou Sesqui-Altere du mot Sesqui qui veut dire Tout et Altera qui veut dire Moitié ou une autre partie. Si cette partie restante est la troisiéme partie du plus petit nombre comme 4. 3. cela s'apelle Sesqui-Terza; si elle est la quatriéme partie comme 5. 4. on l'apelle Sesqui-Quarta; et ainsi à l'infini, ajoûtant toûjours à Sesqui le nombre ordinal du plus petit terme.

La troisiéme Proportion d'inégalité, est Proporzione del genere super-Parziente ou Proportion sur-Partiente. C'est lorsque le plus grand terme contient une fois le plus petit, et en outre, deux ou trois ou quatre, et cetera des parties qui composent le plus petit, c'est à dire proprement, selon Zarlin deux ou trois ou quatre unités et cetera. Ce que l'on marque en mettant, tant en Italien, qu'en François, les petits mots Bi pour 2. Tri pour 3. Quattri pour 4. et cetera entre Super, ou Sur, et Parziente. Ensuite de quoy on ajoûte le nombre ordinal du plus petit terme. Ainsi la proportion entre 5. et 3. se doit apeller Super-bi-parziente Terza, parce que 5. contient une fois 3. et en outre deux unités qui sont deux parties de 3. De même la Proportion de 7. à 4. se nomme Super tri-parziente Quarta, parce que 7. contient une fois 4. et en outre 3. de ses parties, ou 3. unités. De même la Proportion de 9. à 5. se doit nommer, Super-quadri-parziente Quinta, Parce que le nombre 9. contient une fois 5. et en outre 4. des parties de 5. ou quatre unitez. Et ainsi des autres.

La quatriéme et cinquiéme Proportion d'inégalité sont des composez de la Multiple et d'une des deux que nous venons d'expliquer, mais nous n'en parlerons point icy, parce que les trois que nous venons d'expliquer sont suffisantes pour la prattique de la Musique et pour expliquer quelles sont les Formes et les Racines de toutes les Consonances et Dissonances de la Musique, comme on le verra dans la Table suivante.

[-101-] TABLE DES PROPORTIONS.

[Brossard, Dictionnaire, 101; text: CONSONANCES. DISSONANCES. L'Octave, La Quinte, Quarte, Tierce Majeure, Mineure, Sixte, Septiéme, Fausse Quinte, Le Triton. Ton, Seconde, Semiton, Comma, Tire son Origine et sa forme de la Proportion, Double. Sesqui-Altere. Sesqui-Tierce. Sesqui-Quarte. Sesqui-Quinte. Sur-bi partiente Troisiéme. Sur-tri-partiente Quinte. Sur-sept-partiente Octave. Sur quadri-partiente Cinq. Sur dixneuf-partiente Quarante cinq. Sur-treize-partiente. Trente deux. Sesqui-Huitiéme. Sesqui-Neuviéme. Sesqui Quinziéme. Sesqui Vingt-quatriéme. Sesqui Quatre-vingtiéme. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 8. 9. 10. 15. 16. 24. 25. 32. 45. 64. 80. 81.] [BRODIC1 10GF]

[-102-] Mais il faut encore remarquer, que tout ce que nous avons dit se doit entendre lorsqu'on compare le plus grand nombre au plus petit, et que par consequent il est écrit le premier ainsi 3. 1. ou au dessus ainsi 3/1. Car si au contraire on vouloit comparer le plus petit au plus grand, pour lors il faudroit renverser cet ordre et mettre le plus petit nombre devant ou au-dessus du plus grand ainsi 1. 3. ou ainsi 1/3. Et pour dénommer leur proportion, il n'y a qu'à mettre la preposition Sub, ou Sous devant les dénominations cy-devant expliquées, et cela suffira pour marquer qu'on compare le petit nombre au plus grand. Ainsi, par exemple, Proportio Pripla se marque ainsi 3. 1. ou 3/1 et Proportio Sub-tripla se marque ainsi 1. 3. ou 1/3 et cetera.

Il ne faut pas oublier de marquer encore icy que les Italiens apellent d'un nom general Proporzioni, Proportions, toutes les especes de Triple dont nous parlerons cy-dessous. Voyez TRIPLA.

PROPORTIONALE. MISURA PROPORTIONALE, ou PROPORTIONATA. Voyez TRIPOLA, 1 Classe Numéro 1.

PROPORZIONE et PROPORZIONI. Voyez PROPORTIONE et SEGNO.

PROPRIETA. Voyez NOTA et VIRGULA.

PROSLAMBONAMENOS, ou selon d'autre Proslambanomenos. Terme Grec, qui veut dire l'AJOUTÉE ou Surnumeraire. C'est ainsi que les Grecs apelloient la plus basse des Cordes de leur Lyre ou Systeme, qui répond à l'A mi la de la plus basse Octave de l'Orgue ou du Systeme moderne. Voyez, SYSTEMA.

PROTOS, DEUTEROS, TRITOS, TETARTOS. Ce sont quatre mots Grecs que quelques-uns traduisent quoyque barbarement en Latin Protus, Deuterus, Tritus, Tetartus, et quelques autres un peu mieux, Primarius, Secundarius, Tertiarius, Quartarius. C'est à dire en François, du PREMIER, du Second, du Troisiéme, du Quatriéme ordre ou rang. C'est ainsi que les Ecrivains qui ont écrit de la Musique depuis le Siecle de Gui Aretin ou l'onziéme Siecle, partagent les huit Tons ou Modes du Plein-Chant, mettant le Premier et le Second (qu'ils nomment par cette raison Proton ou Primarii) dans le premier rang; Le troisiéme et le quatriéme qu'ils nomment Deuteron ou [-103-] Secundarii, dans le second rang; Le cinquiéme et le sixiéme qu'ils nomment Triton ou Tertiarii, dans le troisiéme rang; et le septiéme enfin et le huitiéme qu'ils nomment Tetarton ou Quartarii, dans le quatriéme rang. On pretend que les Grecs modernes leur donnent aussi maintenant les mêmes noms.

