TRAITÉS FRANÇAIS SUR LA MUSIQUE
School of Music
Indiana University
Bloomington, IN 47405
(phone: [812] 855-6889; Internet: pslemon@indiana.edu)

Data entry: Rika Asai
Checked by: David Schneider
Approved by: Peter Slemon

Fn and Ft: BOUDRO TEXT
Author: Bourgeois, Loys
Title: Le Droict Chemin de Musique
Source: Le Droict Chemin de Musiqve composé par Loys Bourgeois Auec la maniere de chanter les Pseaumes par vsage ou ruse, comme on cognoistra au 34. de nouueau mis en chant: et aussi le Cantique de Simeon (Geneue, 1550; reprint ed., Kassel: Bärenreiter, 1954).
Graphics: BOUDRO 01GF-BOUDRO 19GF

[-f.A1r-] LE DROICT CHEMIN DE MUSIQVE COMPOSÉ PAR LOYS Bourgeois

Auec la maniere de chanter les Pseaumes par vsage ou ruse, comme on cognoistra au 34. de nouueau mis en chant: et aussi le Cantique de Simeon.

PSEAVME IX.

Chantez en exultation

Au Dieu qui habite en Syon:

Noncez à gens de toutes guises

Ses oeuures grandes et exquises.

Imprimé à Geneue

Auec Priuilege, 1550.

[-f.A1v-] SYMON DV ROSIER

aux Lecteurs, Dizain.

Iadis (Lecteurs) l'art plaisant de Musique

A sommeillé, tout couuert d'ignorance:

Mais (grace à Dieu) ce Liuret authentique,

De son réueil nous donne l'asseurance.

Il monstre au doigt la claire cognoissance

D'y proceder, par aperte raison:

Raison passant (et sans comparaison)

L'instruction et mode coustumiere.

Lisez le donc, et (maugré tout blason)

Vous trouuerez la Musique en lumiere.

[-f.A2r-] LOYS BOVRGEOIS À Tovs Bons Chrestiens Amateurs de Musique Salut.

ATTENDV que par cy deuant il faloit employer la plusgrand'partie de son temps pour acquerir l'art de Musique en apprenant la Gamme, ie me suis efforcé de tout mon pouuoir, à trouuer le chemin plus aisé et plus court, par lequel (aydant Dieu) en brief on y pourra paruenir. Car en premier lieu, sans difficulté aucune on y comprendra la situation des notes, à les solfier et entonner, à cognoistre leurs valeurs, pauses, et poinctz selon les Signes plus vsités. Brief tout ce qui peut estre requis pour estre bien fondé en Musique et chanter sa partie y est contenu. Ie reserue à parler de la diuersité des tons, de quelques proportions inusitées de nostre temps, des Canons, ensemble de la composition de Musique, au liure que i'ay deliberé de faire touchant la maniere de iouer des instrumentz. Car pour le present ie ne pretend à autre fin qu'a bien donner à entendre les choses necessaires à chanter, le plus succinctement qu'il m'est possible. On pourra penser que ie vueille obsurcir la Musique quand ie parle d'abolir la Gamme, mais quand tout sera bien consideré, on cognoistra que ce que i'en fay est pour l'esclarcir: et que la Gamme (veu l'obscurité fascheuse qui y est) [-f.A2v-] est vn retardement et empéchement à ceux qui desireroint auoir bien tost la cognoissance dudict art. Car ie scay que plusieurs gens de bon esprit ont laissé d'apprendre à chanter de peur de la Gamme. Mais, puis que naturellement on contemple mieulx les choses qu'on voit à l'oeil, que celles, qu'il faut ymaginer en la phantaisie (comme on faict en apprenant la Gamme) et aussi que souuentesfois il aduient que ceux qui ont grand' affection en Musique desfaillent en quelques doigtz de la main, lesquelz seroint priués dudict art: qui m'accusera de presumption ou temerité si ie dy qu'on peut apprendre les commencementz de Musique en papier aussi bien que les autres sciences? Aussi ne les à on point ainsi apprins en la main (y contemplant les rongnes et cyrons) que depuis le Compot, et depuis qu'aucuns les y ont tant recommandés, disantz qu'en vain on pensoit apprendre à chanter sans la main. Mais s'ilz estoint de nostre temps ilz seroint donc bien esbahis quand ie leurs presenteroye ieunes gens et autres, qui iamais n'apprindrent leur Gamme, et qui toutesfoys chantent seurement et de bonne grace leur partie, et rendent raison de toutes les choses à ce appertenantes, en moins de temps beaucoup que on ne faisoit par cy deuant. Et si on veult dire que cela n'a pas engardé qu'il n'y ait eu de gentz expertz tenantz le chemin de la Gamme, ie le confesse: mais ce à esté à y employer autant de temps qu'à estre bon docteur en Medecine, ou en Loix. Et comme dit Ornitopach, il faloit qu'ilz y fussent [-f.A3r-] dez leur enfance s'addonnantz du tout à cela. Au reste pource que plusieurs desirent scauoir chanter les Pseaumes par ruse et coustume, i'en donne à la fin quelque enseignement. Non pas qu'on en sceust bonnement donner reigles certaines, d'autant qu'on ne peut monstrer en general où sont les tons et les demi tons, à cause que la clef change tant souuent de reigle, ce neantmoins ie baille quelque adresse qui pourra ayder au naturel. Parquoy (amys lecteurs) receuez ce mien labeur de telle affection comme ie desire qu'il vous profite: vous priant que s'il merite grace et faueur enuers vous, que non à moy mais à Dieu seul en donniez toute louange et gloire, comme à celuy dont toutes bonnes choses nous viennent.

[-f.A3v-] Table de ce present Liure.

Chapitre 1. Des fondementz de Musique.

Chapitre 2. De entonner.

Chapitre 3. Des notes, pauses, poinctz, et signes.

Chapitre 4. De Tripla.

Chapitre 5. De Sesquialtera et hemiolia.

Chapitre 6. Du tacte et de la mesure.

Chapitre 7. De mode mineur.

Chapitre 8. De prolation.

Chapitre 9. Des proportions.

Chapitre 10. De entrelaceure, et de la maniere de chanter les demiminimes.

Chapitre 11. De chanter le Texte, et du vray vsage de Musique.

Chapitre 12. De chanter les Pseaumes, par ruse et coustume.

[-f.A4r-] Chapitre premier. Des fondementz de Musique.

POVR entrer en la matiere de ce present liure, il faut entendre qu'on se sert en Musique de ces sept letres ainsi, f, g, a, b, rond (et quarré [sqb]) c, d, e. Et de ces six syllabes ou voix, vt, re, mi, fa, sol, la. vt, re, mi, sont propres à monter haut: et la, sol, fa, à descendre bas. Les letres ne seruent qu'à garder quelque ordre entre les syllabes, et à les conioindre ensemble, les propres à monter auec les propres à descendre: á fin que d'vn lieu on puisse monter et descendre quand on voudra. Les syllabes s'appellent voix, à cause qu'elles sont chantées de la voix, et qu'elles seruent à la conduire en montant et descendant C'est pourquoy aucuns ont appellé vt, re, mi, fa, sol, la, deduction. On doibt conioindre les letres et les syllabes ensemble ainsi: f, vt, fa: g, re, sol, vt: a, mi, la, re: b fa, [sqb] mi: c sol, vt, fa: d, la, re, sol: e, mi, la. Et nonobstant que cela semble estrange du premier coup à ceux qui se sont gouuernés selon la Gamme, si est ce qu'en la parfin on le trouuera beaucoup plus naturel et aisé (pour scauoir promptement la situation des notes, et les solfier) qu'ainsi qu'elles estoint brouilleés. f fa, vt. g sol, re, vt. a la, mi, re. b fa, [sqb] mi. c sol, fa, vt. d la, sol, re. e la, mi. Toutesfois si quelqvn se vouloit trop opiniastrer là dessus, qu'il le die ainsi qu'il voudra: quant à moy, i'en parle selon l'art et pour le profit de ceux qui voudront apprendre. Et à fin d'elire le meilleur, ie les mettray en deux manieres, auec reigles et espaces, comme on les trouue en Musique, en forme d'eschelle comme il sensuit.