PROTUS. Voyez PROTOS.

PSALMODIA Voyez SALMO et TUONO. Qui est ce qui a reglé la Psalmodie Voyez ibidem.

PSALMUS Terme L<a>tin qui veut dire PSEAUME d'ou l'on a fait Psalmodia, Psalmodie; C'est une maniere de chanter particuliere pour les Pseaumes, qui est toûjours sur la Dominante de chaque Mode, hormis au milieu et à la fin que l'on tombe sur d'autres Cordes, et cetera.

PULSATILE, PULSATILIA. Voyez STROMENTO.

PUNCTUS. et PUNCTUM. Voyez PUNTO.

PUNCTUS SEPARATIONIS, ALTERATIONIS DIVISIONIS et cetera. Voyez PUNTO; PUNCTUS CAUDATUS Voyez ibidem.

PUNTO, plurier Punti, en Latin Punctus et Punctum, veut dire POINT. Le Point comme nous l'avons déja remarqué (Voyez NOTA) étoit originairement l'unique Notte dont on se servoit pour marquer les Sons. Mais depuis qu'on a inventé les diverses figures des Nottes, le point a beaucoup d'autres usages dans la Musique: nous en avons déga vû un cy-dessus (Voyez PROLATIONE.) Il y en a encore qu'on met au milieu d'un C renversé ainsi [signum] ou ainsi [signum] qu'on nomme en François Point d'Orgue, lequel marque deux choses en apparence toutes contraires. La premiere qu'il faut continuer le Son de la Notte, sur laquelle il est, jusqu'à ce que les autres Parties soient venuës à leur conclusion, voyla pourquoy on le nomme Signum convenientiae ac morae ou Signe de Continuation et de Convenance et pour lors il n'est que dans une ou deux des Parties. Second S'il est sur les Nottes de toutes les Parties, pour lors il est Pausa generalis, ou finalis, parce qu'il marque une cessation, ou un silence general de toutes les Parties, et même qu'on doit arrêter la mesure.

Il y en a un troisiéme qu'on appelle--Punctus caudatus, un Point à queüe parce qu'il est ainsi figuré [signum]--ou Punctus Separationis seu Divisionis, parce qu'il separe certaines Nottes d'avec d'autres pour ne pas troubler l'ordre de la mesure. C'est ce que les Italiens apellent Punto d'Alteratione et quelques fois di Divisione dont nous parlerons plus bas.

Il y en a enfin un quatriéme qu'on appelle Punto d'Acrescimento, ou d'Augmentation qui est très ordinaire dans les Musiques tant anciennes que modernes, et qui sous les signes imparfaits, ou [-104-] d'imperfettione, c'est à dire de la mesure à deux ou à quatre temps, ne perfectionne pas mais augmente toutes les Nottes après lesquelles il se trouve de la moitié de leur valeur, ensorte qu'une Breve pointée ainsi [Bv,d] vaut trois Minimes ainsi

[Brossard, Dictionnaire, 104,1] [BRODIC1 11GF]

c'est à dire trois mesures. Une Ronde pointée vaut trois Blanches ainsi

[Brossard, Dictionnaire, 104,2] [BRODIC1 11GF]

Une Blanche pointé vaut trois Noires; une Noire pointée vaut trois Croches; Une Croche pointée vaut trois Doubles Croches, et cetera.

Mais sous les Signes parfaits, ou di perfettione tels que sont [Odim on staff3] ou [O], qui ont la vertu de donner aux Nottes la valeur de trois temps pour chaque mesure, c'est à dire proprement dans la mesure Triple ou à 3. temps. Le point a d'autres effets, qui luy ont fait donner des noms différens dont voycy l'explication.

Punto di Perfettione. Le Point de perfection est celuy qui perfectionne la Breve. Pour entendre cecy il faut sçavoir que dans le Triple marqué 3/1 la Breve ou Quarrée vaut ordinairement trois temps ou une mesure entiere, pourveu qu'elle soit suivie d'une antre Breve ou d'un demi Bâton, ou d'une figure de plus grande valeur; mais si elle est suivie immédiatement d'une Ronde ou de deux Blanches ou Nottes équivalentes; pour lors elle ne vaut plus que deux temps, ensorte que pour être parfaite elle a besoin alors d'un point qui luy donne encore un temps et qui pour cette raison est nommé Punto di perfettione. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 104,3] [BRODIC1 11GF]

Ce point a le même effet; pour les Rondes, ou le Triple

[Brossard, Dictionnaire, 104,4; text: 3, 2] [BRODIC1 11GF]

pour les Blanches ou le Triple

[Brossard, Dictionnaire, 104,5; text: 3, 4] [BRODIC1 11GF]

et même pour les Noires ou le Triple de

[Brossard, Dictionnaire, 104,6; text: 3, 8] [BRODIC1 11GF]

[-105-] Punto di Divisione, ou Point de Division. C'est celuy qui fait la separation des Nottes. On le met dans le temps parfait ou le Triple devant une Ronde, suivie d'une Breve ou Quarrée ainsi

[Brossard, Dictionnaire, 105,1; text: 2] [BRODIC1 11GF]

et pour lors cette Quarrée ne vaut plus que deux temps.

Punto di Translatione, ou Point de Translation, est le transport de la valeur d'une Notte à une autre, qui en est quelques fois assez éloignée. On le met devant et après une Ronde suivie de quelques Breves et pour lors le second Point est transferé à la derniere de ces Breves et la fait valoir trois temps ou la perfectionne. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 105,2; text: 2, 3] [BRODIC1 11GF]

Punto d'Alterazione. ou Point d'Alteration cause de la Diminution dans la Breve ou Quarrée, ou de l'acroissement à la Semibreve et cela à chacune d'une de leurs Parties. Je dis que ce point cause de la diminution dans la Breve, car un point posé entre deux Semibreves ou Rondes, situées entre deux Breves ou Quarrées, fait que ces deux Quarrées ne valent chacune que deux temps. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 105,3; text: 1, 2] [BRODIC1 11GF]

On figure aussi ce Point avec queüe comme nous l'avons dit cy-dessus. Cela arrive aussi dans tous les autres Triples de moindre valeur; toutes les fois que deux Nottes moindres sont enfermées de suite entre deux de plus grande valeur et égales comme

[Brossard, Dictionnaire, 105,4; text: ou] [BRODIC1 11GF]

et cetera.

J'ay dit que ce point donne de l'acroissement à la Semibreve ou Ronde, parce que quand on le met devant une Ronde laquelle est suivie de deux autres Rondes enfermées entre deux Breves ou Quarrées, la seconde de ces deux Rondes enfermées vaut pour lors un temps plus que sa valeur ordinaire, c'est à dire deux temps, comme

[Brossard, Dictionnaire, 105,5] [BRODIC1 11GF]

et cetera.

Enfin Punto d'Imperfettione. ou Point d'Imperfection est la diminution d'une et de deux parties de la Longue. On le met avant une Ronde suivie d'une Longue, et pour lors il ôte à la Longue une de ses six parties, comme

[Brossard, Dictionnaire, 105,6; text: 5] et cetera.

[-106-] On le met aussi devant une Longue suivie de deux Rondes et pour lors il ôte à la Longue deux de ses parties, comme,

[Brossard, Dictionnaire, 106; text: 4] [BRODIC1 11GF]

et cetera.

Nous avons parlé cy-dessus de l'alteration et de la perfection des Nottes par le moyen du Point, mais il y en a encore d'autres manieres dont nous aurons lieu de parler dans quelqu'autre occasion.

PUNTO d'ACRESCIMENTO, d'ALTERATIONE, DIVISIONE, DI PERFETTIONE, DI TRANSLATIONE et cetera. Voyez PUNTO.

PUNTO DI RADOPIAMENTO. Voyez RADOPIAMENTO.

PYKNOS. Voyez PIKINOS.

PYTAGORICO SYSTEMA. Voyez SYSTEMA sur la fin.

Q

QUADRATO, ou Quadro. Veut dire, QUARRÉ. C'est l'Epithéte qu'on donne au b quand il est signe Diatonique, ou Naturel ou figuré ainsi [sqb] et pour lors son effet est de remettre les Cordes alterées par le Dieze ou par le b mol, dans leur situation naturelle et par consequent de hausser d'un demiton la Notte que le Bemol aura baissée, et de décendre de demiton celle que le Dieze aura haussée. Voyez TONDO.

QUADRIPLICATO. Veut dire QUADRIPLE. Voyez, INTERVALLO.

Quadrupla Proporzione. Veut dire, Proportion quadruple. C'est une des especes de la Proportion Multiple lorsque le plus grand nombre contient quatre fois précisement le plus petit comme 8. 2. Voyez, PROPORTIONE.

QUARTA. en Grec Diatessaron, comme qui diroit per quatuor, par quatre degrez, en Latin Quarta, en François QUARTE. C'est un des Inte<r>valles de la Musique qui non plus que l'octave et la quinte ne-souffre point de Majorité ny de Minorité, qui tire son origine de la Proportion Sesqui-tierce 4. 3. et qui divisant l'Octave Arithmetiquement, fait la différence des Modes Plagaux d'avec les Autentiques; que les Théoriciens mettent par cette raison et quelques autres non moins convaincantes, au nombre des Consonances parfaites, mais que les Praticiens traitent quelques fois de Consonance, et quelques fois de Dissonance, d'où luy vient le nom de Mixte, comme tenant le [-107-] milieu entre les Consonances et les Dissonances, et cetera. Elle contient quatre degrez (d'où luy viennent les noms de Tetrachorde et de Quarte) et trois Intervalles. Pour être juste, il faut qu'elle contienne Diatoniquement deux Tons, l'un Majeur et l'autre Mineur, et un Semiton majeur, comme ut, fa; et Chromatiquement 5. Demitons, dont il y en a trois majeurs et deux mineurs.

Si elle ne contient qu'un Ton et deux Semitons majeurs, ou trois Semitons majeurs et un mineur, pour lors elle est diminuée et par consequent Dissonance, qu'on ne passe que par supposition, et qu'on doit sauver de la tierce ou quelques fois de la fausse Quinte, et cetera.

Si elle contient deux Tons, un Semiton majeur et un Semiton mineur, ou trois Semitons majeurs et trois Semitons mineurs, pour lors on la nomme Triton ou Fausse Quarte, et elle est superfluë, et par consequent Dissonance, deffenduë absolument dans la Mélodie tant en descendant qu'en montant, et qu'on ne passe dans l'Harmonie qu'à condition de la sauver par la sixte ou quelques fois par l'octave et très-rarement par la tierce.

Dans le Systeme des Anciens, elle n'avoit qu'une Replique, qui étoit l'Onziéme. Dans le Systeme moderne elle a outre l'Onziéme, la dix-huitiéme pour Triple, et la vingt-cinquiéme pour Quadriple, et cetera. Voyez INTERVALLO. Les unes et les autres se marquent indifféremment dans la Basse-Continuë par un 4. On y marque la quarte diminuée ainsi b 4. ou ainsi 4 b, et la quarte superfluë ou Triton ainsi [x] 4 ou ainsi 4 [x].