[-f.A4v-] Eschelle generale,

[Bourgeois, Le Droict, f.A4v; text: vt, re, mi, fa, sol, la, a, b, c, d, e, f, g, Le haut, Le moyen, Le bas, neutre, bmol, [sqb] dur] [BOUDRO 01GF]

[-f.A5r-] Eschelle generale.

[Bourgeois, Le Droict, f.A5r; text: vt, re, mi, fa, sol, la, a, b, c, d, e, f, g, Le haut, Le moyen, Le bas. neutre, bmol, [sqb] dur] [BOUDRO 02GF]

[-f.A5v-] Pour outrepasser l'eschelle generale en montant.

SI en quelque cantique on trouue vne reigle dessus e, mi, la, le haut, elle se doibt appeller f, vt, fa le plus haut: on y pourra dire vt et fa, aussi bien qu'es autres f, vt, fa. l'espace dessus s'appellera g, re, sol, vt, le plus haut: on y pourra dire, re, sol et vt, comme es autres g, re, sol, vt. et ainsi consequemment des autres degrez dessus.

Pour l'outrepasser en descendant.

Pareillement si on trouue vne reigle dessoubz f, vt, fa, le bas, elle se doibt appeller e, mi, la, le plus bas. On y pourra aussi bien dire mi et la, comme es autres e, mi, la. L'espace dessoubz s'appellera d, la, re, sol, le plus bas: on y pourra dire la, re et sol, aussi bien qu'es autres d, la, re, sol. et ainsi consequemment des autres degrez dessoubz.

Des troys clefz.

IL y a troys clefz tousiours en reigle (comme nous auons veu cy dessus) qui font cognoistre la situation des notes: ascauoir f, vt, fa, le moyen [ClefF] c, sol, vt, fa, le moyen [ClefC]: et g, re, sol, vt, le haut [ClefG]

Des troys chantz.

IL y a aussi troys chantz, l'vn de b mol, l'autre de [sqb] dur, et l'autre neutre. En chantant par b mol, il faut dire vt, en f. re, en g. mi, en a. fa, en b. sol, en c. et la, en d. En chantant par [sqb] dur, il faut dire vt, en g. re, en a. mi, en [sqb]. fa, en c. sol, en d. et la en e. Et en chantant de neutre, il faut dire vt, en c. re, en d. mi, en e. fa, en f. sol, en g. et la, en a.

[-f.A6r-] Pourquoy ce b, s'appelle mol: et cestuici [sqb] dur.

C'est à bon droict que le b, rond est appellé mol, ascauoir pour ce qu'il emporte fa, et que de a mi, la, re, en b fa, [sqb] mi, chantant par b mol, il n'y faut qu'vn demiton, en y feignant et amolissant la voix. Et que le [sqb] quarré est appellé dur au regard de l'autre à cause qu'il emporte mi, et que de a, mi, la, re, en b, fa, [sqb] mi, chantant par [sqb] dur (ou comme ilz disent par becarre) il y faut vn ton, sans y feindre n'amolir la voix, comme on verra en l'exemple suyuant.

Du chant neutre, et des muances.

L'autre chant s'appelle neutre (qu'on appelle nature) pource qu'en chantant par b mol, ou par [sqb] dur on s'en peut tousiours aider pour outrepasser leurs limites, tant en montant qu'en descendant en faisant muance: c'est à dire en changeant le nom d'vne voix à l'autre. Comme pour monter plus haut que le chant de b mol, ou [sqb] dur, en lieu d'appeller vne note sol, ou fa, en c, il la faudra appeller vt. Aussi pour descendre plus bas que le chant de b mol ou [sqb] dur, en lieu d'appeller vne note mi, ou re, en a, il la faudra appeller la. Puis pour retourner du chant neutre au chant de b mol en montant, il faudra muer le fa, de f en vt, et du chant neutre au chant de [sqb] dur, il faudra muer le sol de g, en vt. Semblablement pour retourner du chant neutre au chant de b mol en descendant, il faudra muer le re de d, en la, et du chant neutre au chant de [sqb] dur, il faudra muer le mi de e, en la. Apres vt, il s'entend qu'il faut dire re, mi, et cetera et apres la: sol, fa, et cetera comme on peut veoir en l'eschelle generale et en l'exemple suyuant.

[-f.A6v-] Nicolaus Volich.

Harmonicus suaui resonat qui gutture cantus, Treis genus in species scindere iure solet: b mollis, neuter, [sqb] durus, tertius adsit, et cetera.

[Bourgeois, Le Droict, f.A6v; text: vt, re, mi, fa, sol, la, a, b, c, d, e, f, g, chant de b mol, chant neutre, chant de [sqb] dur] [BOUDRO 03GF]

C'est a dire que la Musique est diuisée en troy: chantz, ascauoir b mol, neutre, et [sqb] dur, comme nous auons dict cy dessus.

[-f.A7r-] Pour cognoistre quand il faudra chanter par b mol ou par [sqb] dur.

Ce vous sera vn signe qu'il faudra chanter par b mol, quand dez le commencement de vostre cantique il y aura vn b, rond en bfa [sqb] mi: et s il n'y a point de b rond, ce sera signe qu'il faudra chanter par [sqb] dur, suppliant (ou escriuant) vn [sqb] quarré audict bfa [sqb] mi. Car tout b fa [sqb] mi doit estre representé par vn b, rond, ou [sqb] quarré, comme la principale adresse que nous ayons pour solfier promptement: veu que c'est vn aussi grand auantage d'apperceuoir de prime face mi, que denote le [sqb] quarré: comme d'apperceuoir fa, que denote le b, rond. Aussi ont ilz esté inuentés des anciens à ceste fin. Outre plus, dessus fa, ou mi, en b fa [sqb] mi, on peut dire vt de neutre pour monter bien haut, et dessoubz, la aussi de neutre pour descendre bien bas. Ce qui est incertain quand mesmes on ne scait où est bfa, [sqb] mi.

De l'abus des muances.

Depuis peu de temps en ca, on a abusé des muances, car on a laissé de dire vt en montant pour dire re, ce qui ne se doibt faire: veu que ce seroit folie de dire qu'en f, g, et c, il eust vt, sinon qu'on le print. aussi bien en montant comme on prend la en e, d et a, en descendant. Ce que ie pense que m'accordera toute personne de bon iugement. Car puis qu'il n'est besoing que changer le nom d'vne voix à l'autre en faisant muance, il sera aussi aisé de dire vt en lieu de fa ou sol, que re en lieu de sol ou la. D'auantage nous scauons qu'on doibt tenir vn mesme ordre en montant qu en descendant. Or si en descendant on dit [-f.A7v-] la, sol, fa, mi, re, vt: pourquoy en montant ne dira on vt, re, mi, fa, sol, la? et non fa, re, mi, fa, sol, la: ou sol, re, mi, fa, sol, la. Toutes lesquelles muances ie marqueray de cecy [-->] pour iuger lesquelles seront plus propres et naturelles comme il sensuit.

Comment on fait les muances de nostre temps.

[Bourgeois, Le Droict, f.A7v; text: vt, re, mi, fa, sol, la, en descendant, en montant] [BOUDRO 04GF]

[-f.A8r <recte f.B8r>-] aucunesfois. (d) La breue y doibt valoir six minimes, sinon qu'il luy en faille adioindre quelque vne ou sa pause (ou aucunesfois deux) qu'elle aura deuant soy, ou apres: et alors elle n'en vaudra que cinq ou quatre, selon que la mesure le requerra. Si elle est noire, elle n'en vaudra que quatre. La breue blanche ayant le poinct d'augmentation, vaudra neuf minimes. La longue blanche, y vaudra douze minimes: et si elle est noire, elle n'en vaudra que huict. (e) La pause de demibreue vaudra troys minimes. La pause de breue en vaudra six, et cetera. Les demiminimes auec demibreues noires, se doiuent appeller minimes noires: car elles doiuent estre estimées blanches. (f) Si on y trouue quelque minime auec vn crochet, ce sera vne demiminime: si elle a deux crochetz, ce sera vne fuse, comme la resolution de dessoubz l'enseignera. Les nombres monstreront combien les notes et pauses vaudront de minimes: comme il sensuit.