La Quarte juste fait un tres bon effet dans la Mélodie, tant en décendant qu'en montant, tant par degrez conjoints que disjoints, et cetera et même elle sert très-souvent à former les cadences parfaites. Il ne faut donc pas s'étonner si les Anciens, dont la Musique ne consistoit que dans la Mélodie, l'ont mise au nombre des Consonances, et si ses plus grands ennemis sont obligez de convenir qu'au moins à cet égard elle est veritablement Consonance.

Mais dans l'Harmonie il est seur qu'elle a quelque chose de dur qui doit être corrigé par la tierce quand le Dessus sincope, et par la quinte quand la Basse sincope, voyla pourquoy les Praticiens la traitent comme une Dissonance. Quelques uns cependant pretendent qu'elle est Consonance quand elle se fait sur la premiere partie de la Sincope, et même qu'elle sert de preparation à la Quarte qui se fait sur la seconde partie de la Sincope. Entr'eux le débat, nous serions trop longs s'il falloit entrer dans cette dispute pour laquelle il y a eu des Traitez ex professo, et cetera. Voyez, Kircher, Mersenne, Zarlin, et cetera.

QUARTA DUPLA. SESQUI QUARTA DUPLA.

[-108-] Voyez SESQUI et PROPORTIONE.

QUART-FAGOTTO. Terme Allemand. Voyez DULCINO.

QUARTARIUS. Voyez PROTOS.

QUARTICROMA. Voyez, QUATRICROMA.

QUARTO. au Feminin Quarta. Veut dire QUATRIEME. On le marque aussi en abregé par 4o ou 4a, ou simplement 4 ou bien par IVo ou IVa ou IV. ainsi Opera Quarta ou IVa, et cetera veut dire, Ouvrage quatriéme.

Violino Quarto ou IV. Quatriéme Violon.

Choro Quarto ou IVo. Quatriéme Choeur.

Quarto Modo. Quatriéme Mode, et cetera.

QUATRICROMA. Veut dire, TRIPLE CROCHE, dont il en faut 32. à la mesure. Voyez, BISCHROMA.

QUATRO. Veut dire, QUATRE.

A QUATRO SOLI. Voyez QUATUOR. A QUATRO TEMPI. Voyez TEMPO. Numéro 2.

QUATUOR. Terme Latin, qu'on trouve souvent pour marquer une piece de Musique composée à quatre Voix, et qu'on fait chanter par cette raison par quatre Voix seules, afin que la multitude n'en offusque pas les beautez. Les Italiens le marquent par ces mots à Quatro soli. à Quatre seuls. Comment cette composition à quatre voix se doit faire. Voyez SYSYGIA.

QUIETO. MANIERA QUIETA. Voyez MUTATIONE.

QUINQUE, est une autre terme Latin dont on se sert aussi souvent pour marquer une piece de Musique qu'on doit chanter à cinq Voix seules ou à Quinque soli, et cetera. Voyez, QUATUOR.

QUINTA, en Grec Diapente, comme qui diroit per quinque, par cinq degrez, en Latin Quinta, en François QUINTE. C'est un des Intervalles de la Musique, et la seconde des Consonances parfaites, qui non plus que l'octave et la quarte ne souffre point de majorité ny de minorité, qui tire son origine ou sa forme de la proportion Sesqui-altere 3. 2. et qui divisant l'octave harmoniquement fait la différence des Modes Authentiques d'avec les Plagaux. Elle contient cinq degrez ou Cordes (d'où luy viennent les noms de Quinte et de Pentachorde,) et quatre Intervalles. Pour être juste il faut qu'elle aye Diatoniquement trois Tons pleins, et un Semiton majeur; et Chromatiquement sept Semitons, dont il y en a <.> majeurs, et trois mineurs. Dans l'Accord ou la Partition des Instrumens il ne faut pas qu'elle soit tout à fait juste comme nous l'expliquerons plus amplement au mot TEMPERAMENTO.

Si elle ne contient que deux Tons, et deux Semitons majeurs, [-109-] ou six Semitons, sçavoir quatre majeurs et deux mineurs, pour lors elle est fausse ou diminuée, par consequent dissonance laquelle dans l'harmonie doit être sauvée par la tierce et accompagnée de la sixte. Dans la mélodie on la permet en décendant, mais jamais en montant.

Si elle contient trois Tons, un Semiton majeur, et un Semiton mineur, ou huit Semitons, sçavoir, quatre majeurs et quatre mineurs, pour lors on la nomme Tetratonon, comme qui diroit Intervalle de quatre Tons, et elle est superfluë, par consequent dissonance, qu'on ne permet jamais dans la mélodie ny en décendant ny en montant, ny par degrez conjoints ny disjoints.

Dans l'harmonie, quoy qu'elle soit bien dure, on la permet sauvée de la sixte ou de l'octave et accompagnée de la tierce et cetera.

Dans le Systeme des Anciens, elle n'avoit qu'une Replique qui étoit la douziéme, mais dans le Systeme moderne, elle a outre cela pour Triplique la dix-neuviéme, et pour Quadriple la vingt-sixiéme et cetera (Voyez INTERVALLO.) On marque indifféremment les unes et les autres dans la Basse Continuë par un 5. On y marque la quinte diminuée ou fausse ainsi b 5. ou ainsi 5 b; et la Superfluë ainsi [x] 5 ou ainsi 5 [x].

Dans la mélodie, elle est, pour ainsi dire, l'ame de tous les Chants quand elle est juste, et par consequent permise en toutes manieres, elle sert à former en décendant les cadences parfaites, et en montant les cadences imparfaites ou attendantes. Elle forme la Dominante de tous les Modes reguliers et authentiques, et cetera.

Dans l'harmonie, la Quinte compose ce qu'on apelle la Triade harmonique, parce qu'elle contient dans son étenduë la tierce majeure et mineure. C'est elle qui fait le bruit sur tout dans les Parties les plus proches de la Basse, c'est pour cela que les Italiens disent qu'elle est piu piena, c'est à dire, qu'elle remplit mieux l'oreille que l'Octave, qui naturellement est trop douce et ne frappe pas les sens si vivement. Mais il faut prendre garde de n'en pas faire deux justes de suite, parce que pour lors, comme dit Zarlin, il n'y auroit point de varieté, ny d'harmonie, ny de proportion, et cetera mais elle peut être suivie de l'octave de la tierce, de la sixte, et même d'une autre quinte, pourveu qu'elle soit ou diminuë ou superfluë, et cetera. Elle sert souvent à sauver la seconde sincopée par la Basse, mais pour lors elle est meilleure fausse ou diminuée, que juste. Elle sauve aussi la quarte sincopée par la Basse, comme aussi la septiéme sincopée par le Dessus, et quelques fois aussi sincopée par la Basse et cetera.

QUINTO. Feminin Quinta. Veut dire, CINQUIÉME. Ainsi, Opera quinta. ou Va. ou V. ou 5. veut dire, Ouvrage cinquiéme, et cetera.

[-110-] QUINTUPLA. Veut dire, QUINTUPLE. C'est une des especes de la Proportion Multiple, lorsque le plus grand nombre contient précisement cinq fois le plus petit comme 10. à 2. ou 20. à 4. et cetera. Voyez, PROPORTIONE.

R.

RADDOPIAMENTO. Veut dire, REDOUBLEMENT. ainsi, Punto di Raddopiamento, selon Zarlin, est le Point d'Alteratione expliqué cy-dessus. Voyez, PUNTO.

RADDOPIATO. Veut dire, REDOUBLÉ, ou Composto, composé.

RAGGIONE. ou Ratione. Veut dire, RAISON. C'est à dire, fort souvent Proportion ou Rapport sur tout chez les Théoriciens qui traitent de la Musique et des Proportions des Sons. Voyez, PROPORTIONE.

RATIONALE. Veut dire, RAISONNABLE, mais en fait de Proportions on dit Rationel, ce qui apartient proprement à l'Aritmetique, ses Proportions étant ordinairement Rationelles, et cetera. Voyez la dessus Monsieur Osanam dans son Dictionaire de Mathematique.

RATIONE. Voyez RAGIONE.

RE. C'est un des noms inventez par Gui Aretin pour marquer les Sons de la Musique en la place des noms embarassans des Anciens Grecs. Par la nouvelle Gamme il y a deux sortes de Re, un par b mol qui est en G, re, sol, un par b quarre qui est en D, la, re. Mais comme le premier n'est proprement que la transposition du second une quarte plus haut, on entend ordinairement le Re en D, la, re quand on dit simplement Re. C'est en ce sens que la Lychanos-hypaton et la Paranete dieseugmenon de l'ancien Systeme sont des Re, comme nous l'expliquons chacun à leur rang, et cetera. Comme le Re forme selon Zarlin et beaucoup d'autres après luy, la seconde espece d'Octave, il sert aussi de Finalle aux troisiéme et <.>me Modes, et cetera.

REALE. A QUATRO VOCI REALE. à quatre parties

RECITARE, ou RECITANDO Voyez RECITATIVO.

RECITATIVO, ou en abregé, Reco, ou Reco, ou Rec. ou Ro. veut dire, RECITATIF. On trouve souvent ce mot dans les Cantates des Italiens, et encore plus souvent dans leurs Opera, qui à les bien prendre ne sont qu'un tissu de plusieurs Cantates qui se suivent et dont le sens et la liaison font un sujet general. C'est une maniere de chanter qui tient autant de la Declamation que du Chant, comme si on declamoit en chantant, ou si l'on chantoit en declamant, par consequent ou l'on a plus d'attention à exprimer la Passion qu'à suivre exactement une [-111-] mesure reglée. Cela n'empêche pas qu'on ne notte ces sortes de Chants en mesure reglée, mais comme on a la liberté d'alterer les temps de cette mesure, et d'en faire quelques-uns plus longs ou plus courts que les autres, cela fait ordinairement qu'on met en partition la Basse-Continuë du Recitatif au-dessous, afin que l'Accompagnateur puisse suivre plûtôt celuy qui chante, que celuy qui bat la mesure. Comme ce stile est fort propre pour narrer, raconter ou faire le recit de quelque action, c'est sans doute de Recitando ou Recitare qu'on a fait Recitativo. Voyez BATTUTA, ENHARMONICO, LARGO et cetera.

On apelle aussi Recit en François, tout ce qui se chante seul, ou à deux, à trois, à quatre Voix seules, en un mot tout ce que les Italiens marquent par solo et soli. Voyez, SOLO.

RECTUS. DUCTUS RECTUS. Voyez USO.

REDITTA. Voyez, FUGA et REPLICA.

REDUTTIONE. Voyez, DEDUTTIONE.

REGOLA, en Grec Canon. Veut dire, REGLE, Loy qu'on doit observer, Exemple ou Patron qu'on doit suivre, ce qui sert à mesurer les grandeurs ou quantitez, et cetera. C'est en ce sens qu'on nomme le Monocorde Regola harmonica ou Canon harmonicus.

REGOLARE, au plurier Regolari. Veut dire, REGULIER, qui est dans les Regles, ou renferme dans de justes limites, et cetera. Cadenza regolare. Cadence reguliere, est celle qui tombe sur les Cordes essentielles du Mode, celle qui tombe sur les autres Cordes est irreguliere ou étrangere. Modo Regolare un Mode regulier, est celuy qui a une quinte juste au-dessus de sa Finalle, et cetera.