[Bourgeois, Le Droict, A8r <recte f.B8r>; text: 2, 3, a, b, c] [BOUDRO 05GF]

[-f.A8v-] CHAPITRE II. De entonner.

POVR entonner vt, re, mi, fa, sol, la: et, la, sol, fa, mi, re, vt: il faut tousiours eleuer ou abeiser la voix egalement: c'est à dire monter et descendre de ton en ton, excepté de mi à fa, et de fa à mi: car il n'y faut qu'vn demi ton. Pareillement de la à fa, en montant, et de fa à la en descendant. Car s'il ne faut monter que d'vn degré dessus la, la note qui sera dessus, se pourra appeller fa (encore qu'il n'y ait point de b pour le signifier) sans vser de muance: l'entonnant en demi ton, comme de mi à fa, et de fa à mi. Apres cela il faut apprendre à entonner par tierces, quartes, quintes: et cetera tant en montant qu'en descendant, en ceste maniere: vt, re, mi; vt, mi: mi, re, vt; mi, vt: et ainsi des autres tierces. vt, re, mi, fa; vt, fa: fa, mi, re, vt; fa, vt: et ainsi des autres quartes. vt, re, mi, fa, sol; vt, sol: sol, fa, mi, re, vt; sol, vt: et cetera. Cela faict, il se faudra vsiter à faire le semblable par muances: comme le tout est contenu en l'eschelle generale.

Exceptions quant à entonner.

Quand il y aura vn b, en vn mi, comme en e mi-la, à mi, la, re, et b fa, [sqb] mi chantant par [sqb] dur, ce sera pour aduertir que le dict mi se pourra appeller fa (qu'on dict par feincte) l'entonnant en demi ton en montant, et en ton en descendant. Cela n'aduient gueres en à, mi, la, re. Touchant de b fa [sqb] mi, si on voit qu'il faille souuent feindre le mi, on aura meilleur compte de changer le chant de [sqb] dur en celuy de b mol, selon qu'on cognoistra estre le plus aisé et expedient. Les anciens ont voulu que quand il faudroit [-f.B1r-] trop souuent feindre le mi en e, qu'on y dist hardiment fa, puis en f, sol: en g, la: en d, mi: en c, re: et en b, vt: contre les reigles susdictes. Lequel chant ilz ont appellé chant feinct. Et est prins en lieu du neutre, sans contreuenir aucunement au chant de bmol, auec lequel il est tousiours. Semblablement plusieurs cadences de dessus entieres (qui se peuuent rencontrer en toutes parties) comme, la, sol, la, sol, fa, sol. et re, vt, re: ou aucunesfois rompues, comme la, sol: sol, fa: et re, vt: doiuent estre entonnées en demiton. I'ay dy notamment plusieurs cadences, car cela ne se doibt pas tousiours faire. Pareillement la, sol, la: ou mi, re, mi: de a, mi, la, re, en g, re, sol vt, chantant par bmol, et la, sol, la: ou mi, re, mi, de e mi, la, en d la, re, sol, doiuent estre entonnées de ton en ton, comme si ce n'estoit point cadence. Et pource qu'il est difficile à cognoistre à ceux qui apprennent quand cela se doibt faire ou non, il seroit de besoing que les Musiciens marquassent les notes qu'il faudra soustenir et susleuer de cecy [x]. Car toute note en descendant marquée dudict signe, doibt estre entonnée demiton moins bas que de coustume: et toute note tendant en haut, demiton plus que de coustume. On le met indifferemment dessus ou dessoubz la note, selon qu'il vient le mieux à point. Quand anciennement on vouloit signifier qu'il faloit tousiours dire mi, en b fa, [sqb] mi (chantant par [sqb] dur) pour quelque chose qu il y aduint, en lieu du [sqb] quarré il y mettoint ledict signe. Ce que ie desireroye estre aux dessus des Pseaumes Le fol maling, et Propos exquis de nostre premier liure des vingt et quatre Pseau. On vse de demiton pour auoir plus doulce [-f.B1v-] melodie. Et àfin que chacune voix ou note puisse auoir dessus et dessoubz soy son harmonie: ce'st a dire vn accord melodieux, composé de diuers sons, comme de tierces, quintes, sextes, octaues, et cetera. Ce qui ne se pourroit faire autrement.

Pour entonner.

[Bourgeois, Le Droict, f.B1v; text: (ordinairement), (les cadences), (par feinte), vt, re, mi, fa, sol, la, cadence, b, c, d, e, f, g] [BOUDRO 05GF]

[-f.B2r-] Petitz aduertissementz, qu'on rencontre en Musique.

Il faudra chanter deux fois ce qui sera deuant cecy [signum] (qu'on appelle repetition) et deux fois ce qui sera apres l'vn de ceux cy [signum] depuis la note ou pause, sus ou soubz laquelle il seront, iusqu'à la fin du Cantique.

Guidon ainsi [signum] ou ainsi [signum] est pour monstrer en quelle reigle ou espace on doibt trouuer la note suyuante. Poinct de conuenance ainsi [CBd] ou ainsi [CTd] auquel on se doibt arrester pour quelque temps.

CHAPITRE III. Des notes, pauses, et signes.

Notes sont marques de resonnance, et les pauses de silence. Il y a de huict sortes de notes: ascauoir Maxime, longue, breue, demibreue, minime, demiminime, fuse, et demifuse. comme on les verra cy dessoubz. La pause de maxime, sont deux bastons comprenantz chacun troys reigles, et deux espaces. La pause de longue, est vn mesme baston, comprenant troys reigles et deux espaces, et cetera. La pause de fuse et de demifuse ne seruent qu'aux instrumentz de Musique. Les pauses seront dessoubz les notes, en l'exemple suyuant. Les signes donnent valeur aux notes, à leurs pauses et poincts d'augmentation. En ceux cy [C,Cdim,C2,CL] La maxime y vaudra deux longues. La longue, deux breues. La breue, deux demibreues. La demibreue, deux minimes, et cetera comme il sensuit.

[-f.B2v-] [Bourgeois, Le Droict, f.B2v; text: NOTES. Maxime. Longue. Breue. Demibreue, Pauses. Minime. Demiminime. Fuse. Demifuse.] [BOUDRO 06GF]

De ce temps cy, nous appellons la pause de minime souspir, et de deminime demi souspir, pource qu'en chantant selon ces signes [Cdim,C2,CL] on les pause presque comme en souspirant.

De la difference des signes.

Il est bien vray, qu'en chacun des signes susdictz, vne maxime vaut deux longues, vne longue deux breues, et cetera comme nous auons monstré: toutesfois [-f.B3r-] il y a grand difference entre cestuy cy [C] et ces trois cy [Cdim,C2,CL] [Nota bene in marg.] car vne note ou pause vaudra autant au premier que deux es autres. C'est pourquoy Sebalde Heyden au chapitre 3 du deuxiesme liure l'appelle entier: et les autres diminués, ou de proportion dupla, comme on peut icy veoir.

[Bourgeois, Le Droict, f.B3r] [BOUDRO 06GF]

Il sera parlé de proportion au chapitre 9.

Du poinct d'augmentation.

Le poinct d'augmentation est mis indifferemment en reigle, ou espace, et pres de sa note, pource qu'il veult estre chanté auec elle. Il est ainsi appellé, à cause que s il est auec vne maxime, il l'augmentera d'vne longue: S'il est auccvne longu, [-f.B3v-] il l'augmentera d'vne breue, et cetera. La breue et la demibreue noires és signes precedentz, perdent chacune la quarte partie de leur valeur. Elles seront aucunesfois marquées du nombre de troys. Souuentesfois vne breue et vne demibreue noires ne vaudront nonplus que deux demibreues blanches, ou la valeur, comme la resolution de dessoubz le monstrera.