REGULA. Voyez MODO. REGULA HARMONICA. Voyez MONOCHORDO.

RELATIONE. Veut dire, RELATION. C'est à dire en termes de Musique le Rapport qui est entre deux Sons entendus immédiatement l'un après l'autre, dont l'un est dans une Partie comme dans le dessus, et l'autre dans une autre Partie telle que seroit par exemple la Basse. Or entre les Relations il y en a de justes, il y en a de fausses. Les Relations justes sont celles dont les deux extrémités forment un Intervalle consonant, naturel et qui se peut entonner ou chanter aisément. Comme dans l'exemple suivant A. Les Relations fausses qu'on nomme en Latin Relationes non harmonicae, sont celles dont les extrémités forment un Intervalle faux et pour ainsi dire inchantable comme B. Les Nottes noires sont celles dont on considere icy la Relation. Nous ne les considerons icy que de la gauche à la droite; il y en a qui veulent qu'on les considere aussi de la droite à la gauche, comme celles qui sont icy entre toutes les Nottes blanches. Exemple.

[-112-] [Brossard, Dictionnaire, 112,1; text: 4, 5, A, B] [BRODIC1 12GF]

Entre les fausses Relations il y en a non seulement de tolerables mais aussi d'excellentes, sur tout pour les expressions tristes, tendres, affectueuses, et cetera. Il y en a qui sont intolerables et vitieuses, sçavoir maintenant qui sont celles qui sont intolerables, c'est ce qu'on ne peut bien decider, les Auteurs et les goûts étant fort partagez là-dessus. Pour moy je diray volontiers comme un de nos Maîtres, Evite qui voudra, ou plûtôt qui pourra les fausses Relations. Car prétendre faire une Musique recherchée, et qui ait quelque sel, sans fausses Relations, c'est à mon sens une pure chimere. Il n'y a que la fausse Relation du Triton, telle que l'est celle de cy-dessus B, ou telle qu'elle est dans l'exemple suivant marqué C qu'il est bon d'éviter le plus qu'on peut; ce qu'on peut faire par un des moyens marquez. D, E, F. Il faut éviter du moins qu'il n'y ait point de fausse Relation entre les Parties extrêmes ou découvertes, comme le Dessus et la Basse, étant plus supportable entre les Parties mitoyennes ou couvertes et la Basse.

[Brossard, Dictionnaire, 112,2; text: C, D, E, F] [BRODIC1 12GF]

REMISSIO. Voyez REMISSIONE.

REMISSIONE, en Latin Remissio. C'est l'acte de la Voix quand elle décend d'un Son aigu à un grave, soit par degrez conjoints [-113-] ou disjoints. Comme au contraire intentione, est quand elle passe ou monte du Son grave au Son aigu.

REPAUSARE. Voyez PAUSA.

REPERCUSSIO. Veut dire, REBATTEMENT, ou Repetition frequente des mêmes Sons. C'est ce qui arrive dans la modulation, ou les Cordes essentielles de chaque Mode ou de la Triade harmonique doivent être rebattuës plus souvent que pas une des autres, et entre les trois Cordes de cette Triade les deux extremes, c'est à dire la Finalle et la Dominante (qui sont proprement la Repercussion de chaque Mode) doivent être plus souvent rebattuës que celle du milieu ou la Médiante. Mais pour bien faire il faut que ces Cordes essentielles tombent dans les bons temps de chaque mesure, et qu'elles soient des Nottes ou longues ou censées longues. Voyez, LONGA.

REPETATUR. Terme Latin qu'on trouve souvent pour marquer qu'il faut Repeter, c'est à dire, chanter ou joüer encore une fois quelque morceau, soit de Symphonie, soit de Chant, et cetera. Voyez, REPLICA.

REPLICA, ou Reditta, ou Riditta. Veut dire, REPLIQUE ou Repetition. C'est lorsqu'une Partie après quelque silence repette les mêmes Nottes, les mêmes Intervalles, le même mouvement, en un mot le même Chant qu'une premiere Partie a dêja dite pendant le silence de celle-cy. C'est là proprement ce qui fait la Fugue. Ainsi voyez FUGHA.

REPLICA, est aussi souvent l'Imperatif du Verbe Replicare, Repeter. Ainsi Replica, veut dire, comme Repetatur, Repetez. Mais quand on veut parler plus civilement on dit Si replica se piace, on repette s'il vous plaît. Si replica il Ritornello il Choro, et cetera se piace. Il faut s'il vous plaît repeter la Ritournelle, le Choeur, et cetera.

REPLICATO. Veut dire, REPLIQUÉ ou Doublé. Ainsi, Intervallo replicato, Ottava replicata, et cetera. C'est un Intervalle auquel on ajoûté le nombre de 7. comme 5. et 7. font douze qui est la Replique de la quinte. Voyez, INTERVALLO.

RESOLUTIO. Voyez, RISOLUTIONE.

RESPONSORIO. plurier Responsorii. Veut dire, RÉPONS. Ce sont des especes d'Antiennes redoublées qu'on chante après les leçons des Matines et en d'autres occasions dont les paroles sont ordinairemenent tirées de l'Ecriture, et conviennent à la Fête qu'on celebre. Ainsi Responsorii della Settimana sancta, veut dire, les Répons qu'on chante pendant la Semaine-Sainte et qu'on chante en beaucoup d'Eglises en Musique, et cetera.

RETTO, Veut dire, DROIT. Ainsi, Moto retto. c'est un Mouvement droit. Voyez, MOTTO.

CONDUCIMENTO RETTO. Voyez USO.

[-114-] REVERTENS. DUCTUS REVERTENS. Voyez USO.

RHITMOS. Voyez MUSICA RHITMICA.

RIBATTUTA. Veut dire, BATTEMENT qu'on recommence plusieurs fois. Ainsi Ribattuta di gola. C'est un des agrémens du Chant qui se fait par plusieurs battemens du gosier d'une Notte à la Notte qui est immédiatement au-dessus. Exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 114; text: Ribattuta di gola. Ribattuca di gola dopia.] [BRODIC1 12GF]

C'est à peu près ce que nous apellons Tour de gosier, double cadence, et cetera.

RICERCATA. Veut dire, RECHERCHE. C'est un espece de Prelude ou de fantaisie qu'on joüe sur l'Orgue, le Clavessin, le Théorbe, et cetera où il semble que le Compositeur Recherche les traits d'harmonie qu'il veut employer dans les pieces reglées qu'il doit joüer dans la suite. Cela se fait ordinairement sur le champ et sans preparation, et par consequent cela demande beaucoup d'habileté. Voyez MOTTETTO. SYMPHONIA. et cetera.

RIDITTA. Voyez, REPLICA.

RIFORMATO SYSTEMA. Voyez TEMPERAMENTO et SYSTEMA sur la fin.

RIGA. au plurier Righe. Veut dire, une RAYE, ou Ligne, ou un Trait de plume. C'est ainsi que les Italiens apellent les Lignes [-115-] horisontales, sur lesquelles on met les Nottes de la Musique. Originairement il y avoit autant de lignes que l'étenduë d'un Chant contenoit de Sons différens, parce que pour lors on ne mettoit les Points qui marquoient les Sons que sur les Lignes. Dans la suite on mit aussi ces points dans les espaces qui étoient entre ces lignes, et on reduisit le nombre de ces lignes à quatre, ce qui faisoit 9. degrez pour placer 9. Sons différens, les Chants de ce temps-là n'ayant gueres plus d'étenduë. Enfin comme on a donné dans la suite plus d'étenduë aux Chants, on a augmenté jusqu'à cinq le nombre des lignes (dont celle d'enbas est toûjours la premiere, et celle d'enhaut toûjours la cinquiéme,) ce qui fait onze degrez y compris les deux espaces qui sont au-dessous et au-dessus des cinq lignes, avec permission même d'y ajoûter encore, en cas de besoin de petites lignes hors d'oeuvre, si ces onze degrez ne sont pas suffisans pour exprimer tous les Sons d'une mélodie ou d'un Chant.

RIPIENO. au plurier Ripieni. Veut dire, REMPLI, Remplissage. C'est le nom que donnent les Italiens à ce que nous apellons les Parties du Grand Choeur, et par où ils les distinguent de celles du Petit Choeur. Mais il y a deux sortes de Ripieni, les uns ne disent précisement que le même Chant des Parties du Petit Choeur, et ne multiplient point par consequent, ny l'harmonie ny le nombre des Parties. Ce ne sont proprement que des extraits des Parties Recitantes, où l'on met des Pauses en la place des Recits, et l'on écrit seulement ce qui doit être chanté par tous les Musiciens ou Da Capella, et que l'on marque ordinairement par les mots Tutti, ou omnes, ou tous. Ces sortes de Ripieni sont ceux qu'on voit communement dans presques toutes les compositions, tant anciennes que modernes. Mais il y a une autre sorte de Ripieni qui sont bien meilleurs; ce sont ceux, qui multipliant les Parties doublent par consequent l'harmonie. Par exemple, on trouve souvent des Messes pour l'exécution desquelles deux Dessus avec une Basse et une Basse-Continuë suffisent en rigueur, même dans les endroits où ils chantent tous ensemble, parce que ces trois Parties sont disposées de maniere que l'harmonie ne laisse pas d'être complette. Mais pour une plus grande perfection on y ajoûte une Haute-Contre et une Taille et souvent même deux Violons dont le Chant est tout différent des trois parties necessaires, ce qui fait sept Parties différentes, qui rendent l'harmonie bien plus complette et plus pleine dans le temps que toutes les Voix doivent chanter ensemble. Or ce sont ces Parties ajoûtées qu'on devroit proprement apeller Ripieni, et dont l'usage commence à être fort frequent, sur tout dans les Musiques Italiennes.

RIPOSTA. C'est ce que nous avons expliqué aux mots REDITTA, FUGHA, et cetera. Voyez FUGHA.

[-116-] RIPRESA. Veut dire, REPRISE. C'est ainsi qu'on nomme en Italien et en François ce qu'on nomme en Latin Signum repetitionis, parce que la Reprise en Musique est proprement un Signe ou une Marque qu'il faut repeter quelque chose. C'est une invention de la paresse ou de l'avarice des hommes afin de s'exempter de la peine d'écrire deux fois de suite la même chose, ou pour épargner le papier. Quoyqu'il en soit, il y en a de deux sortes, sçavoir, Ripresa maggiore et minore, c'est à dire la grande et la petite Reprise.

La grande Reprise se marque ainsi [signum] ou ainsi [signum] et signifie qu'il faut repeter tout ce qui a été joüé ou chanté jusques là, si c'est le commencement d'une piece, ou tout ce qui a été joüé ou chanté depuis une pareille marque si c'est à la fin d'une piece; et ce qui se chante ainsi deux fois s'apelle une Reprise. On trouve ordinairement de ces signes vers le tiers ou environ des Gavottes, des Menuets, des Bourrées, des Courantes, et cetera et à la fin, parce que ces sortes de pieces doivent avoir deux Reprises qu'on joüe chacune deux fois. Il y en a qui veulent que lorsque la Reprise a des points des deux côtez comme cy-dessus elle suffit pour marquer la Repetition tant de ce qui la precede que de ce qui la suit; que lorsqu'elle a des points du côté gauche ainsi [signum] c'est pour la repetition de ce qui la precede; et lorsqu'elle a des points du côté droit ainsi [signum] c'est la Repetition de ce qui suit.