[Bourgeois, Le Droict, f.B3v; text: Resolution.] [BOUDRO 07GF]

On met le poinct d'augmentation en lieu d'vne note, pour ce qu'il ne contient pas tant de lieu, et qu'il vaut autant toutesfois. Comme le poinct de maxime ne tient pas tant de place, qu'vne longue, et si vaut autant. Le poinct de longue n'occupe pas tant de lieu, quv'ne breue: et neantmoins il vaut autant, et cetera. Il le faut chanter de la mesme alaine (si'l est possible) de la note qu'il augmente.

[-f.B4r-] Des Ligatures.

Les quatre premieres notes, ascauoir maxime, longue, breue, et demibreue, peuuent estre liés les vnes auec les autres en quarré et oblique: c'estadire de trauers, excepté la maxime qui est tousiours en quarré.

Des premieres notes de la ligature.

La premiere note quarrée, sans queuë, estant liée, est longue: pourueu que sa suyuante pende en bas: car si elle tend enhaut, elle sera breue.

[Ian Frosch, au quinziesme chapitre. Sebald Heyden, au sixiesme chapitre du premier liure. in marg.]

Le premier bout de la note oblique, et sans queuë, est tousiours longue. Toute premiere note liée, ayant la queuë au coste gauche pendente en bas, est breue: et si elle tend en haut, elle sera demibreue, et sa suyuante aussi. Car vne seule demibreue ne peut entrer en ligature.

De celles du milieu.

Les autres notes qui seront entre la premiere, et la derniere de la ligature, seront breues, sinon qu'on y rencontre quelque maxime: car elle se peut trouuer au commencement, au milieu et à la fin de la ligature. Mais elle sera aisée à cognoistre, à cause de sa grosseur.

Des dernieres de la ligature.

La derniere note quarrée pendente en bas, est longue, et si elle tend en haut, elle sera breue. Le dernier bout de la note oblique est tousiours breue. Notez que le milieu de la ligature oblique, n'est point comptè pour note, car il n'y a que les [-f.B4v-] deux boutz qui seruent. La note qui aura la queuë au coste droit, sera maxime, ou longue. Si on trouue deux notes l'vne sur l'autre, celle de dessoubz sera maxime ou longue si elle ha queuë, et si elle n'en ha point, elle sera breue. Celle de dessus sera tousiours maxime ou longue. La note de dessoubz se doibt premierement chanter que celle de dessus. Ie marqueray la maxime de m, la longue de l, la breue de b, et la demibreue de d, dessoubz les notes, pour soulager ceux qui apprenent: comme il sensuit.

[Bourgeois, Le Droict, f.B4v; text: l, m, b, toutes demibreues] [BOUDRO 07GF]

[-f.B5r-] [Bourgeois, Le Droict, f.B5r; text: l, m, b, d] [BOUDRO 08GF]

CHAPITRE IIII.

Tripla proportion est encore plus diminuée que dupla, car trois demibreues (ou aucunesfois trois minimes) n'y doiuent nonplus valoir, qu'vne demibreue en [C]. Elle est signifiée ainsi [Odim3 Cdim3]: car les deux signifient vne mesme chose: sinon que pour garder proprieté, cestuicy [Odim3] doibt succeder et estre opposé à [Odim]. et [Cdim3] à [Cdim] et à ses semblables. Aucunesfois on la trouuera ainsi [O/3,C/3] ou ainsi [O3/1,C3/1]

[-f.B5v-] Il y a de deux manieres de tripla: l'vne est composée de plus grosses notes que l'autre. Celle qui est composée de plus grosses notes (comme de breues, demibreues. et cetera) s'appelle Tripla de temps, pour ce qu'elle reçoit tout ce que temps perfect, ainsi [O] ou ainsi [Odim] peut receuoir, comme perfection de breue, alteration de demibreue, et cetera l'autre qui est composée de demibreues, minimes, et cetera s'appelle tripla de prolation: à cause que trois minimes y valent autant que trois demibreues en l'autre, et qu'elle reçoit tout ce que prolation maieur ainsi [Cd] peut receuoir comme nous verrons cy apres. A cause de cela, aucuns appellent tripla de temps, tripla mineur; et tripla de prolation, tripla maieur.

De tripla de temps.

En tripla de temps, la breue y peut estre perfecte: c'estadire qu'elle y pourra valoir troys demibreues, mesmes sans le poinct d'augmentation (a) sinon qu'il luy faille adioindre (par contreinte de mesure ou d'vn poinct) quelque petite note ou pause, qu'elle aura deuant soy ou apres: car alors elle sera imperfecte: c'estadire qu elle n'en vaudra plus que deux, comme si elle estoit noire. (b) Quant a la mesure, il en sera cy apres parlé. La breue ne laissera pas d'estre perfecte encore qu'elle ait apres soy quelques petites notes ou pauses: moyennant qu'elles puissent faire vne mesure à part. Pareillement elle sera perfecte, si elle ha apres soy deux pauses de demibreue en vne mesme reigle: sinon que le poinct de diuision se presente entre les deux pauses, pour les departir l'vne deça et l'autre dela: [-f.B6r-] ou qu'elles ne soint pas en vne mesme reigle: <car> alors elle sera imperfecte. (c) La seconde demibreue (soit en ligature ou non) d'entre deux breues, ou leurs pauses, ou d'apres le poinct d'alteration, y doibt estre alterée: c'estadire, doublée de valeur: comme pour vne y en entendre deux. Elle sera aucunesfoys alterée, sans estre entre deux breues ou leurs pauses ne sans le poinct d'alteration, ascauoir par contreinte de mesure. (d) Le mesme poinct l'en engardera aucunesfois: c'est pourquoy il est tantost appellé poinct d'alteration, et tantost de diuision. Il est mis plus loing des notes que cil d'augmentation, à cause qu'il ne le faut iamais chanter. La seconde demibreue en longue ligature est tousiours alterée, pour veu qu'elle soit blanche. (e) La longue blanche y vaudra six demibreues, sinon que quelque petite note ou pause qu'elle aura deuant soy, ou apres (laquelle il luy faudra adioindre) l'en detourbe: car alors elle n'en vaudra que cinq, ou quatre, selon que la mesure le requerra. Si elle est noire, elle n'en vaudra que quatre. Estant blanche, et auec le poinct d'augmentation elle en vaudra neuf. La maxime blanche y doibt valoir douze demibreues. Si elle est noire elle n'en vaudra que huict. (f) La pause de breue, vaudra troys demibreues. La pause de longue, en vaudra six, et cetera. Aucuns veulent que la pause de demibreue altere comme la demibreue: mais à cause que cela ne se doibt faire, ie m'en deporteray. Les demibreues noires (et aucunesfois les minimes) accompaignées de Breues noires, le plussouuent [-f.B6v-] ne perdent rien de leurs valeurs: comme la resolution de dessoubz le monstrera. (g)

Si on y rencontre trois minimes ou la valeur, ayantz le nombre de trois dessoubz, ce sera pour aduertir de chanter aussi tost les troys minimes, qu'auparauant deux: comme nous dirons en parlant de Sesquialtera. La breue noire y pourra bien auoir aucunesfois le nombre de trois dessoubz: mais ce sera pour signifier qu'elle ne vaudra que trois minimes: comme il à este dict au chapitre precedent. (h) On cognoistra facilement combien les notes et pauses vaudront de demibreues par les nombres qui seront dessoubz, comme il sensuit.

[Bourgeois, Le Droict, f.B6v; text: a, b, c, d, e, f, 2, 3, 4] [BOUDRO 08GF]

[-f.B7r-] [Bourgeois, Le Droict, f.B7r; text: g, h, 2, 3, 4, 6, 8, 9, 12, vne mesure. Resolution.] [BOUDRO 09GF]

De temps perfect, et imperfect.

Toutes les reigles, et aussi l'exemple de tripla proportion, pourront seruir à ces deux signes [O,Odim] desquelz i'eusse traicté premierement que de tripla, n'eust esté qu ilz ne sont pas bonnement si vsités pour le present que tripla: comme ilz pourront bien estre d'orennauant. La breue y sera perfecte, la demibreue alterée, et cetera soubz telles conditions qu'il à lá esté dict.

La premier s appelle temps perfect entier, et l'autre [-f.B7v-] Temps perfect diminué, ou de proportion dupla: pource qu'vne note ou pause vaut autant au premier, que deux en l'autre, comme nous auons veu au chapitre 2. Ilz s'appellent temps, à cause que leur regard principal est sur la breue (que les anciens appelloint temps) à la rendre perfecte, mesmes sans le poinct d'augmentation, comme en tripla. Quand on trouuera deux pauses de demibreue pres l'vne de l'autre, et en vne mesme reigle: ou troys breues noires, c'est vn vray signe de temps perfect.

Chacun de ceux cy [C,Cdim,C2,CL] s'appelle temps imperfect, pource que la breue n'y peut estre [Nota bene in marg.] perfecte, sans le poinct d'augmentation. Perfection en musique, s'entend de trois: et imperfection de deux.

De tripla de Prolation.

Tripla de Prolation est le plussouuent signifiée ainsi [C3] ou ainsi [Cdim3] comme tripla de temps. La demibreue y pourra valoir troys minimes, sans le poinct d'augmentation (a) sinon qu'il luy faille adioindre (par contreinte de mesure, ou d'vn poinct) quelque minime ou la valeur, qu'elle aura deuant soy ou apres. Car lors elle n'en vaudra que deux, comme si elle estoit noire. (b) Mais s'il y en a deux ou troys qui puissent faire vne mesure a part, elle ne laissera pas d'estre perfecte. (c) La seconde minime d'entre deux demibreues, ou leurs pauses, ou d'apres le poinct d'alteration, y est alterée. Le poinct de diuision l'en engarder:

[-f.B8r <recte f.C8r>-]supporter ceux qui apprennent, ie partiray les notes entrelacées, afin que l'vn soit mieux entendu par l'autre, comme il sensuit.

[Bourgeois, Le Droict, f.B8r <recte f.C8r>; text: Entrelaceure. Partition.] [BOUDRO 09GF]

De chanter les demiminimes.

La maniere de bien chanter les demiminimes en ces signes diminués [Odim,Cdim,O2/1,C2/1,O2,C2] est de les chanter comme de deux en deux, demourant quelque peu de temps d auantage sur la premiere, que sur la seconde: comme si la premiere auoit vn poinct, et que la seconde fust vne fuse. A cause que la premiere est vn accord, et que la seconde est le plussouuent vn discord, ou (comme on dit) vn faux accord. Car les Musiciens ont telle liberté en leur composition. A cause aussi qu'elles ont meilleure grace à les chanter ainsi que ie dy, que toutes egales, comme il sensuit.

[-f.B8v-] [Bourgeois, Le Droict, f.B8v; text: d, e, f, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 9, 12, vne mesure. Resolution.] [BOUDRO 10GF]

[-f.C1r-] Toute proportion tripla deuroit auoir le nombre de vn dessoubz celuy de troys, comme on l escriuoit anciennement ainsi [3/1]. Le nombre de dessus demonstre les notes:

et celuy de dessoubz le tacte. Pour signifier que trois demibreues, ou trois minimes, n'y vaudront qu'vn tacte. On la peut trouuer enuiron le milieu. ou vers la fin d'vn Cantique, signifiée seulement du nombre de trois ainsi [3]. Nous parlerons cy apres du tacte. Il faut noter que si apres la tripla il suruient quelque autre signe, il faudra cesser la tripla, et chanter selon le signe.

CHAPITRE V.

Il y a vne autre proportion qui ressemble à tripla (quant à perfection, alteration, et cetera) qu on appelle Sesquialtera. Elle est signifiée ainsi

[Bourgeois, Le Droict, f.C1r; text: ou ainsi] [BOUDRO 11GF]

Il y en a de temps et de prolation, comme de tripla. Sesquialtera de temps ha semblable vertu que tripla de temps: et celle de prolation, que tripla de prolation. Toutesfois il y a difference entre tripla et sesquialtera: c'est qu'en tripla trois demibreues (ou trois minimes) sont limitées à vn tacte: et sesquialtera ne doit auoir autre regard qu'a faire chanter aussi tost trois notes que deux (comme les nombres le monstrent) à quelque signe qu'elle soit opposée ou duquel on auroit la chanté. On la rencontrera aucunesfois sans cercle ne demi, ainsi 3/2 ou (par negligence) seulement ainsi 3

L'exemple suyuant monstrera comment [-f.C1v-] on pourra resouldre et chanter Sesquialtera.

[Bourgeois, Le Droict, f.C1v; text: Sesquialtera de temps. Resolution. Sesquialtera de prolation.] [BOUDRO 11GF]

De hemiolia.

Hemiolia est vne assemblée de notes noires. Elle est aussi appellée trois pour deux, pource que trois demibreues ou trois minimes noires y doiuent estre aussi tost chantées que seroint deux blanches au signe qui presidera, ou auquel elle est opposée. Il y a de deux manieres de hemiolia. L'vne est composée [-f.C2r-] de plus grosses notes que l'autre. Celle qui est composée de plus grosses notes (comme de breues, demibreues et cetera) s'appelle hemiolia de temps. Et l'autre, qui est composée de demibreues, minimes et cetera s'appelle hemiolia de prolation. Les demiminimes y doiuent estre estimées et appellées minimes noires: et les fuses, demiminimes. On y trouuera aucunesfois le nombre de trois, soubz les notes: pour mieux exprimer que trois doiuent estre aussi tost chantées que deux, comme nous auons dict: toutesfois quand il n'y seroit point, on s'en passeroit bien. Si on y rencontre quelques notes blanches parmy, on les doit chanter selon le signe qui dominera. Les pauses n'y doiuent rien perdre de leur valeur: toutesfois en hemiolia de temps, la pause de demibreue y perdra aucunesfois quelque peu de sa valeur, et en hemiolia de prolation la pause de minime y perdra le semblable: comme on cognoistra par la resolution.

[Bourgeois, Le Droict, f.C2r; text: Hemiolia de Temps] [BOUDRO 12GF]

[-f.C2v-] [Bourgeois, Le Droict, f.C2v; text: Resolution. Hemiolia de Prolation.] [BOUDRO 12GF]

[-f.C3r-] Aucuns mettent en hemiolia le poinct de diuision entre deux demibreues ou deux minimes ainsi.

[Bourgeois, Le Droict, f.C3r] [BOUDRO 13GF]

Ce qui n'est pas approuué: car nous scauons que toute noirceur ou couleur est imperfecte, et par consequent il n'y peut auoir alteration ne diuision, comme on peut veoir en Heyden au cinquieme chapitre du deuxieme liure et en plusieurs autres. Ilz font cela, pour autant que la mesure ha quelque apparence de perfection à cause que les notes y doiuent estre comptées de trois en trois demibreues, ou minimes, ou la valeur, comme nous dirons tantost: toutesfois c'est contre l'art.

Du tacte CHAPITRE VI.