La petite Reprise est lorsqu'on ne reprend ou l'on ne repette que quelques unes des dernieres mesures d'une grande Reprise, on la marque ainsi [signum] ou ainsi [signum] au-dessus ou au dessous de la Notte par laquelle on doit commencer à repeter.

RISENTITO. Veut dire d'une maniere VIVE et Expressive, qui se fasse entendre ou ressentir, et cetera.

RISOLUTO. feminin Risoluta. Veut dire, RESOLU, ou Délié. C'est ce que nous apellons sauvé ou sauvée, en parlant des Dissonances qui se font par sincope, ou qui sont liées et qu'on délie ou sauve de la maniere que nous le dirons cy-dessous au mot sincope. Ainsi quand on dit La settima Resoluta con la sesta, con la quinta, con la tertia, et cetera cela veut dire, La septiéme sauvée, suivie ou déliée par la sixte la quinte ou la tierce et cetera. Dissonanze ben risolute, ce sont des Dissonances sauvées naturellement selon les bonnes regles, et cetera.

RISOLUTO CANONE. Voyez CANONE IN PARTITO.

RISOLUTIONE, en Latin Resolutio. C'est lorsqu'un Canon ou Fugue perpetuelle n'est pas chiuso ou in corpo; c'est à dire [-117-] lorsqu'il n'est pas écrit sur une même ligne ou Partie, mais que toutes les Voix qui doivent suivre la Guida ou premiere voix, sont écrites separement avec les Pauses, et dans le Ton qui convient à chacune, soit que cela se fasse en Partition ou en Parties separées, et cetera.

RISVEGLIATO. Veut dire, RÉVEILLÉ. Cela se met lorsque après avoir chanté languissamment ou comme en dormant, on doit tout d'un coup comme réveiller la mesure et le mouvement en les rendant plus vifs et plus gays, ce qui dépend de la prudence du Compositeur on du Conducteur d'un Concert, qui doit avoir égard en cela aux différentes expressions que demandent ou le sujet ou les Paroles.

RITORNANTE. CONDUCIMENTO RITORNANTE. Voyez USO.

RITORNELLO. Veut proprement dire un PETIT RETOUR, ou une courte Repetition, telle que le seroit celle d'un Echo, ou des derniers Sons d'un Chant, sur tout quand cette repetition se fait après les Voix par un, deux, ou plusieurs Instrumens, mais l'usage a étendu ce terme non seulement à toutes les Simphonies qui repettent ce que les Voix ont chanté, mais aussi aux Preludes, ou à ces courtes Simphonies qu'on joüe avant que les Voix commencent et qui servent comme d'introduction et de preparation à ce qui va suivre, sur tout si ces Simphonies sont des Trio à Violons ou à Flûtes seules, et cetera. On trouve souvent dans les Partitions des Italiens les Ritournelles marquées par ces mots Si suona, pour marquer que l'Orgue ou le Clavessin doivent repeter ce que la Voix vient de chanter, et cetera.

RIVOLGIMENTO. Veut proprement dire RENVERSEMENT. Ainsi, Il rivolgimento delle Parti. C'est quand on met le Dessus ou la Partie superieure en la place de la Basse ou de la Partie inferieure. C'est ce qui arrive souvent dans les Contrepoints doubles, ou le Dessus sert de Basse, tandis qu'en même temps la Basse de ce même Dessus luy sert de Dessus; et tout cela de maniere que l'harmonie quoy que différente soit neanmoins aussi correcte après ce renversement, que lorsque les Parties étoient dans leur ordre naturel.

RIVOLTARE. Veut dire, RENVERSER. C'est à dire faire ce Renversement dans l'harmonie et dans les Parties dont nous venons de parler. Ainsi Canto Rivoltato, c'est un Dessus Renversé, qui après avoir servi de Dessus sert de Basse. Basso Rivoltato, c'est une Basse, qui après avoir servi de Basse sert de Dessus, et cetera. C'est en ce sens qu'on trouve souvent ces mots dans les Auteurs. La Sesta Rivoltata diviene Settima, et cetera. La Sixte renversée devient Septiéme, et cetera. Ce Renversement se [-118-] <n>omme aussi Al, ou per Roverscio. En voicy un exemple.

[Brossard, Dictionnaire, 118; text: ALTO. Per Drito. BASSO. Basso Rivoltato. Al ou per Roverscio. Alto Rivoltato.] [BRODIC1 13GF]

Sçavoir maintenant comment il faut disposer les Parties de maniere que ce renversement ne gâte rien dans l'harmonie c'est un secret dont nous donnerons bien-tôt Dieu aydant un Traité en particulier, c'est pourquoy nous n'en parlerons pas davantage.

RIVOLTATO. Voyez RIVOLTARE

ROSTRUM instrument qui sert à regler soi-même du papier pour la Musique; on en fait de une, deux, trois, quatre et cinq portées.

ROTONDO. Veut dire, ROND. C'est ainsi que les Italiens [-119-] apellent le b mol, B Rotondo, b Rond à cause de sa figure, nommant, le [sqb] quarré b quadrato ou b quarré par la même raison.

ROVERSCIO. Al Roverscio, ou per Roverscio. Veut dire, A L'ENVERS, à la Renverse, Sans dessus dessous, et cetera. Voyez RIVOLGIMENTO cy-dessus et RIVOLTARE.

[Footnotes]

* [cf. p.3] Ce Prodromus Musicalis se trouve à Amsterdam chez Estienne Roger.

* [cf. p.5] * On Conseille à ceux qui n'ont que très peu ou point de connoissance de la Musique, de lire les Elemens ou Principes de Musique de Monsieur Loulié, avant que de lire ce Livre.


Return to the 18th-Century Filelist

Return to the TFM home page