Toutes les notes, leurs pauses et poinctz d'augmentation doiuent estre reduictes à vn certain compas que nous appellons tacte. Tacte donques est en chantant comprendre les notes, leurs pauses et poinctz d augmentation soubz vn abesser ou frapper (du doigt ou autre chose) egal à vn leuer. Selon les anciens il ne faut que d vne maniere de tacte. (Heyden au cinquieme chapitre du premier liure) En temps entier perfect ou imperfect la demibreue y doit valoir vn tacte. Es signes diminués ou de proportion dupla, deux demibreues n'y doiuent valoir qu'vn tacte. En tripla de temps, trois [-f.C3v-] demibreues n'y doiuent valoir qu'vn tacte. En tripla de prolation, trois minimes y doiuent valoir vn tacte. Mais de nostre temps on la diminue le plussouuent de la moitie, prenant trois minimes en abessant et trois en leuant. Sesquialtera et hemiolia n'ont point le tacte limité. En tripla, Sesquialtera et hemiolia de temps, on tient communement le tacte de deux demibreues en abessant et d'vne en leuant. Et en tripla, sesquialtera et hemiolia de prolation, de deux minimes en abessant et d'vne en leuant: pour veu que lesdictes proportions ne soint opposées à d'autres signes. Et lon on l'appelle tacte proportionné.

De la mesure.

Mesure est nombrer (sans chanter qui voudra) les notes. leurs pauses et poinctz d'augmentation comme les signes le requierent: icy [O,Odim,Odim/3,Cdim/3] de trois en trois demibreues ou la valeur ce en ceux cy [C,Cdim,C/2,CL] de deux en deux. C'est pourquoy (improprement toutesfois) on prend mesure pour tacte essignes diminués: à cause dy ie que le tacte et la mesure y doiuent estre de deux en deux demibreues: et que si en chantant on y trouue le tacte, que la mesure y sera. En hemiolia de temps, les notes y doiuent estre mesurées ou comptées de trois en trois demibreues: et en hemiolia de prolation de trois en trois minimes ou la valeur. Ces deux signes [Odim,O/2] sont bien d'vn mesme vertu et signification quant au [-f.C4r-] tacte et à la mesure: mais en cestuicy [O/2] la breue n'y peut estre perfecte, ne la demibreue alterèe comme en l'autre. Heyden veult à bon droict que ces signes [O/2,C/2] ayent le nombre vn peu plus bas que le cercle ou demi cercle, à la difference des signes de mode mineur perfect et imperfect, qui les ont vis à vis.

CHAPITRE VII.

De mode mineur.

Ce signe [O2] (que vulgairement on appelle moeuf) se doit appeller mode mineur perfect. (Frosch au seizieme chapitre Listenius au quatrieme et tous les autres.) Il ha le regard sur la longue à la rendre perfecte, c'est ascauoir à la faire valoir trois breues sans le poinct d'augmentation (a) sinon que par contreincte il luy faille adioindre quelque petite note ou pause qu'elle aura deuant soy ou apres, car lors elle sera imperfecte et ne vaudra plus que deux breues comme si elle estoit noire. (b) La breue y vaudra deux demibreues, et si elle est alterée elle en vaudra quatre. Le seconde breue d'entre deux longues ou leurs pauses, ou d'apres le poinct d'alteration y est alterée. Le poinct de diuision l'en engardera aucunesfois. (c) La demibreue ou sa valeur y vaudra vn tacte. La maxime y doit valoir deux longues perfectes, qui valent douze tactes: sinon qu'on soit contreinct de luy adioindre quelque petite note ou pause qu'elle aura deuant soy ou apres, et alors elle n'en vaudra que dix ou [-f.C4v-] huict, selon que la mesure le requerra. Si elle est noire, elle n'en doit valoir que huict. (d) La pause de longue perfecte, y doit comprendre quatre reigles et trois espaces, et vaudra six tactes. La pause de longue imperfecte, n'y comprendra que trois reigles et deux espaces, et vaudra quatre tactes. La pause de breue, vaudra deux tactes.

La pause de demibreue, en vaudra vn, et cetera. Les breues noires (et aucunesfois les demibreues) accompaignées de longues noires ne doiuent rien perdre de leurs valeurs. (e) Les nombres monstrent combien les notes et pauses valent de tactes, comme icy.

[Bourgeois, Le Droict, f.C4v; text: a, b, c, d, 2, 4, 6, 8, 10, 12, vne mesure, qui vaut, tacte, Resolution] [BOUDRO 13GF]

[-f.C5r-] La musique y doibt estre mesurée de trois en trois breues ou la valeur. Si en chantant selon quelque autre signe ou trouue vne pause, ou deux, de longue perfecte, ou trois longues noires, ce sera pour aduertir qu'il y a mode mineur perfect c'estadire, qu'en gardant le droict du signe qui dominera, on garde aussi celuy de mode mineur perfect. Par mode mineur perfect, il faut entendre la longe perfecte, et la breue alterée. Ce signe [C2] s'appelle mode mineur imperfect, car la longue n'y peut estre perfecte sans le poinct d'augmentation. Aussi la breue n'y peut estre alterée. La pause de longue n'y doit comprendre que trois reigles et deux espaces, et n y a difference entre [C2] et [C], que de mesure. Car icy [C2] la musique doit estre mesurée de deux en deux breues, ou la valeur: et en [C] de breue en breue seulement, ou la valeur. Le mode maieur [O3,C3] ha le regard sur la maxime à la rendre perfecte et à faire alterer la longue: mais à cause de sa pesanteur il a esté delaissé. Anciennement il estoit representé par trois pauses de longue perfecte, toutes egales.

CHAPITRE VIII.

De Prolation.

Ce signe [Od] s'appelle prolation maieur en temps perfect (Gafore au neuviesme chapitre du deuxiesme liure. Heyden au deuxieme chapitre du deuxieme liure) c'est à dire, que outre ce que la breue y peut valoir trois demibreues sans le poinct d'augmentation (à cause du cercle perfect, et sans ce nombre [2]) et la demibreue y estre alterée, comme nous auons monstré en parlant de tripla. Aussi la demibreue [-f.C5v-] y pourra estre perfecte, c'estadire qu'elle y pourra valoir trois minimes sans le poinct d'augmentation, sinon qu'il luy faille adioindre quelque petite note ou pause (comme vne minime ou la valeur) qu'elle aura deuant soy ou apres: car lors elle n'en vaudra que deux, comme si elle estoit noire La minime y vaudra vn tacte, et si elle est alterée elle en vaudra deux. La seconde minime d'entre deux demibreues ou leurs pauses, ou d apres le poinct d'alteration y sera alterée. Le poinct de diuision l'en engardera aucunesfois. La demibreue perfecte y vaudra trois tactes, et l'imperfecte deux. Si elle est alterée elle en vaudra six. La Breue perfecte y vaudra neuf tactes, et l'imperfecte six. La pause de demibreue y vaudra trois tactes. La pause de breue, neuf. La pause de minime, vn. et cetera. Brief, autant de minimes que pourra valoir vne note ou pause, elle vaudra autant de tactes, comme les nombres le monstreront. Les minimes noires auec demibreues noires ne doiuent rien perdre de leur valeur. La minime qui y aura vn crochet, ce sera vne demiminime: et celle qui en aura deux, ce sera vne fuse comme la resolution le monstrera.

[Bourgeois, Le Droict, f.C5v; text: 2, 3, 6, 9] [BOUDRO 14GF]

[-f.C6r-] [Bourgeois, Le Droict, f.C6r; text: Resolution. 2, 3, 6, 9] [BOUDRO 14GF]

La musique y doit estre mesurée de trois en trois demibreues ou la valeur: chacune demibreue contentant en soy trois minimes. Ce Signe [Cd] s'appelle prolation maieur en temps imperfect. Car la breue n'y peut valoir trois demibreues sans le poinct d'augmentation. Pareillement la demibreue n'y peut estre alterée comme en l'autre qui a le cercle perfect: ains seulement la demibreue y pourra estre perfecte et la minime alterée soubz semblables conditions que nous venons de dire. La Breue demiblanche et deminoire n'y vaudra que cinq minimes. La musique y doibt estre mesurée de deux en deux demibreues ou la valeur: chacune demibreue contenant en soy trois minimes comme en l'autre.

[-f.C6v-] [Bourgeois, Le Droict, f.C6v; text: Resolution.] [BOUDRO 14GF]

Maieur prolation peut estre diminuée ainsi [Odimd,Cdimd] et lors il faudra deux minimes pour vn tacte, ou vne demibreue imperfecte. Car la perfecte y vaudra vn tacte et demi. Elle peut estre aussi proportionnée ainsi [Od3/2,Cd3/2] et lors il faudra trois minimes, ou vne demibreue perfecte, pour vn tacte.

Notez que si en chantant selon quelque autre signe, on trouue deux pauses de minime pres l'vne de l'autre, en vne mesme reigle: ou trois demibreues noires, ce sera pour aduertir qu'il y aura prolation maieur: c est à dire qu'en gardant le droict du signe qui dominera, on garde aussi celuy de prolation. Par prolation maieur il faut entendre la demibreue perfecte et la [-f.C7r-] minime alterée. Les autres signes auxquelz la demibreue ne peut estre perfecte sans le poinct d'augmentation, ne la minime alterée, sont de mineur prolation. Quand maieur prolation ne sera point opposée à d autres signes, on la pourra chanter en tacte proportionné: comme nous auons dict de tripla, sesquialtera, et hemiolia.

CHAPITRE IX.

Des proportions.

Proportion est vne comparaison d'vn petit nombre de notes à vn grand, comme quand vne demibreue est comparée et opposée à deux ou trois ou à quatre, et cetera ou deux demibreues à trois ou à quatre, et cetera le tout se rapportant au tacte. Autrement, Proportion est vne comparaison d'vne demibreue ou plusieurs, à vn tacte. Quand vne demibreue est comparée et rapportée à vn tacte, c'estadire, quand elle en vaut vn (comme en ces signes [O,C,O2,C2]) c'est proportion d'equalité: mais quand il faut plusieurs demibreues pour vn tacte ou plusieurs tactes pour vne demibreue, c'est proportion d'inequalité. Quant aux proportions d'inequalité, il y en a les vnes soubz diminution, et les autres soubz augmentation. Celles qui sont soubz diminution, sont dupla, tripla, quadrupla, et cetera. Proportion dupla, est ainsi appellée, pource qu'il faut deux demibreues pour vn tacte, comme icy [Odim,Cdim.O2/1,C2/1,O/2,C/2.2/1] tripla aussi est ainsi appellée à cause qu'il y faut trois demibreues, ou vne demibreue et vne minime pour vn tacte, comme [-f.C7v-] icy, [Odim3/1,Cdim3/1.O/3/1,C/3/1.O3/1,C3/1.3/1.]

Quadrupla aussi, pource que quatre demibreues n'y vaudront qu'vn tacte, comme icy, [Cdim,CL.Cdim2.4/1.] et cetera. Les proportions d'inequalité soubz augmentation sont Subdupla, 1/2 Subtripla, 1/3 Subquadrupla, 1/4 et cetera. Car en Subdupla, il faudra entendre pour vne demibreue deux, pour vne breue deux et cetera. En Subtripla aussi pour vne demibreue trois, pour vne breue trois, et cetera. En subquadrupla pour vne demibreue il en faudra entendre quatre, pour vne breue aussi quatre, et cetera.

Et par ainsi, vne demibreue pourra valoir plusieurs tactes. I'y comprens aussi maieur prolation ainsi [Od,Cd.]

CHAPITRE X.

De Entrelaceure, ou Syncopation.

Entrelaceure ou Syncope est (par maniere de parler) vn debat des notes, et du tacte, Cela aduient quand entre deux petites notes il y a quelques autres notes plusgrandes. Et semble aduis pour quelque temps (ascauoir iusques à ce que les notes se reconcilient au tacte, c'estadire qu'vne petite note ait ratteind l'autre) qu'il y ait faute de quelque note, pause, ou poinct d'augmentation, tant est fascheuse leur contradiction. Et pour

[-f.C8r <recte f.A8r>-] Comment on les faisoit anciennement.

[Bourgeois, Le Droict, f.C8r <recte f.A8r>; text: En descendant. en montant. vt, re, mi, fa, sol, la] [BOUDRO 15GF]

[-f.C8v-] [Bourgeois, Le Droict, f.C8v,1] [BOUDRO 15GF]

Il faudra faire le semblable des Fuses, en ces signes entiers. [O,C,O2,C2] ainsi:

[Bourgeois, Le Droict, f.C8v,2] [BOUDRO 16GF]

Apres scauoir bien solfier et entonner, il faudra apprendre à chanter le texte (autrement la lettre) en lieu de vt, re, mi, fa, sol, la. C'est aussi pourquoy les anciens ont voulu qu'on s'accoustumast â solfier et entonner la Musique par syllabes, plustost que par simples lettres. Il faut chanter premierement les notes, et puis apres le texte, comme il sensuit.

[-f.D1r-] Pour solfier le Cantique de Simeon.

[Bourgeois, Le Droict, f.D1r; text: vt, re, mi, fa, sol, la] [BOUDRO 16GF]

Pour chanter le texte.

[-f.D1v-] [Bourgeois, Le Droict, f.D1v; text: Or laisse Createur en paix ton seruiteur, en suyuant ta promesse, puis que mes yeux ont eu, ce credit d'auoir veu, de ton salut l'adresse] [BOUDRO 17GF]

[-f.D2r-] Salut mis au deuant

De tout peuple viuant,

Pour Iouyr et le croire.

Ressource des petitz,

Lumiere des Gentilz,

Et d'Israel la gloire.

En parlant du texte, i'entens d'vn Pseaume ou Cantique spirituel: car ce n'est pas le deuoir du Chrestien de chanter autres choses. Aussi la Musique ne nous est point donnée de Dieu à autre fin, que pour nous en réiouyr en luy, comme il est escript:

En toy ie me veux réiouyr,

D'autre soulas ne veux iouyr.

O treshaut ie veux en Cantique,

Celebrer ton nom authentique.

et cetera. Pseaume 9.

Toutesfois on voit peu de gens s'y delecter, par la grand'faute des Musiciens: qui en lieu de s'addonner à glorifier Dieu en composant choses sainctes et diuines, ayment mieux se rompre la teste apres si ordes et sales chansons, qu'on en deuroit auoir horreur du recit seulement, et tant plus de les approprier en Musique. Et neantmoins par ambition, ou pour complaire à quelque honneste paillard ou paillarde (qui s'introduisent amis de l'amitié, que L'escripture saincte appelle [-f.D2v-] paillardise et adultere (ilz s'assubiectissent à telles infametés: en poluant ainsi vn si noble et excellent art, de telles villainies et execrations. Excellent dy ie, veu qu'en si peu de matiere, comme f, g, a, b, et [sqb], c, d, e: et, vt, re, mi, fa, sol, la: d'vne industrie merueilleuse, il est comprins de si grandes choses. Car n'est se pas pour s'esbahir d'ouyr chanter deux trois, quatre, cinq, six, sept, et cetera personnes en diuers sons, neantmoins d'accord, ne disantz autre chose que vt, re, mi, fa, sol, la? Quant à la melodie qui én prouient (osté la consolation de la parolle de Dieu) y a-il chose en ce monde plus delectable? Parquoy appliquons nous tous d'orenauant a le mettre en tel vsage, qu'il luy est conuenable, delaissantz exprimer à telz amentz leurs voluptés et langueurs de leur folie (qu'ilz appellent amour) par autres accidentz que de Musique. Car il est escript:

Chantéz à Dieu chanson nouuelle,

Il vous faut en luy réiouir, et cetera, (Pseaume 149.

Et nonpas chantez aux hommes leurs ordures, et vanités. Donques, que chascun de nous proteste, auec Dauid, disant,

Quant est à moy, tant que viuant seray,

Au Seigneur Dieu chanter ne cesseray:

A mon vray Dieu plein de magnificence

Pseaumes feray, tant que i'auray essence.

Si le supply qu'en propos et en son,

Luy soit plaisante et doulce ma chanson:

[-f.D3r-] S'ainsi aduient, retirez vous tristesse:

Car en Dieu seul m'éiouiray sans cesse.

(Pseaume 144.)

Ces choses sont dictes, áfin que ceux qui se sont ià perforcés de louer le Seigneur en beaux Pseaumes et Cantiques spirituelz (dont ie suis fort ioyeux) perseuerent de bien en mieux: et que les folz viennent à resipiscence.

CHAPITRE XII.

Pour apprendre le chant commun des Pseaumes, par ruse.

Premierement il faut entendre qu'il y ha aucuns motz et syllabes, qu'on doit chanter pesamment, et d'autres legierement. Ce qu'on deura chanter pesamment sera dessoubz ces notes:

[Bourgeois, Le Droict, f.D3r] [BOUDRO 17GF]

(Combien qu'en Musique ceste cy [Bv] vaille autant que deux des autres comme nous auons veu) et ce qu'on deura chanter legierement sera dessoubz celles cy: [Svcd,Mv on staff5] Cecy [staff5] (que nous appellons eschelle) est pour ayder à la voix à l éleuer ou abesser, ainsi que la situation des notes le monstrera. Comme quand les notes seront es basses reigles, et espaces, c'est pour aduertir de chanter bas les motz qui seront dessoubz. Et si elles sont es reigles et espaces du milieu, c'est àfin de les chanter moyennement [-f.D3v-] haut. Mais si elles sont es hautes reigles et espaces, ce sera pour éleuer fort haut la voix. Les aucuns motz ou syllabes plus, et les autres moins, selon que les notes seront situées, les vnes plus haut, ou plus bas, et les autres moins. Brief, comme on verra les notes monter et descendre, il faudra ainsi conduire la voix, en l'eleuant ou abessant: gardant tousiours la valeur des notes, comme il à esté dict: asçauoir chanter pesamment ce qui sera dessoubz ces notes:

[Bourgeois, Le Droict, f.D3v,1] [BOUDRO 18GF]

Et legierement ce qui sera dessoubz celles cy.

[Bourgeois, Le Droict, f.D3v,2] [BOUDRO 18GF]

S'il y ha deux ou trois notes en vne mesme reigle ou espace, c'est afin de chanter deux ou trois syllabes en vn mesme ton. Cecy [signum] ou ainsi [signum] (combien qu'en Musique il y ait difference entre eux deux) est pour se reposer vn peu de temps sans chanter, comme il sensuit,

[Bourgeois, Le Droict, f.D3v,3; text: En tout temps l'excellence, du Seigneur chanteray. Et fa magnificence] [BOUDRO 18GF]

[-f.D4r-] [Bourgeois, Le Droict, f.D4r; text: par tout exalteray. Ma bouche sans cesser, son los veult annoncer, L'homme doux et paisible, qui entendra cecy: d'vne ioye indicible le louera aussi] [BOUDRO 19GF]

[-f.D4v-] [Bourgeois, Le Droict, f.D4v; text: La mienne ame en tout lieu aura gloire en son Dieu.] [BOUDRO 19GF]

Et à ce qu'on cognoisce,

Qu'il est doux et clement,

Moy estant en angoisse

L'inuoquay humblement:

Soudain sa grand' bonté

Me meit en liberté.

[signum] Chascun donc m'accompaigne

A son Nom sublimer,

Et que rien on n'espargne

Pour aux coeurs l'imprimer:

A fin qu'il soit cognu,

Et seul Seigneur tenu.

Si aucun, donc, desire

[-f.D5r-] A estre illuminé

Qu'il s'adresse et retire

Au but determiné:

Et iamais par refus,

Ne se verra confus.

Quiconques en tristesse

Se trouue languissant,

Qu'il inuoque sans cesse

Le Seigneur tout puissant:

Car son coeur affligé

En sera soulagé.

L'ange de Dieu supreme

Le sien rempart sera,

Et au danger extreme,

Point ne le laissera.

Qui craint le Dieu treshaut

De secours n'ha deffaut.

Or goustez vn peu quelle

Est la sienne douceur,

Et sachez qu'en icelle,

Vostre espoir est tresseur.

O bien-heureux celuy,

Qui en faict son appuy.

O compaignie heureuse

De ses Saincts, à bon droict

D'vne crainte amoureuse,

Seruez le en tout endroit.

[-f.D5v-] Necessité, ny mort,

Soubz son aisle ne mord.

Les riches de ce monde

On voit bien dénuer,

Mais qui en luy se fonde,

Ne peut diminuer:

Ains tousiours haussera,

Tant que le bien sera.

O enfans, si personne

D'entre vous veult scauoir

Comme c'est qu'il ordonne

De craindre son pouuoir,

Vienne à moy sans doubter,

Pour me bien escouter.

Qui veult longuement viure

En repos gracieux,

Qui se garde d'ensuyure

Propos malicieux:

De luy ne sorte point

De fraude vn tout seul poinct.

Qu'il laisse le damnable

Chemin d'iniquité,

Et suyue l'amiable

Sentier de Charité,

S'efforçant d'amasser

La paix, et l'embrasser.

L'oeil de Dieu qui regarde

[-f.D6r-] Tout ce monde vniuers,

Fera songneuse garde

Des bons, au temps diuers.

Et en toute saison

Orra leur oraison.

Mais c'est bien le contraire

Des malings obstinés,

Car pour tous les deffaire

Ses yeux sont indignés.

De leur race et renom

Il esteindra le nom.

La priere opportune

Du Iuste il entendra,

Et en son infortune,

Sa main doulce estandra,

Pour l'oster des ennuys,

Qu'il souffre iours et nuicts.

Car iamais il n'élongne

Ceux qui de coeur submis,

Et eux, et leur besongne

En luy seul ont remis:

Ains tousiours les maintient,

Et en seurté les tient.

De maux sans aucun nombre

Les iustes souffriront,

Mais pour dueil, ny encombre

Point ilz ne periront,

[-f.D6v-] Car Dieu, qui en ha soing,

Ne les laisse au besoing.

De tous leurs os le moindre

Ne sera point brisé,

Et si mort les vient poindre,

Son dard est mesprisé:

Car sa force ne peut,

Sinon ce que Dieu veult,

Or est horrible et vaine,

La fin des mal-viuans,

Et de ceux qui par hayne

Les bons sont porsuyuans:

Et leur coeur endurcy

N'aura bien ne mercy.

Parquoy, donc, Dieu preserue

Tous les seruiteurs siens,

Et en fin leur reserue

De tressouuerains biens.

Et qui en luy s'attend,

Se trouuera content,

[-f.D7r-] Vous pouuez bien maintenant cognoistre (mes freres) de combien ce chemin est plus droit, et plus court que celuy de la Gamme: et comment Dieu par sa bonté infinie veult chasser toutes tenebres et erreurs de dessus la terre, et illuminer le monde de science et verité. Cela consideré, ne soyez ingratz euuers luy de l'en remercier, en recognoissance d'vn tel benefice: et dediez, nou seulement vostre chant, mais aussi vostre vie totallement à sa gloire. Adorez le en esprit et verité. Inuoquez le en confiance et il vous exaucera. Ne donnez point sa gloire à vn autre. Croyez à sa parolle. Obeissez à ses commandementz. Tremblez à ses iugementz. Fuyez les ydoles, car ceux qui leurs seruiront, seront confundus: mais ceux qui esperent en Dieu par Iesus Christ, seront sauuez.

[-f.D7v-] Ian Roy, aux Lecteurs,

Quatrain.

Puis qu'en papier ou parchemin

On peut apprendre la Musique,

Laissez ceste Gamme rustique:

Et me prenez Le Droict Chemin.

FIN

Acheué d imprimer le cinquiéme iour d'Aoust, Mill', cinq cens, cinquante.

Faute au Pseaume. 34.

Notez que le Couplet, Chacun, donc, m'accompaigne, et cetera doit preceder cestui cy: Et á ce qu'on cognoisce., et cetera, comme les Mains vous monstreront.

[-f.D8r-] Chantez au Seigneur, louez son Nom: et annoncez de iour en iour son Salut. Pseaume 96.


Return to the pre-1600 Filelist

Return to the TFM home page